Follow by Email

vendredi 24 février 2017

NOTRE MAÎTRE VENT, LE CERS / L’itinéraire en Terre d’Aude / Jean GIROU 1936.


Je ne sais plus qui a évoqué le Cers en tant que plus vieux nom de vent en France. Je sais que nos commentateurs météo et leurs consœurs très charmeuses nous gargarisent trop de ces tramontanes venues de tous les horizons... Nous ne voulons pas les exclure mais seulement rendre une juste place à celui qui reste lié à l’Aude comme le Rhône l’est au Mistral... 

A propos de notre maître vent le Cers, tiré de L’Itinéraire en Terre d’Aude, extraits : 


(page 240) « ...Pour aller à Quéribus, il faut, de Cucugnan, monter vers le Grau de maury ; avant d’arriver au col, un sentier muletier part à gauche dans la pierraille de la garrigue, une demi-heure de marche et l’on arrive aux premières défenses du château. la montée en serait facile, si, d’ordinaire, un vent terrible ne vous fouettait, un cers violent, qui, après avoir parcouru à grandes foulées les terres hautes des Corbières, va se lancer dans la plaine d’Estagel, d’un bond de plus de 500 mètres.
Arrivés aux blocs de pierre de la première enceinte, il faut gravir un couloir d’accès; le vent, en rafale, vous plaque contre la muraille, vous abat vers la terre, avec une telle force et un tel acharnement que marcher devient une lutte; enfin une murette, on respire, un peu de repos et il faut repartir. le Cers vous reprend comme une proie, vous déshabille et vous soulève... /... Mais cette bataille avec le vent est récompensée par les beautés architectoniques de ce château et par son panorama exceptionnel... » 

Page 286, en parlant de la montagne d’Alaric : «... Les habitants de Montlaur, de Camplong et de Ribaute, bannières en main, montaient en chantant à San Miquel. L’ascension en plein Cers, sous le soleil de septembre, devait être déjà un sacrifice;.. » 


Page 301, dans la partie Narbonne : «... D’autres temples s’élevaient en ville, consacrés à Minerve... à Hercule, à Apollon, à Bacchus, à Cybèle, à la Concorde, à Saturne et à Circius le vent impétueux du Cers dont Caton disait : « Il se déchaîne avec violence; quand on parle, il vous remplit la bouche; il renverse un homme armé et une voiture chargée » ; de nos jours, le Cers a gardé la même fureur, certains jours de tempête, il enlève les toits, renverse en gare de La Nouvelle les wagons et, combien de fois n’a-t-il pas lancé contre un platane les automobilistes pris dans son tourbillon... » 


Page 323, pour l’étang de Bages et de Sigean : « ... Nous voici en bateau, l’on part par bon Cers du ponton de la Nautique;.. »

Dans son livre sur l’Aude, Jean Girou, nous le constatons, n’a pas manqué de mentionner le Cers... Plus de 300 mots pour du vent ! Et toujours, sauf une fois, avec la majuscule... Je ne me doutais pas que ma fantaisie n’avait rien d’original... En parlant de majuscule, remarquons les deux de "La Nouvelle" et la seule de "la Nautique". 

Crédit photos : 1. Château de Quéribus ; derrière le Grau de Maury ; au-delà le fossé du Fenouillèdes. Auteur Nidira.
2. Montagne d'Alaric, dernier pli des Corbières vers le nord. auteur Eric Andréoli.
3. Cathédrale St-Just-St-Pasteur Narbonne. Author Dennis Jarvis.
4. Port La Nouvelle. Auteur Joyce 11.  

mercredi 22 février 2017

LE MONT CANIGOU CHANTE SON NOM / Pyrénées, Roussillon...

La montagne sacrée chante son nom au vent d’Espagne mais voudrait garder le secret de son origine.
André Sordes, professeur d’anglais honoraire et piqué de linguistique pense raisonnablement qu’on peut faire remonter l’origine du nom « Canigou » aux Phéniciens, marins téméraires qui, vers 1200 av. J.C. parcouraient la Méditerranée. 

Comme « kan », le terme signifiant « montagne », ne rendait pas la majesté d’un sommet visible depuis la haute mer et les limites du Golfe (195 km), ces aventuriers venus de l'autre bord dirent « Kan kan », « Mont des Monts », dans l’esprit de « Roi des rois » ou « Siècles des siècles » (1).
« Kan kan » évoluera vers « kanikan » et les Grecs entendront « kanigon » avec l’idée de « cône » pour « –gon » (pas étonnant vu leur penchant pour la géométrie). 

