Follow by Email

dimanche 29 janvier 2017

SINGULIERS PLURIELS.../ Montpellier, Sète, Languedoc...


Est-ce en 1968 ? un ou deux ans après ? Il ne sait plus et puis qu’importe. Il sait seulement que c’est un jour d’été, annoncé par des les virages serrés et criards des martinets, dans un ciel pur, de lumière inondé.  


L’esplanade. Au fond de la perspective, le temple grec gardien des eaux. Les feuilles vernies des marronniers et leurs grandes fleurs qui l’égarent vers une improbable dame aux camélias. Son père l’a déposé à l’entrée de la Promenade. Il est à Montpellier pour une commission qui examine et  rattrapera peut-être des résultats qui pourraient passer. Journée repêchage non seulement pour des bilans ric-rac au bac mais aussi pour des relations père-fils plutôt grippées, d’où le prétexte pour la balade. 

Il a même prévu un itinéraire retour par Sète et le bord de mer. Seraient-ils natifs, ils ne se lassent pas des visages changeants de la Grande Bleue. Le passage par la corniche complète à merveille l’aller avec Molière et Lapointe à Pézenas, les huîtres et les moules de Mèze et Bouzigues sur le Thau. Après le port, les chalutiers à quai, le belcanto des ravaudeurs et ces terrasses de cafés qui chantent le mezzogiorno, le Mont-Saint-Clair expose son cimetière marin vers le soleil et le large, par-delà les criques. Midi l’implacable brûle des feux de l’impatience. Entre le souffle trop léger, trop chaud des terres et les signes d’une brise marine devant tourner sous peu, c’est à peine s’il flotte un air poétique, c’est pourtant là que repose Paul Valéry, l’homme singulier de l’île singulière, revenu au pays, en dernière extrémité.

« Ce toit tranquille, où marchent des colombes,
Entre les pins palpite, entre les tombes ;
Midi le juste y compose de feux
La mer, la mer, toujours recommencée !
Ô récompense après une pensée
Qu’un long regard sur le calme des dieux !.. »

Vers Agde, en suivant le lido, le souvenir évanescent du poète s’est vite fondu dans les volutes d’air brûlant. On n’est pas sérieux quand on a dix-huit ans et que l’été appelle...

Il a fallu Brassens, sa complainte pour être enterré sur la plage de Sète et surtout, barrant l’espace, la silhouette du Mont Saint-Clair, en pendant des Albères, à l’opposé. Valéry d’un côté, Machado à Collioure, ouvrant ensemble le Golfe du Lion, en éventail, au-delà des "focs qui picorent"... Tant d’années il a fallu, pour que, auprès de ces grands hommes, bourgeonnent des idéaux de conscience, de libertés, si éloignés, foulés aux pieds, même, aujourd'hui, par les dirigeants carriéristes et bestiaux qui, toute honte bue, nous gouvernent... 



crédit photos commons wikimedia : 
1 Château d'eau du Peyrou, Montpellier auteur Christian Ferrer.
2 Promenade du Peyrou auteur Pierre Selim.
3 Sète Le Port auteur Christian Ferrer.
4 Sète cimetière marin auteur Fagairolles34.  
5 Sète cimetière marin tombe de Paul Valéry aut Fagairolles34.  
6 Antonio Machado  
7 Collioure auteur Henning Dippel 

mardi 24 janvier 2017

LE HUBU-HUBU, jolie liane de Mayotte




Elles ressemblent à des petites oranges, verruqueuses, plus ou moins passées, haut perchées dans un arbre. Les locaux disent « hubu-hubu »... Ça ressemble à du kibushi, le parler malgache de Mayotte... Et en shimaoré ?

Alors demande à ta souris de chercher « fruit liane tropicale » et tu te retrouves aussitôt transporté au... Sénégal avec le ou la Saba Senegalensis. 



Wikipedia te dis que son fruit est appelé zaban, malombo, maad et made ou wèda. Ailleurs tu lis que si certains palais plus nordiques les trouvent trop acides, les locaux, eux, apprécient ces petites oranges spéciales. Une nana genre « Out of Africa » trouve qu’avec du miel... Elle ne cueille que les fruits tombés et laisse la production aux singes verts, du moins pour ce qu’ils peuvent attraper... Un proverbe local, peut-être dû à un fabuliste du cru lecteur de La Fontaine, nous répète que le singe vert qui regarde ces maads inaccessibles, se console en disant qu’ils sont trop amers... et certainement bons pour des goujats ! La femme blanche dit encore qu’elle en a beaucoup si Moussa passe. Il sait grimper lui ! Même qu’il raconte que si les branches cassent, ça n’arrive pas à la liane, très solide et qui fait rebondir en amortissant la chute... Il doit savoir de quoi il parle...

Ne me demandez pas comment, avec ma souris, je me suis retrouvé de l’autre côté de l’Afrique avec une espèce locale de la liane, Saba Comorensis localement appelée Tandri hubuhubu (liane hubuhubu (1)). Je suppose que, depuis Madagascar, au Mozambique, au Kenya, on doit la nommer autrement. En Tanzanie, à Pemba ou Zanzibar, vers les marches du royaume de Saba, les langues apparentées au swahili parlent de «bungo» ou «mbungo», pluriel «mabungo».

Wikipedia en anglais précise bien le genre Saba, famille des Apocynaceaes, pour un fruit de la couleur d’une orange mais à la peau coriace renfermant des pépins entourés de pulpe et qui rappelleraient, en petit, le noyau de mangue. Ne serait-ce pas plutôt comme la pomme cannelle ou mieux comme la fève de cacao ?

Quoi qu’il en soit, le jus en serait délicieux, entre la mangue, un agrume et l’ananas, et bien sûr très apprécié. Je vous dirai bientôt... 


On en oublierait presque que si la liane ne fait l’objet que d’une « préoccupation mineure », près de la moitié de la flore originale de Mayotte est menacée de disparition. En cause la disparition des zones naturelles, les défrichages abusifs de la forêt (pression démographique accentuée par la présence nombreuse de clandestins), de la mangrove (les autorités peuvent en être coupables), les cueillettes illégales (plantes, bois précieux), la colonisation par des « pestes » végétales exotiques, la surfréquentation touristique comme en haut du Mont Choungui.