 Si certains ont avancé la ressemblance avec un croc de chien pour « kunos » en grec et « canis » en latin, cela ne correspond pas du tout à la forme du Canigou. D’autres ont opté pour « canum jugum » (2), la « cime blanche », enneigée des Romains mais les règles de la phonétique infirment cette hypothèse. 

Ensuite il faut attendre un demi millénaire pour lire « Montis Canigonis » en 949, « Monte Kanigoni » au XIème et « Canigó » en 1300 qui donne, francisé « Canigou » après le Traité des Pyrénées (3) donnant le Roussillon à la France. 

Finalement, cette quête sur plus de 3200 ans entretient le charme mystérieux qui entoure le Mont des Monts et si je pardonne volontiers au plaisantin qui associe notre Canigou à une marque de croquettes, j’en veux davantage aux auteurs et responsables des cartes, dicos et atlas qui avec leur « Pic du Canigou » (4) n’ont rien à faire du respect dû à la montagne sacrée. 

(1) plus communément « l’as des as », la « der des ders », le «fin du fin » voire « bonbon ».
(2) Par ailleurs, « kan » signfierait « blanc » chez les Celtes...
(3) signé le 7 novembre 1659 sur l’île des Faisans, au milieu de la Bidassoa.
(4) Qui en décida ? Quand ? Pourquoi ? Au nom de quelle conception spécieuse de la démocratie ?
Sources : 1. histoire-genealogie.com 2.andresordes.e-monsite.com 3. cactus 2000 pour la distance de l’horizon. 4. wikipedia pour infos générales et vérifications. 

Photos depuis l'embouchure de l'Aude aux Cabanes de Fleury : 
1. Aurait dû y être ! 
2. Peut-être là... à 100 kilomètres à vol d'oiseau ! 



lundi 20 février 2017

« ... DES CHEMINS SUR LA MER... » / Armand Lanoux sur Antonio Machado et Aristide Maillol



Toujours dans « Le Berger des Abeilles », Armand Lanoux craint que Maillol ne parte comme Machado, abandonné à une froide indifférence. 


Extrait : 


«... Tu connais Machado ? 

- Je sais qu’il est mort à Collioure.
 
- Après la débâcle gouvernementale, Machado a vécu à Collioure. Il était très malade. Un soir, il écrivait, assis sur le quai, près de la chapelle Saint-Vincent. Passe un adjoint au maire. Machado signe le papier et le lui donne. « Pour tes enfants ». L’adjoint fourre le papier dans sa poche. C’était le dernier poème de Machado ! Quand il est mort, quelques semaines plus tard, quelqu’un a demandé le poème à l’adjoint. Celui-ci l’avait perdu. Ou jeté. Un bout de papier, quoi ! « Mais, enfin, lui a demandé un réfugié espagnol, qu’est-ce qu’il disait, ce poème ? » Tu sais ce que l’adjoint a répondu ? « Oh, moi, alors ! Des couyonnades ! Il parlait de la Grèce ! » Voilà à quoi il faut s’attendre pour Maillol !.. » 



vendredi 17 février 2017

LE BERGER DES ABEILLES (1974) / Armand Lanoux (guerre d'Espagne).

Extrait :
«... Ah! cet hiver 1938-1939! Hébété. Hagard. Hirsute. Partout, la neige. Dans le golfe, la mer se payait des creux de trois mètres et les vagues crachaient sur Doune, l’île Petite et l’île Grosse. Il pelait de froid avec un radiateur électrique à l’hôtel de Catalogne.
La neige, la neige, et la guerre. La D.C.A. tirait parfois, balayait le ciel toujours. les soldats kaki avaient l’air de soldats arctiques. Le port de Cerbère fut encore bombardé par des avions de nationalité inconnue.
Aqui Andorra. La voix de soleil de la célèbre speakerine, peu adaptée aux circonstances, roucoulait des informations tragiques :
- Depuis quarante-huit heures, les rescapés de l’armée gouvernementale franchissent la frontière. Par le Perthus, Cerbère et le col de Banyuls, le flot monte sans cesse... /... les écoles, les préaux, les mairies avaient été réquisitionnés pour accueillir ce flot couleur de tabac, de cuir et de couverture sale. Entre deux catastrophes, Radio-Andorre reprenait Au pays des fandangos et des mantilles, Tino Rossi, et ce qui fut la réelle chanson de cette misérable époque, son hymne, sa Carmagnole et sa Marseillaise stupide :
Amusez-vous
Foutez-vous d’tout
Prenez la vie par le bon bout...
»