Comment en faire abstraction, même devant un verre de jus aussi sauvage que frais ?    


(1) traduction Mariama.  





photos 1 Saba_senegalensis / commons wikimedia / auteur T.K. Naliaka
2 Saba_comorensis Author Franz Eugen Köhler in Kölher's Medizinal-Pflanzen 
3 Saba_senegalensis / commons wikimedia / author Atamari
4, 5 et 6 Mariama de Mayotte (janvier 2017).

dimanche 22 janvier 2017

Paul Valéry, un singulier horizon...

"Ce toit tranquille, où marchent des colombes,
Entre les pins palpite, entre les tombes…" Le Cimetière Marin (1920) 


Poète reconnu, Paul Valéry (1871 - 1945) est aussi un essayiste d'un modernisme certain. Tenant formellement à se démarquer des philosophes  « Je lis mal et avec ennui les philosophes, qui sont trop longs et dont la langue m'est antipathique. » (Cahiers T1 p. 197), près d'un siècle après, Valéry reste d'une étonnante actualité :

“Il faut rappeler aux nations croissantes qu'il n'y a point d'arbre dans la nature qui, placé dans les meilleures conditions de lumière, de sol et de terrain, puisse grandir et s'élargir indéfiniment.” Paul Valéry / Regards sur le monde actuel. 1931.

“La politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde.” P. Valéry / Rhumbs.

"Les grandes vertus des peuples allemands ont engendré plus de maux que l'oisiveté n'a jamais créé de vices." Paul Valéry / Variété I (1924) la Crise de l'esprit.  



Ce natif de Sète, "l'île singulière", étonne par une perception prémonitoire non endiguée par une pensée unique sur bien des points propagandiste. Un homme à étudier, empathique et sans emphase... un penseur rare, singulier...   

  

samedi 21 janvier 2017

OCCITANICA & la revue FOLKLORE, première revue ethnographique de France.

OCCITANICA, médiathèque numérique occitane, nous parle de la revue FOLKLORE (de 1938 à 1988) portée par le « Groupe audois d’études folkloriques » (GAEF) puis le « Groupe audois de recherche et d'animation ethnographique » (GARAE)... D'où mon commentaire... 

 photo : auteur garae.fr

Non seulement un fonds unique mais aussi ouvert à tous par les voies de l'internet. A 9000 kilomètres, c'est simplement formidable de se plonger dans le passé, de s'enrichir... à peu de frais.
Si quelques rats de bibliothèque voulant monnayer leurs recherches grâce aux livres qu'ils sortent, sont contre la mise en ligne d'un patrimoine culturel, la quasi totalité des gens de culture ou ponctuellement curieux et en tous cas pas assez déterminés pour courir les archives, ne peuvent que s'en féliciter. 
Je lis dans cette présentation à propos de la revue Folklore « Doyenne des revues d’ethnographie publiées en France »... Dans une France exceptionnellement diverse, le département de l'Aude présente, à son échelle, une pluralité remarquable de climats, de pays, d'habitants et une histoire permettant de se projeter dans l'avenir. Et j'espère bien que tous ceux qui tiennent à leurs racines pensent de même, à commencer par mes frères de l'Hérault, du Roussillon, de l'Ariège, du Tarn et de Toulouse, pour ne rester que dans notre secteur !
Face au nombrilisme jacobin de Paris, phagocytant la province (1) et tendant à imposer de facto une vision francilienne de la langue, de la culture, de l’État, il est culturellement et historiquement vital de sauvegarder et d'entretenir notre identité audoise, sudiste, occitane... Comment celui qui ne commence pas en assumant qui il est et en s'occupant d'abord des siens peut-il en conscience œuvrer pour les autres en premier ? Ne culpabilisons surtout pas quand des reproches boboïsants et moralisateurs nous sont adressés ! Si les civilisations meurent, si des hommes, malheureusement, meurent, c'est en défendant sa vie et sa culture qu'on défend celles du voisin, puis celles plus loin, puis celles de l'Européen pour en arriver à considérer la planète en tant que village mondial. Quand je pense que la langue d'Oc, dénigrée, délaissée à force de lavements républicains (un patois à éradiquer !) n'a longtemps été étudiée que par des étrangers, en Allemagne notamment ! 
Mais je m'égare, macarel ! Je voulais seulement aller voir quelles étaient les grandes peurs, dans les campagnes, par le passé... et parce que le temps est au froid, les mythes liés par exemple à la chasse de la lèbro la nuit, quand la neige couvre le paysage...  (lièvre est féminin en occitan, Daniel Auteuil le dit bien dans Jean de Florette).

Al cop qué ven ! 

 le lièvre, animal mythique universel, ici en Tchécoslovaquie, par Joseph Lada (1948)

(1) Vous l'avez vue, la Marie-Sophie "à carreau" du journal télévisé, trahissant Perpignan, parce que perdre son accent et faire la parisienne c'est se convertir au jacobinisme carriériste des jolis minois... 

à explorer : http://www.garae.fr/new/spip.php?rubrique78   

vendredi 13 janvier 2017

«... MOI JE VEUX PAS FAIRE DE POLITIQUE... (6) »

«... MOI JE VEUX PAS FAIRE DE POLITIQUE... » clame la vice-recteur assimilant la politique seulement au côté puant de la chose, s’emmêlant les pinceaux entre le « tout pourri » et le « tout ou rien » sauf qu’elle se serait trop avancée auprès de la délégation FN préparant la visite de Marine le Pen pensant à voix haute que la départementalisation rendrait plus aigu le problème de dépendance de Mayotte et qu’un statut de collectivité territoriale unique aurait été plus adapté à la taille et aux spécificités de l’île... http://joellemelin.com/video-de-conference-sos-mayotte-mayotte-aujourdhui-leurope-demain/
Et pourquoi pas un statut sur mesure de collectivité départementale, manière de revenir dix ans en arrière ! Elle fait pas de politique mais pour foutre la merde !
NON, NON et NON, la moindre des honnêtetés eût été de dire que le statut de département met la barre haute et que la France qui se déshonore depuis quarante ans en aggravant les difficultés de Mayotte, aurait dû saisir l’occasion de rattraper, d’impulser enfin, sans plus lésiner sur le 0,7 % de moyens nécessaires, le miracle mahorais. Malheureusement...
Et quel culot, entre nous, de penser que comme le Mahorais est aussi gentil que solidaire, ce n’est pas grave de lui imposer des charges supplémentaires à propos de la réforme !
« Avec 1600 élèves, nos établissements ils sont calmes... » 
C’est ça ! parquons 2000 enfants à y être ! mais qu’est-ce que c’est cette conception complètement dévoyée de l’égalité de traitement entre citoyens français ?!?!?!

Suite de l’entretien avec l’équipe de Kwezi FM :

« Constance Cynique : depuis 5 ans, on n’était pas en période électorale et il y a quand même un certain nombre de choses qui ont été faites et moi je veux pas faire de politique, c’est pas mon propos. ce que je veux seulement dire c’est que on vous a menti,  moi je ne suis pas pour la loi du tout pourri, du tout, du tout ou rien, pardon, et donc on peut toujours dire on n’est pas arrivés au bout, en effet, il manquait + de 350 salles de classe, il en manque à peu près le même nombre et pourquoi, pas parce qu’on n’a rien fait, il en manque à peu près le même nombre parce qu’on a accueilli plus de 4500 élève s de plus. Et donc, vous voyez il y a quand même beaucoup de choses qui se sont faites. Voilà !

Patrick Millan : le problème c’est que dans quatre ans il faudra encore des constructions...

CC : à l’impossible nul n’est tenu...  ça c’est un autre problème, ce n’est pas moi que vous interrogerez sur ce sujet.      

Samuel Boscher : pour l’école en construction, on a eu très très peur, le chantier s’était arrêté. En même temps, c’est pas effrayant, une école aussi grosse, 24 salles de classe, ça va accueillir 700 gamins, c’est un gros collège en métropole...

PM : 700 au début, ça veut dire probablement 1500 ou 2000 à la fin

CC : Non, sur les écoles, ça ne bouge pas. Euh, mais en revanche, oui mais ça fait partie de ce que Mayotte sait faire c’est à dire une école à 500 en métropole c’est assez rare mais ça existe aussi en métropole. En revanche, une école comme ça à Mayotte, c’est pas un souci. Quand vous voyez nos établissements scolaires avec 1600 élèves, nos établissements ils sont calmes, par rapport à des établissements de métropole. Tous les gens qui viennent ici et qui débutent, j’en discutais avec un enseignant qui vient d’arriver à Mayotte... /...  les élèves sont des élèves qui sont captifs parce qu’ils savent l’intérêt de l’école. et donc voilà, là aussi comparons ce qui est comparable. On peut faire ce genre de chose à Mayotte... ça existe déjà, vous avez à Combani une école avec 30 divisions. Donc ça existe déjà ; là aussi ne faisons pas peur aux gens; mettons-nous en capacité de pouvoir sécuriser ces écoles pour faire en sorte qu’il n’y ait pas de problème dans ces écoles, c’est plutôt comme ça qu’il faut le voir...

PM : on va revenir sur votre légion d’honneur. Lors de la cérémonie vous avez dit que vous dédiez cette légion d’honneur aux gamins, pourquoi  ?

CC : je pense que c’est grâce à eux. ils me donnent, franchement, vous Voyez toutes ces polémiques, vraiment moi je ne me construis pas dans le conflit. Toutes ces polémiques sont des choses qui me prennent beaucoup d’énergie, énergie que je voudrais mettre sur autre chose. Quand je vois ces enfants avec des sourires magnifiques, ces mamans qui arrivent avec des colliers de fleurs, qui ont les larmes aux yeux, ça me met aussi dans cet état et donc, franchement, une chose est sûre, j’en aurai un souvenir vraiment émotionnellement très très fort... »

DÉSOLÉ, CONSTANCE, DE NE PLUS POUVOIR CROIRE EN TES CAPACITÉS ÉMOTIVES ! JOLIES CES LARMES, MAIS DE CROCODILE... ELLES NE FERONT PAS PLEURER DANS LES BANGAS... TU NOUS AS TROP BALADÉS POUR QU'ON LES RESPECTE...

jeudi 12 janvier 2017

UNE DÉPUTÉ FN DÉFEND MAYOTTE / Une île, les tripes à l'air

Ben voyons ! Quand nos dirigeants nous ignorent d'un mépris crasse, Marine Le Pen fait un tabac dans l'île et une député du même bord s'empare d'une question que nos élites trop bien pensantes, oublieuses de la réalité du peuple français, savent brandir, mais à l'international seulement (c'est vrai que là au moins, ils n'auront pas tant de comptes à rendre...).    


Quelques pistes, manière de réfléchir : 

C'est vrai que, libéraux pour l'économie, nos responsables continuent de cultiver une tendance "marxo-international-trostkyste" qui les fait prêcher pour tous les damnés de la Terre à condition qu'ils soient étrangers... mais prêcher seulement, car moins virtuellement, il n'y a qu'à voir où en est une coopération régionale dans le Sud-Ouest de l'Océan Indien, par exemple, laissant peser sur le dos seul des Mahorais une pression migratoire incroyable et à propos de laquelle ils se font traiter de racistes... A Mayotte, les étrangers (à qui nos gouvernants interdisent de partir pour la Réunion ou la Métropole, ben voyons...) représentent plus de la moitié de la population !!! De ne pas les compter (l'INSEE doit être aux ordres...) présente pour eux l'avantage de moins lâcher de leur avarice et pour l'île de devoir partager la portion congrue, c'est particulièrement vrai pour l'hôpital, les établissements scolaires

N'oublions pas le mépris cynique de François Ier la Francisque qui est allé à Moroni et à Mada mais pas à Mayotte... des formules telles que "Parce que c'est mon bon plaisir" ou "Le roi c'est moi" trouvent à s'appliquer pour notre monarchie républicaine. Pour revenir au sieur de Jarnac, faut dire qu'il avait mieux à faire au Rwanda, pays assurément plus français et plus "turquoise", bien qu'issu des colonisations belge et allemande !!! 