Ce passage, pour les instantanés portant sur la météo et la vague de réfugiés passant la frontière, apporte à qui veut comprendre et connaître cette période. Par contre, le sentiment général de dégoût exprimé par l’écrivain, s’il est bien admis historiquement, n’en repose pas moins sur des détails discutables. Il faut dire aussi que, plus de quarante ans après, si des imprécisions sont directement imputables à l’auteur, l’Internet vient aussi apporter beaucoup d’eau au moulin. 

Ainsi si le 26 mai 1938, Cerbère a été attaquée, on ne trouve rien sur un deuxième bombardement. Par contre, le 6 juin 1938, quelques jours après celui de Cerbère, c’est Orgeix, en Ariège qui a été bombardé. Les autorités françaises, toujours dans la volonté de ménager "monsieur Hitler" (ce qui mènera aux honteux accords de Münich) n’ont alors pas voulu dire qu’il s’agissait d’une provocation de l’Allemagne (une bande rouge au bout des ailes voulant laisser croire à une attaque des Républicains).

Plus léger le "AQUI ANDORRA" que tous les sudistes corrigent aussitôt « AQUI RADIO ANDORRA ». Avec la suite pour ceux qui se souviennent mieux, du moins phonétiquement «... EMISORA DEL PRINCIPADO DE ANDORRA ! »
https://www.youtube.com/watch?v=IyIo06x7quI

Laissons l’auteur railler l’époque et nos mentalités d’alors mais rien ne semble correspondre au "pays des fandangos et des mantilles", certainement une approximation pour « Sombreros et mantilles », le titre évoquant les fandangos... Et Tino Rossi là dedans ? Quant à la "Carmagnole et sa Marseillaise stupide", encore pour fustiger un optimisme inconscient à l’opposé de ce qui, de nos jours, est devenu un pessimisme français, la chanson incriminée date de 1934 et non de l'hiver 1938 - 1939...

Ces imprécisions, seraient-elles orientées, ne gâchent en rien le sujet, l’ambiance du « Berger des Abeilles », très beau roman d’Armand Lanoux. Et c’est peu dire quand on garde au cœur la Côte Vermeille, Maillol, Machado, les vignes banyulencques (oubliés les embouteillages de l'été !), le Vallespir, sa vallée des fruits, Prades, le souvenir de Pau, Pablo Casals avec la magie d’un Mont Canigou aux neiges couronnées de soleil levant... 





photos : 1. Cerbère auteur Bernard Grondin. 
2. Pyrénées la Méditerranée La tombe d'Aristide Maillol (la Métairie, Banyuls-sur-mer) auteur Jean-Pierre Dalbéra. 
3. Pyrénées Canigou depuis Força Real author Krzysztof Golik.

jeudi 16 février 2017

L’ÉCOLE A MAYOTTE, LE LASSO DES GAUCHOS FACHOS ! / Mayotte, France en Danger !

Cantine "offerte"par Chirac.

Des parents d’élèves, des enseignants crient au secours, les premiers pour exprimer leur incompréhension, leur inquiétude, leur colère contre une administration arrogante, les seconds parce que FLIQUÉS et menacés, réduits à devoir « fonctionner » ils doivent la FERMER sous peine de répression, de sanctions. L’horizon reste sombre à Mayotte où un effet loupe traduit le délabrement général de l’Éducation Nationale sinon d’un État droit dans ses bottes et plus prompt à régurgiter ses grands principes à l’échelle de la planète qu’à démontrer une once d’empathie pour ses propres enfants, pauvres et laissés pour compte.
A Mayotte la réforme des rythmes qui a vu nos nomenklaturistes dézingués imposer un bouleversement sans impliquer les parents, les enseignants et en mettant les maires devant le fait accompli (1) (sur l’île on aimerait savoir ce que sont devenues les sommes avec lesquelles ils furent appâtés...), s’apparente à une réelle MALTRAITANCE.
L’appel au secours d’un collectif citoyen (extraits ci-dessous) en dit long sur une réalité toujours plus cadenassée par un vice-rectorat ignorant et méprisant les parents et usant de menaces pour forcer l’adhésion des enseignants :

« Nous, parents de l’école de ........(1) à ...........(1) prenons acte de la prise en compte de notre requête concernant le retour aux horaires antérieurs dans une école déjà affectée par le système de rotation.

Nous regrettons néanmoins qu’après de longs mois de refus, les instances, vice-rectorat et inspecteur, s’arrogent le mérite et l’intelligence d’un retour en arrière, dans la plus grande hypocrisie.

Nous regrettons aussi que le vice-rectorat, par l’entremise de ses cadres et subordonnés, ait formellement interdit aux enseignants de participer à un projet coopératif de soutien scolaire. Les raisons bassement procédurières de cette interdiction donnant lieu à une convocation des enseignants visés (2).

Nous regrettons encore le refus de dialoguer de la part des instances, un refus doublé de l’injonction faite aux enseignants de ne jamais aller dans le sens des parents. Dans le contexte très déstabilisé de Mayotte cela a conduit à faire perdre aux enfants le quart de l’année scolaire dans un secteur déjà très défavorisé, des pauvres qui n’ont rien... sinon l’école encore gratuite (familles précaires, 1 € de l’heure, « logements » insalubres, analphabétisme...) !
La réaction de Nathalie Costantini, vice-recteur, n’en est que plus affligeante lorsque qu’elle encourage les parents ne partageant pas son idée de la République, à aller voir dans le privé !
Sommes-nous dans un pays où de hauts-fonctionnaires font passer l’intérêt public avant les leurs ? Triste corollaire, la parole dévoyée qu’ils s’acharnent à imposer contribue à pousser vers des écoles confessionnelles, à exclure DANGEREUSEMENT, en trahissant les idéaux de notre école de la République ! » 

http://www.linfokwezi.fr/wp-content/uploads/2016/10/costantini.mp4?_=1

 

 École restituée parce que apparemment construite sur un terrain privé ! 
Redondances engageant au-delà de mon positionnement contre les ENNEMIS DU PEUPLE : trop d’errements confirment les dérives d’une administration théoriquement au service du peuple :

* alors que la réforme impose des horaires plus inadaptés encore à Mayotte, les parents demandant expressément à revenir aux anciens horaires (demande d’autant plus motivée par la présence de deux classes dans le même local par roulement de 7h à 17h 45 !), le premier conseil d’école devant se tenir dans les deux semaines suivant l’élection des parents délégués n’a eu lieu que’à la mi-novembre, malgré l’urgence. 

* Refus de l’autorité malgré les « amendements Hamon » autorisant cette adaptation.

* Mensonges quant à la lourdeur procédurière puisque le retour aux anciens horaires a été autorisé, finalement, force a été d’admettre le bien-fondé de la demande  des parents. 

* Morgue des missi-dominici (conseillers et inspecteurs) qui visitent les enseignants en les considérant tels des demeuré s’ils rechignent. Ces subordonnés dociles et sans vergogne osent interdire ce qu’ils imposaient (les études dirigées par exemple), ne ressentent aucune gêne à imposer un jour ce qu’ils interdisaient la veille (la lecture à voix haute, autre exemple)... Complices de ces supplétifs des gourous du ministère, tous ces collègues qui s’enflamment pour une nouvelle réforme comme ils s’étaient enflammés pour la mise en place de celle, antérieure, préconisant le contraire... Les mauvais ne seraient pas si nocifs si les flatteurs prenaient moins de place et si les gentils ne laissaient pas faire...

Les refus répétés de l’administration (pour de bien vilaines raisons) démontrent bien la manière pour le moins autoritaire d’empêcher une prise en charge sinon une participation de la société civile... Avec la non-prise en compte des aménagements légaux, l’abus de pouvoir est avéré... Cette confiscation de la démocratie n’est pas sans rappeler des façons de fonctionner de pays qui n’ont pas une culture démocratique comparable à la nôtre. 