N'oublions pas que nos fiers défenseurs du peuple laissent, par l'entremise de l'UE, les pillards libres de gâcher la ressource dans des eaux territoriales plus réduites qu'ailleurs, puis d'aller faire travailler Maurice ou les Seychelles parce que le développement avec un vrai port est le dernier de leurs soucis.

N'oublions pas que nos nomenklaturistes laissent, dans les Travaux Publics, de grosses multinationales parasites libres de faire payer 3 fois plus cher pour des routes avec 3 fois moins de camelote et qui tiennent 3 fois moins de temps !!!  (ils diront que c'est pour prévenir les glissements de terres mais une des dernières en date est encastrée dans une gangue de bordures en béton empêchant notamment le passage des animaux, manière de faire grimper l'addition).

N'oublions pas qu'en 2006-2007, ils ont engagé des études onéreuses pour la retenue collinaire de l'Ourovéni et que la population du Sud ne dispose plus d'eau potable plus d'eau potable, vu que, dix ans après, rien n'a été fait des dossiers. (Comme à l'agriculture, au gré des techniciens nommés, ils dorment dans un tiroir, une conséquence de la gestion "post-coloniale) !!! 

N'oublions pas que ces sinistres crétins, loin de gérer la France "en bons pères de famille" jettent par les fenêtres d'un côté et imputent les économies aux plus défavorisés... Ne me dîtes pas que de réduire les inégalités sans marchandages ni radinerie coûterait tant à la cinquième ou sixième puissance mondiale... l'Allemagne l'a fait pour des millions d'Ossis et nous n'avons pas honte de ne pas faire un effort à hauteur de 0,7 % pour 200 000 habitants ? (voir les promesses pour 2037 puis 2025 des alternatifs de la gouvernance, droite et gauche confondues). 

Faut-il en rajouter avec, dans le désordre, le fiasco de l'école (45% de non-titulaires), celui du tourisme, de la santé, de l'insécurité (Cazeneuve promettant 100 postes pour 14 en réalité en tout et pour tout !) et en général de l'inégalité subie par des citoyens catalogués de troisième zone (allocations, logement, etc.) ??? Par contre, vous pouvez croire que pour ce qui est des Devoirs, la Ferme Générale sait imposer sans état d'âme l'obligation de l'impôt... mieux encore, dans un élan rappelant des pratiques totalitaires (mais la France n'est pas la Biélorussie...), elle perçoit de force l'assiette globale même si la moitié des contributeurs n'est pas encore recensée... Vous avez bien lu : le Trésor Public justifie ainsi devoir faire payer le double aux contribuables listés !!!

Faut-il en rajouter quand un "après nous le déluge" conclut le pourrissement moral des gouvernants ? Ici, si peu est fait pour protéger les milieux naturels (mangrove, forêt). Et ces irresponsables aux bras ballants mais aux poches pleines ne proposent rien pour les énergies alternatives, la récupération des eaux pluviales, des transports moins polluants... 

Ah, si, si ! acoquinés avec les milliardaires qui y perdraient, ils tapèrent du poing sur la table pour pistonner TOTAL quand Mayotte, après un appel d'offres, voulut céder les hydrocarbures nationalisés à une société mieux-disante mais de Maurice !.. Je vous prie de croire que si les hauts fonctionnaires sont promus quand la forfaiture ne remonte pas jusqu'à Paris, dans l'autre sens, les coups de bâton redescendent vite du ministère pour pistonner un pétrolier du premier cercle de la nomenclature, un pétrolier arguant au départ qu'en tant qu'entreprise française, tout devait lui être donné !!! 

...Bref lol... quand nos dirigeants nous méprisent, que pourrait faire l'UE avec encore un ramassis représentatif d'apparatchiks plus prompts à favoriser (avec nos deniers) la finance internationale, à bien profiter de privilèges (ce fonctionnaire de Bruxelles libre de faire ronfler sa grosse cylindrée sur l'autoroute, sans crainte des pv), à imposer des lois fallacieusement surréalistes qui nous interdisent des échanges plus naturels et écologiques avec les voisins mais laissant les coudées franches à des acteurs économiques d'un marché dit libre : le commerce est cadenassé par quelques filiales de grands groupes qui ne se cachent pas de faire un bénéfice même sur le transport par conteneurs ?!?! 
Et de réserver une clientèle captive à des compagnies aériennes déjà financées par le public (Air Austral), n'est-ce point du mépris ? Leur morgue va même jusqu'à faire payer à un prix prohibitif les billets des fonctionnaires en congé administratif ? Dois-je ajouter que mes amis du vice-rectorat libéraient des enseignants avant les vacances et en faisaient rentrer d'autres après la rentrée, les flux financiers vers les privés de l'aérien comptant plus que l'intérêt (pardon pour le gros mot) des élèves  ?  (toujours l'histoire des frais pour l' éleccicon (électeur-citoyen-contribuable) et du bénef pour le milliardaire)...

Moralité : quand younousais pas ce que peut bien foutre le socialo Omarjee, député européen en titre, cela me soulagerait, presque, qu'une autre représentante au Parlement européen, fût-elle FN (1), se soit emparée du riche sujet de notre pauvre Mayotte !!!
De telles attentions, si opportunistes à court terme pour un parti qui reluque avant tout une rente de situation jusque là confisquée par nos deux grandes écuries de canassons, ne doivent pas nous endormir... la nièce de la dynastie Le Pen (2), s'étant clairement positionnée, elle, pour le rejet de Mayotte... 

Dans la turbulence pathétique d'une année 2017, sûrement année charnière, je ne sais pourquoi le "Ah ! les cons, s'ils savaient !" de Daladier revenant de Münich (sept. 1938) me revient en mémoire...   

(1) avant de jeter la pierre, réfléchissons à tout ce que peuvent avoir d'honnête, de moral, d'exemplaire, des socialistes en vue comme Cambadélis, Désir, Dray ou Terrasse ? (voir à ce sujet le projet de loi de Le Roux)

PS : pardon d'être lourd et brouillon, ça sort des tripes, dans l'urgence, de Mayotte éventrée...

http://joellemelin.com/video-de-conference-sos-mayotte-mayotte-aujourdhui-leurope-demain/

NIVEAU & PERFORMANCES REMARQUABLES pour les collégiens de MAYOTTE !..