Le vice-rectorat, le ministère de l’Éducation Nationale, le Secrétariat d’État à l’Outre-Mer n’ont pas donné suite à la demande du Canard Enchaîné qui a bien voulu entendre les doléances de ces parents à propos de défaillances gravissimes de l’État.
Ces responsables censés nous servir exposent actuellement leur pathétisme patibulaire alors que le problème de l’immigration non contrôlée (solidaires, tous les services de l’État en ont fait un sujet tabou)  débouche, entre autres maux, sur des cas de TUBERCULOSE avérés...

http://www.linfokwezi.fr/un-nouveau-cas-de-tuberculose-a-s…/
http://www.linfokwezi.fr/la-cgt-eduation-sinterroge-sur-le…/

lundi 13 février 2017

LES PYRÉNÉES SE SOUVIENNENT... / Guerre d'Espagne, Corbières


Belles, les montagnes immaculées. A gauche, le Canigou sous sa capuche blanche ; vers l’ouest, des cimes, des pics se tenant par la main, festonnés de neiges. Les nuages poussés par le marin n’apposent pas encore leur couvercle gris, le soleil encourage la fleur d’amandier, les branches dénudées s’éveillent. Et cette porte des Corbières où il faudra s’arrêter mais une autre fois puisque ce vendredi 10 février, nous partons accompagner une grand-mère à sa dernière demeure. 



Petit village, petite église, petits platanes. Petit parvis fermé par une grille d’avant sur la murette, ouvert sur les chants déjà printaniers des petits oiseaux. En contrebas, des jardins, un filet d’eau claire trop modeste pour le fossé bétonné où l’eau boueuse et grondante des aigats (1) s’engouffre régulièrement. 


La carrure bienveillante, le prêtre descend les marches. Il tient à saluer les proches puis, d’un signe de croix, le corps. Pour une messe anodine, il aurait quelque chose du curé de Cucugnan. Mais quand il s’adresse à la morte, sous les voutes romanes du choeur, les références aimables s’effacent... Joséphine, arrivée d’Espagne pendant ou après la guerre a célébré sa communion dans cette petite église de Saint-André. Si son vouvoiement, serait-il de politesse, marque une certaine distance, d’un coup, toute la chaîne enneigée des Pyrénées s'immisce par le petit portail tourné vers les petits platanes, le petit parvis, les jardins aux petits oiseaux ! 


C’est que le grand Sud, derrière, est si longtemps resté bloqué sur la ligne de crête, la frontière espagnole ! Pour un Audois né onze ans plus tard, cela se dévoile encore peu à peu et ça marque à jamais : telle un tsunami, la guerre civile a débordé sur notre versant. Les belles lignes d’Armand Lanoux sur cet hiver 1939 à Banyuls, froid et neigeux (Le Berger des Abeilles), reviennent aussitôt travailler la mémoire. Une mémoire imaginant aussi Antonio, réfugié républicain, dans une rue de Collioure, faisant passer un papier déjà froissé à un passant qui a pris les mots pour des fadaises et qui n’a pas compris et réalisé qu’il allait jeter le dernier poème de Machado.

Choquant, l’exode, de Cerbère aux cols les plus hauts vers l’ouest, cachés presque sous un épais manteau de neige. Émouvant, ce flot d’exilés mêlant les humbles et des moins à plaindre, des anonymes et des sommités. Déstabilisant de réaliser que la religion démontrait ici, dans ce piémont refuge, au sein de la petite église protectrice, un pouvoir rassurant tandis que là-bas, par l’entremise d’un même officiant, complice du franquisme, elle étreignait le pays d’une main de fer.

Le cercueil défile par les rues, devant la cave du grand-père, ensuite, non loin de la maison aux volets bleus. Contre un mur, au fond d’un jardin, les pompons jaunes et moirés d’un mimosa d’Australie... « Seulement les grand-mères, madame Rostaing, c'est comme le mimosa, c'est doux et c'est frais, mais c'est fragile... » ... Marcel Pagnol... Et la famille qui marche devant prend le pas sur l’Histoire. L’Histoire peut aller dans tous les sens... La Géographie est plus sage même si tous ces ruisseaux d’eau claire dénotent dans les Corbières. C’est que la tempête Marcel (encore lui) est passée il y a peu. D’ailleurs le panneau électronique de la mairie informe qu’on peut se signaler si les intempéries ont causé des dégâts aux cultures.

La route repart vers le nord, les grands domaines aujourd’hui cotés. Au sortir du village, la famille, parents et petits-enfants, se tient encore devant les cyprès chenus du cimetière. A l’horizon, éblouissantes de neige, les Pyrénées se souviennent pour ne pas qu’on oublie, même si tant de témoins, Antonio ou Joséphine, dorment désormais de leur dernier sommeil.  

(1) un aigat est un épisode pluvieux violent lié à une dépression s’enroulant vers l’ouest et bloquée par les bordures montagneuses du Languedoc-Roussillon : Cévennes et piémont pyrénéen (dont les Corbières). Mais quand la doxa météo ressasse ses « épisodes cévenols » comme elle radote sa « tramontane », c’est toujours la niveleuse assimilatrice francilienne en action.


Crédit photos : 1. Canigou depuis Ille-sur-Têt. author Babsy 
3. Saint-André-de-Roquelongue Église auteur Methos31 
4. Canigou depuis le Barcarès  author Leguy French Wikipedia

dimanche 5 février 2017

SE CANTO, QUE CANTE... / Et si février marquait la fête nationale occitane ?


S’il chante, qu’il chante... mais qu’il chante pour moi, pas comme dans ce qui ne fut longtemps qu’une chanson, devenue, seulement au siècle dernier, par la force des choses sinon par la bêtise jacobine et bornée, le creuset d’un reflux identitaire. 


A l’heure d’une "ouverture sur le monde" (1) ( trop souvent mise en avant par l’ambition démagogique de tribuns vaniteux et caressant ce que la plèbe peut avoir d’idiot), cela pourrait passer pour un repli sur soi, une régression. Sauf que dans notre méfiance pour le gris faussement perçu pour trop blanc ou trop noir, la nuance prévaut.
Ainsi, pour quelle mauvaise raison la recherche de ses racines (2), de son identité, de ce que l’on est, nous fermerait-elle aux autres alors que de se connaître, de s’accepter favorisent, au contraire, l’ouverture ?
Et puis les coupables le revendiquent même, et avec quelle arrogance, quel mépris émanant de l’Île de France des barons du Nord, si assimilateurs lorsqu’il s’agit des provinces à garder sous leur coupe et si opposés à l’acculturation s’agissant des allogènes...
Contrairement à ce qui fait gonfler le jabot des quelques coqs braillant vers le ciel sans se préoccuper du fumier qu’ils traînent aux pattes, la France ne s’est pas toujours distinguée concernant les progrès pour l’humanité. Évoquer les Lumières d’un second dix-huitième-siècle ne suffit pas. Ne sont-ce pas les États-Uniens qui ont les premiers institutionnalisé les droits de l’Homme dans la Constitution ? Le pays n’a pas été exemplaire, non plus, concernant, par exemple, le droit de vote accordé aux femmes...  exemples non exhaustifs... 

Alors, cette prétendue tradition... avec cette manière de gouverner loin d’être vertueuse. Trahissant l’esprit même de la République. Quand les politicards confisquent l’État à leur seul profit, quand les serviteurs et autres grands commis servent leurs intérêts et leur carriérisme avant tout, quitte à agir en véritables ennemis du peuple. Dans cette ambiance rappelant à certains et non sans raison, la décadence de l’Empire Romain (3), avec ce fond jacobin et quelque peu facho contre l’autonomie des provinces (piteux et honteux aussi dans l’abandon cynique de l’Outremer), la cristallisation du malaise se matérialise, la revendication identitaire ressemble de plus en plus à une prétention sécessionniste.
« Se canto », le chant attribué à Gaston Phoebus et qui nous en dirait davantage si la datation des versions italiennes le confirmait, devenu chant de ralliement, a atteint le symbole d’hymne national :     

Dessús ma fenèstra
I a un ameliè
Que fa de flours blancas
Coumo de papièr

Aquelas flours blancas
Faràn d’amellous
N'emplirem las pòchas
Per ieu e per vous (4)

Et que dit-il cet hymne d’Occitanie ?
Qu’au-dessus de ma fenêtre, il y a un amandier qui fait des fleurs blanches comme du papier, que ces fleurs blanches feront des « amandines » (5) qui rempliront nos poches pour moi et pour vous (remarquez l’impolitesse sinon le machisme de l’époque faisant passer celui qui parle avant l’amoureuse de ses pensées)...
À la roideur du chêne francilien de Louis IX dit saint, s’oppose la persévérance noueuse de l’amandier occitan longtemps oublié sur les marges (talus plus particulièrement des vignes) mais qui s’obstine, encore en hiver, à faire fleurir l’espérance. 