RENTRÉE COLLÈGE après trois jours "volés" aux élèves pour reprendre l'expression de nos vertueux crétins du vice-rectorat... 

PAS DE LIVRES pour les élèves au collège de Sada !!!! Peut-être ont-ils envoyé les vieux manuels à Madagascar ?

LES LIVRES qui devaient être là fin août SONT-ILS ENFIN ARRIVÉS au collège de Dembéni ???

Ne laissez surtout pas le soin de donner cette info au Ribouldingue de Kwezi qui se pâme quand Constance Cynique, la vice-recteur, parle si bien du merdier dans lequel elle enfonce Mayotte !!!
Bonne année 2017 Kwezi... quant à Mayotte... 

CE MATIN, UN REPRÉSENTANT SYNDICAL EST REÇU à KWEZI :  

D'après lui, la crise n'a pas été anticipée par le vice-rectorat qui ne réagit que le 5 janvier, après les fêtes... (et les suppléments de primes qui tombent NDLR) ! 
MAIS C'EST QUAND QU'ILS TRAVAILLENT CES GENS-Là complètement coupés des enseignants et cyniquement carriéristes par rapport aux terribles carences éducatives subies par Mayotte ? (NDLR)
MAIS C'EST QUAND QU'ILS RÉFLÉCHISSENT CES GENS-Là par exemple pour trouver une solution alors que dans le Sud, l'eau est coupée un jour sur trois et qu'il faut attendre 48h avant que cette eau courante ne devienne potable ? 

Le représentant syndical parle des oukases de l'administration... quand les apparatchiks voudraient imposer un rattrapage des cours "volés" aux élèves ! 
L'époque du gouverneur à Mayotte ne semble pas révolue pour les "petits blancs" du vice-rectorat !

Ce même représentant dit que les autorités voudraient que son syndicat du secondaire se désolidarise de celui du primaire toujours en grève parce que RIVO est méchant ! Gentil État, si radin au niveau des 0,7 % que coûte Mayotte, et qui ne veut pas reconnaître une ancienneté des services si importante pour ceux qui prennent ou prendront la retraite !  

Si en métropole le niveau des élèves est en capilotade surtout depuis que des groupuscules sont encouragés à vibrionner plus librement que par le passé (opportunisme de Mittérand / idéologie aussi hypocrite que subversive vidée petit à petit depuis 1981 de ses valeurs de gauche, ce qui a finalement abouti à l'expression d'un libéralisme pur et dur NDLR), c'est catastrophique à Mayotte. 
Bien entendu, les nomenklaturistes de l’État et en particulier de l’Éducation Nationale préfèrent imputer le fiasco aux indigènes (font trop de gosses... parlent pas français... devraient contrôler leur accent... devraient contrôler les dépenses...etc.) qu'endosser une quelconque responsabilité dans les forfaitures continuelles de l’État (inégalité républicaine... argent public dilapidé par 80% de constructions hors normes, plombées de malfaçons... constructions restituées parce que bâties chez des privés... réforme des rythmes imposée d'autorité... solidarité gouvernementale les rendant muets sur les problèmes d'immigration clandestine parce que 60% sinon plus, du budget, comme dans la santé et le reste est à inscrire dans la colonne "coopération avec les Comores"... etc.)  

Kwézi-FM qui a répercuté l'info peut faire mieux en ne la déformant pas, en manifestant une élémentaire prudence indispensable puisqu'on ne peut pas tout savoir sur la gratuité des livres : 


http://eduscol.education.fr/cid48578/principe-de-gratuite.html

"... Le principe de gratuité concerne toute la durée de la scolarité, depuis l'entrée en maternelle jusqu'aux classes de lycée post-baccalauréat..."

"...Au collège, les manuels scolaires sont acquis sur crédit D’État et sont prêtés aux élèves au titre de l'aide aux familles..."
Sur 30 ans en métropole, à la Réunion, à Mayotte, j'ai souvent encadré la distribution GRATUITE des manuels scolaires en début d'année (un dédommagement étant prévu au moment de la restitution, en cas de détérioration... un manuel doit durer 5 ans en moyenne).


mercredi 11 janvier 2017

MAYOTTE AVANCE... PLUS QU’UN PETIT PAS... / Agonie du 101ème département


Sur le site informant sur la plage sable-cocotier-caca de Nyambadao,
http://www.agencepresse-oi.com/mayotte-plage-de-nyambadao-…/
il n’est pas inutile de feuilleter même si on en a ras la casquette de l’école au rabais, de l’eau aux acquêts, en s'en tenant juste à quelques fils d'actualité.
L'article daterait du mois d'août dernier, c'est l’occasion de mettre sous les projecteurs une de ces grandes initiatives attestant de l’altruisme désintéressé de nos élus départementaux, par ailleurs si souvent décriés ! 


Grâce à eux, Mayotte avance ! Ils sont là, nos institutionnels chargés de remobiliser les énergies, de donner les grandes directions vers le développement, d’insuffler les pratiques vertueuses. Nous en convenons avec eux : les petits pas font les grands changements. Élisez les donc pour des matins qui chantent... (je pense à ces handicapés sans tickets de ravitaillement et du coup protégés contre le diabète et l'hypertension !)
De fait, l’agence de presse en question informe que le Conseil départemental « a lancé des travaux pour la définition d’un PCET » (Plan Climat Energie Territorial / août 2016)
Formidable en apparence ! Tant qu’on s’engagera dans de lourds travaux de réflexion pour définir une stratégie susceptible de viser des objectifs écologiques, Mayotte avancera d’autant plus vite... sauf que c’est comme pour la troisième retenue collinaire qui doit nous sauver... dans les papiers depuis 2007 !!!
Quelles bonnes choses, quelles résolutions vertueuses un tel PCET pourrait cacher (on se méfie depuis les PET de la réforme des rythmes) ? 


* Après vingt ans de réflexion, le Conseil départemental... au bois dormant met certainement la dernière main à finaliser sur le papier l’axe Longoni-Sada devant désengorger Mamoudzou et développer le Centre... ce qui permettrait de ne plus s’encombrer l’esprit avec la maudite route des hauts des montagnes rousses (en kusi, la saison sèche), devant épargner au commandant Passot du rond-point et aux brouettes de toutes les contrebandes, le trafic incessant des conteneurs au cœur d’une ville désormais piétonnière...

* Le Conseil départemental... au bois dormant imagine sûrement des parkings à la périphérie de la capitale (il trouvera, à force, où caser la bicoque du gardien si c'est la petite difficulté à résoudre). La population active, comme le montre la simulation en 3D, disposera alors d’un service de transports en commun, de navettes régulières pour une circulation fluide, contrôlée et écologique, jusqu’au centre ville...

* Le Conseil départemental... au bois dormant dessine dans les esprits des pistes cyclables, pour la qualité de l’air, contre l’embonpoint dû aux mabawas (et au député élu grâce à eux). L’avenir est aux déplacements propres, c’est ce qui fut promis au pauvre entrepreneur des vélos électriques... Vous vous souvenez, celui qui fut loué un temps pour son initiative économique : et que je te fasse un reportage avec le parrainage des élus départementaux... Aujourd’hui le jeune en question est en faillite ou a mis la clé sous le paillasson, ce qui revient au même...

* Le Conseil départemental... au bois dormant devrait moins réfléchir tant ça chauffe (le cerveau parce que socialement, tout ne va pas si mal à en croire l’avocat qui se voit déjà député du Nord, insistant sur un ordre des choses à préserver tant qu’il permet à tous les coquins de son espèce (Rép ou Socialos), de profiter pleinement de la rente de situation que nos impôts autorisent... / ce cher Maître a jacté hier, à Kwézi !). Quittons ce bavard et ne noyons pas notre propos avec des considérations dilatoires pour revenir à cet inédit service maritime à rendre Venise jalouse, de Koungou jusqu’à Dembéni, reléguant à jamais aux oubliettes les heures perdues dans les embouteillages d’une époque où les élus pantouflaient (au sens premier).

De temps à autre, un prince ou une princesse Erika vient depuis une métropole perdue dans les brumes ou la non moins reculée île de la Réunion, cousine « de loin » seulement (elle ne se mélange pas avec les torchons), pour donner le baiser libérateur.
Liesse, tambourins, colliers de fleurs du petit peuple où se fondent les intermittents de la sphère politico-associative en mal de tickets de présence (pour faire nombre).

Et comme dans tous les contes, ils eurent beaucoup de promesses d’enfants. Sauf que ces visites de saupoudrage pour les enfants joyeux ajoutent encore aux emmerdements pérennes.
Autant laisser le bilan aux successeurs qui à leur tour s’en prévaudront pour laisser pire encore... Raison de plus pour s’imaginer en sauveurs de Mayotte élaborant un nouveau Plan Climat Energie Territorial, bien huilé aux entournures (pas un vulgaire diaporama powerp...), que dis-je, vaseliné, encore plus magique que le précédent...


Mayotte avance... plus qu’un petit pas et c’est le précipice, à force de lendemains qui déchantent !

K d’O, PAS D’EAU, CADEAU DES K.PÔ , grands KOmmis et serviteurs de l’ÉtO ! / AgOnie de Mayotte...

(que les pOliticO-consanguins du fiascO ne se disent pas exOnérés de toute responsabilité dans ce fléO...)

* Entre ceux qui prient pour qu’il ne pleuve pas, folie des mariages oblige, désormais 8 mois sur 12... à la mode de MOrOni (€€€€€€€)...

* ceux qui concomitamment implorent le même dieu pour qu’il pleuve...

* les techniciens de l'O, des retenues cOllinaires, de la météO, qui n’en peuvent mais...

* les recOmmandations désormais trilingues de la préfecture sur l’air de la Claire Fontaine... (je préfère et de loin BakOkO Saïd) 

* le grand n’impÔrte quoi des ÔtOrités (irresponsabilité légalisée, carcan législatif paralysant, crétinisme, dévoiement d’apparatchiks nomenklaturistes, véritable État dans l’État émancipé de la tutelle pOlitique...)...

* le cynisme politique à contre-courant de la République guidant le peuple (carriérisme, république des copains, monopole du bOnnet blanc et du blanc bOnnet quel que soit le sens du pouvoir alternatif...)... 

NOUS EN SOMMES RÉDUITS A CONJURER LE CIEL DE NOUS TOMBER SUR LA TÊTE...
SAUF QU’À MAJI.K.VO, le village dont le nom signifie qu’il n’y en a pas, de l'eau, il en est trop tombé à la fois et un enfant a été victime d’un glissement de terrain... (un autre aurait été entraîné par un flot boueux (Koungou) comme ce fut souvent le cas avec les caniveaux ouverts à toutes les chutes) !

Note superfétatoire : A NyambadaO, un autre village, la magnifique plage interdite pour cause de germes de contamination fécale est réouverte à la baignade... Nager, faire la planche en songeant à tout ce qui peut aboutir dans le lagon ou à l’étron sur l’estran si l’eau est coupée... magnifique image pour les prOs du tourisme lors du prochain salon... 

Pardon pour cet humour sombre à vOmir... ou plutôt pour tout ce vOmi qui me submerge encore aujourd'hui...

mardi 10 janvier 2017

TANT VA LA CRUCHE VALLAUD QU’À LA FIN ELLE SE CASSE... (5)

Alors que la ministre prépare ses cartons en gérant les affaires courantes, sans plus arborer une supériorité de caste qui précipiterait l’agonie sociolibérale hollandienne, quand Erika BAREIGTS touche les dividendes de sa rente de situation politique, quand CAZENEUVE, ce menteur éhonté (100 policiers promis, 14 dans les faits à Mayotte), prospère sur le fumier d’une gouvernance en décomposition, à Mayotte, plutôt que de la fermer, Costantini, la vice-recteur, la cruche locale, ferait mieux de cacher son indécence.