(1) formule vaseuse surtout pour ces hérauts trompetant bêtement la tradition "droit-de-l’hommiste"» de la France... dans un même élan, pourquoi ne défendent-ils pas la tradition de juger des animaux mis en prison et souvent soumis à la question, comme ce fut le cas pour des coqs, des chats, des chiens, des chèvres, des porcs, des chevaux sinon des mulets, un taureau coupable d’avoir encorné un enfant ?
(2) Brassens ? j’adore... oui mais je fais la moue et ne partage pas ses « imbéciles heureux qui sont nés quelque part ».
(3) « J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans » Charles Baudelaire.
(4) graphie d’inspiration mistralienne.
(5) amande fraîche, à peine formée (mois de juin). 


samedi 4 février 2017

ON Y ARRIVE, ENCORE UN EFFORT ! / Messager des jours meilleurs...





Petit air frais sur la route. Plutôt prendre le vélo, parce que, chez Jean-Pierre... Trop peu d’exercice, trop de bide, et ce coteau qui essouffle. En haut, ça va mieux même s’il fait chaud sous les habits d’hiver. Oh ! un amandier mais ce n’est pas le moment de lambiner, parce que, chez Jean-Pierre... les photos, nous verrons au retour. 


La table est déjà mise. Une anisette pour se remettre... Lui prend un porto...
Ils étaient au Perthus, hier... Ah ! je me souviens de ces marchands de vins liquoreux dans des boutiques avec deux ou trois rangs de tonneaux empilés, qui vous le vendent au litre... Ils ont trouvé du ris de veau aussi...

Des toasts avec une pommade de champignons au cumin accompagnés de chardonnay.
S’il a fait gris ces jours-ci, la pluie manque toujours. Et ces nuages sur le Somail, c’est le Cers (1) qui va laver le ciel, le soleil va revenir...

L'entrée à présent, encore une crème brune de psalliotes sur des noix de saint-jacques avec, en surface, ce que je prends pour une fleur incarnat, des oeufs de lump en fait...
Et cette saison des pluies qui ne veut pas venir à Mayotte... 

Jean-Pierre débouche un La Livinière, un Minervois...
Vous avez-vu ? Fillon... c’est vrai que le temps des apparatchiks de la politique, omnipotents et enrichis est dépassé...

Un Sainte-Eulalie, 2011... Avec un civet de cerf, bien noir, bien tendre (il devait pas avoir de grands bois), on dirait pas qu’il titre 14 degrés...
Oh, à Mayotte, aussi français qu’ici, ils savent comment confisquer la démocratie et profiter des rentes de situation qui s’offrent aux deux grosses écuries de l’alternance monopolistique, sans parler des outsiders... c’est que les places sont bonnes...

- Et ce fromage ?
- Un saint-Marcellin... on en prend quand on passe par là-bas... Tu ne prends que ça ?..
- Les amandiers ? Juste après la croix de Saint Géniès, celui tout de suite à droite fleurit toujours quinze jours avant les autres !..  


Fameux à réjouir un Anglais, ce porto brun et épais, de douze ans d’âge. Francine s’occupe des crèmes catalanes. Elle part avec un rétroviseur de mobylette on dirait... pardon, le fer pour caraméliser.
- Méfie-toi que même à vélo, ils peuvent te sucrer le permis !
- Sur nos chemins vicinaux ? Ils ont autre chose à faire avec la période que nous subissons; Vous avez vu ? ce terroriste qui, avec des machettes, a attaqué des militaires au Louvre ?

Plutôt que de partir papillonner les amandiers en fleur, le maître de maison part ramasser des ceps arrachés... idéales ces souches pour la cheminée et la braise aussi, si parfumée... Parce que chez Jean-Pierre...

 
(1) le Cers qui se renforce dans le couloir suivi par l’Aude, entre la Montagne Noire et les Corbières, pourrait être considéré comme le "petit frère" du Mistral, attiré, comme lui, par des basses pressions au large du Golfe du Lion. Bien que le nom « Cers », un des plus vieux noms de vents de France, nous vienne des Romains, nos chers présentateurs météo et peut-être les ingénieurs météorologues persistent à l’appeler "tramontane" !