LÀ OÙ NOUS VOYONS CONSTANCE CYNIQUE, CETTE CHÈVRE, PASSER DU COQ À L’ÂNE... ET PATINER DANS SES RÉPÉTITIONS D’INCAPABLE NÉANMOINS SOLIDAIRE DE SA CASTE GOUVERNANTE... Rien sur les inégalités flagrantes qui font du Mahorais un Français au rabais et de Mayotte un cul-de-basse-fosse ! DE TELS PROPAGANDISTES ONT HISTORIQUEMENT PRÉCÉDÉ DES RÉGIMES EXTRÊMES ! DE TELS ENNEMIS DU PEUPLE METTENT LA FRANCE EN PÉRIL, SOYEZ-EN CONVAINCUS !!!

Suite de l’entretien de fin octobre :

«... Samuel Boscher : pour les écoles en rotation ça devient plus compliqué...
Constance Cynique : Mais bien sûr...

Patrick Millan : pour les écoles en rotation...

CC : y en a qui font et ça marche très bien. Vous devriez les inviter plutôt eux que moi et vous verrez qu’ils vous diront ce qu’il en est et je répète que 47 écoles n’ont pas encore engagé la réforme complètement sur les rythmes scolaires parce que justement les conditions ne le permettent pas. Donc continuons à donner confiance aux gens, arrêtons de mettre des problèmes là où il n’y en a pas et en revanche, j’ai lu votre journal de ce matin, le préfet a reçu les policiers, les gendarmes, pardon, par rapport aux problématiques et il était dit qu’il fallait que les policiers soient entrés, enfin, participent de la réflexion, là c’est la même chose que nous faisons. Nous voulons que les gens participent de la réflexion. Nous nous promenons dans toutes les communes, nous allons dans toutes les communes pour pouvoir au plus près, avec la préfecture, avec la DEAL, regarder où sont les problèmes pour pouvoir mettre les priorités.

PM : y a des gamins qui encore mangent par terre dans la poussière...

CC : oui

PM : vous le savez ?

CC : mais bien sûr, bien sûr...

PM : Y a rien qui vous choque là ?

CC : Euh, monsieur Millan, si, y a plein de choses qui me choquent, y a plein de choses qui me choquent. Je... bien sûr c’est choquant et là-dessus je ne vous dirai pas autre chose que il ne faut pas que ça se passe comme ça. Point. Voilà. Et quan"t", on a des salles de classe et qu’y a des collations, il y a aussi des écoles qui n’ont pas de réfectoire et qui arrivent à trouver des solutions pour que les enfants mangent, et pas par terre. Voilà.

PM : ça y est, évidemment et toujours aussi compliqué...

SB : vous avez rencontré la ministre fraîchement nommée, Erika Bareigts, en septembre. Avant cette visite, elle vient à Mayotte et elle annonce le doublement des constructions scolaires...

CC : Oui, mais je crois que tout le monde, tout le monde vraiment, il faut que la population de Mayotte sache que tous les ministères ont vraiment pris en compte ce qui se passait à Mayotte, ont vraiment pris en compte la volonté des Mahorais de pouvoir continuer à avancer. Moi je voudrais juste, j’ai une phrase à dire, franchement, euh, que les Mahorais sachent qu’on a envie de faire avec eux, et que on prendra autant d’énergie qu’il faut pour pouvoir continuer à avancer avec eux. Je crois que ce sont des preuves. La ministre vient, elle annonce dix millions d’euros, elle a eu des paroles qui ont été des paroles très encourageantes pour la population. Pourquoi ne pas croire en ces gens-là ? Pourquoi vouloir systématiquement...

PM : parce qu’on nous a souvent menti, on nous a souvent menti avec les élus, la ministre avec tout le respect qu’on lui doit est une politique, en période préélectorale...

CC : c’est valable pour tout le monde la période électorale...

PM : voilà pourquoi les gens ont de plus en plus de mal à croire en la politique...

AH QU’EN TERMES FLEURIS CES CHOSES-LÀ SONT DITES...

lundi 9 janvier 2017

L’ÉDUCATION ET LE RESTE A MAYOTTE / Constance Cynique et sa clique en manque d'eau (4) !


La rentrée est reportée de trois jours dans le sud, le temps pour le vice-rectorat, de mettre en place des équipements palliatifs face à la pénurie d'eau et aux coupures dues au rationnement... 

La clique en charge de l’Éducation Nationale à Mayotte, gérant ou plutôt laissant dériver sans vergogne un département déjà déshérité, n'a pas eu assez du mois de vacances pour anticiper les fameuses "heures volées aux élèves". même si nous le savions déjà, ils ne manquent pas d'air les nomenklaturistes !

Et les indigènes irresponsables, ils ont bon dos, toujours selon nos si vertueux serviteurs de l’État toujours aussi paternalistes ! 

Et ce matin, les baveux de Kwezi, si prompts à passer la brosse à la vice-recteur et à ses pontes (la dernière fois pour les efforts "planchés" pour la restauration scolaire), ressortiraient presque le balai-brosse et la "planche" savonnée pour ce même haut-fonctionnaire (1) qui n'était peut-être pas là pour une danse de la pluie ! 

C'est vrai que si l’État (à côté des politiques jamais là, ne les oublions pas ces parasites patentés !) se décarcassait autant pour l'eau que pour le reste à Mayotte (2), le monde entier le saurait (3) ! 

(1) un nommé "Planchand" sauf erreur de ma part et si je n'écorche pas son patronyme...
(2) concernant la grève des instits, par exemple, tant de radinerie à l'encontre de Mayotte alors que l'égalité réelle n'équivaudrait qu'à 0,7 % des efforts du pays puisque Mayotte, immigration comprise, ne pèse pas davantage !
(3) c'est au contraire une chape de plomb qui couvre l'île pour que toute cette gouvernance sale n'arrive pas aux oreilles des quelques métros susceptibles de solidarité... alors que les panurgistes hypocrites (Peillon aussi, à sa manière, à l'occasion de son engagement présent, que je me permets de mettre à l'index pour son idéologie suicidaire sur bien des points) prêchent pour l'accueil (mais, en général, plutôt chez leurs voisins que chez eux) des damnés de la terre chassés, entre autres malheurs, par nos guerres !

dimanche 8 janvier 2017

ÇA PUE LE DOGMATISME DE PEILLON... / L'école de Mayotte, une honte pour le monde (3) !

ÇA PUE LE DOGMATISME DE PEILLON, LE GAUCHO DES BOBOS PARTI EN PÉNICHE (2014) ET QUI VOUDRAIT COMMANDER LE PAQUEBOT 2017...

" Patrick Millan : les rythmes scolaires... Des parents sont venus témoigner sur ce plateau et par téléphone. Ils expliquent que ces rythmes ne conviennent pas à notre méthode de vie. Amener le gamin à 7 heures, revenir le chercher à 11 h, le récupérer à 12h30, le ramener à 15h. Je sais plus, je n’ai pas les horaires en tête mais puisque la mairie a du mal à compenser sur la pause méridienne, ça ne colle pas.

Constance Cynique : ce n’est pas du tout le problème, la mairie  n’a pas de mal à compenser là-dessus, la problématique c’est la problématique de vouloir de suite avoir des réfectoires pour pouvoir installer les enfants pour manger. Voilà. La problématique elle est là. Alors on revient en arrière, on repart à zéro et dans vingt ans, dix ans on en sera exactement au même point. En métropole c’est la même chose, les gens vont travailler aussi en métropole. il y a aussi des organisations où les enfants, le rythme des enfants c’est pas forcément le rythme des parents. Je suis désolée, le rythme des enfants, le rythme pour apprendre des enfants n’est pas forcément le même que le rythme des parents et c’est pour ça qu’il y a des organisations à trouver et l’avantage qu’a Mayotte, c’est que la cellule familiale de Mayotte est une cellule qui est beaucoup plus élargie et qui permet du coup d’avoir des prises en charge par d’autres membres de la famille, par des voisins, ce qui est beaucoup plus difficile en métropole. Il faut pas mettre les problèmes là où ils ne sont pas. C’est pas un problème de rythmes, le rythme d’abord c’est pas nous qui en parlons, ce sont les chronobiologistes et nous n’avons pas nous les compétences pour pouvoir  parler des rythmes des uns et des autres. Les chronobiologistes l’ont fait et l’ont dit. Après, dernier point, je vais commencer par ça, l’école de la république, c’est la ministre de l’Éducation Nationale qui, pour la totalité de ses territoires pose les règles, les règles qui ont été posées, c’est 9 demi-journées avec un amendement possible et donc 8 demi-journées possibles et ça personne n’a dit qu’on commençait à 7 h, à 10 h. La seule règle c’est 5 matinées de travail avec 8 ou 9 demi-journées.

PM : ça peut s’organiser à peu près comme on peut le faire...

CC : mais bien sûr, en tout cas, ça peut s’organiser en tenant compte des rythmes de Mayotte qui est une vie qui commence beaucoup plus tôt le matin par exemple " 


La vice-recteur dans la problématique des rythmes... 

samedi 7 janvier 2017

L’ÉDUCATION A MAYOTTE ?.. BLABLAS, ESBROUFE, MENSONGES (2)

Acculée, la nomenklaturiste en chef de l’Organe Éducatif d’État à Mayotte a voulu attaquer pour défendre son calamiteux bilan. Elle était reçue, fin octobre, par Kwezi, la radio « brosse à reluire », sauf qu’en la circonstance, les blaireaux ne disposaient plus que du chiendent...

«... LES MILLIONS NE SE TROUVENT PAS SOUS LE PAS D’UN CHEVAL.../... IL FAUT SURTOUT PAS ESSAYER DE DONNER L’IMPRESSION QUE LES CHOSES VONT MAL...»

Patrick Millan : doit-on parler de générations sacrifiées ?

Constance Cynique : pas du tout, justement, il faut justement continuer, je ne veux pas être responsable. Or si on fait ce que certains parents disent... mais ils sont quand même pas nombreux mais je veux pas minimiser le problème hein, là ce serait une génération sacrifiée parce qu’on sait très bien, c’était de notoriété publique que quand les enfants étaient sur 5 heures, 5 h et demi d’affilée, il n’y avait pas 5,5 h de travail ; c’était dit par mes prédécesseurs et c’était prouvé maintenant on ne peut pas dire que il n’y a pas une prise en compte une prise en charge de la problématique. Le maire de Mamoudzou a déjà fait énormément...

PM : ça dépend des quartiers...

CC : peut-être faut il interroger le maire. Moi je sais qu’on a fait un énorme travail...

PM : faut trouver une solution, il y a quand même des écoles fermées, Kavani...

CC : tout à fait. Nous sommes en train de trouver une solution puisque la solution... on ne peut pas trouver la solution sur Kavani, on ne peut pas trouver, les millions ne se trouvent pas sous le pas d’un cheval. Il va falloir aussi qu’on comprenne cette chose là. Dix millions ont été rajoutés aux 10 millions qui étaient posés déjà sur le 1er degré, il y a une réelle prise en charge de la situation. Actuellement sur Kavani, il y a une proposition qui est faite avec une association pour pouvoir aider le fonctionnement. Je crois qu’il faut juste que nous puissions tous nous mettre autour de la table et c’est ce qui est en train d’être fait puisque mon adjoint a rendez-vous. Oui bien sûr si vous regardez l’événement du jour au lendemain, on peut dire que les choses n’avancent pas assez vite. Moi je peux vous dire que les choses avancent et que il faut surtout pas essayer de donner l’impression que les choses vont mal. Non, il y a des endroits où les choses vont moins bien qu’à d’autres. Il faut effectivement qu’on en tienne compte et moi je ne veux pas que les enfants de Kavani soient des enfants sacrifiés...

La suite si vous montez avec moi en PREMIERE LIGNE !

Acculée, la nomenklaturiste en chef de l’Organe Éducatif d’État à Mayotte a voulu attaquer pour défendre son calamiteux bilan. Elle était reçue, fin octobre, par Kwezi, la radio « brosse à reluire », sauf qu’en la circonstance, les blaireaux ne disposaient plus que du chiendent...

«... LES MILLIONS NE SE TROUVENT PAS SOUS LE PAS D’UN CHEVAL.../... IL FAUT SURTOUT PAS ESSAYER DE DONNER L’IMPRESSION QUE LES CHOSES VONT MAL...»

Patrick Millan : doit-on parler de générations sacrifiées ?

Constance Cynique : pas du tout, justement, il faut justement continuer, je ne veux pas être responsable. Or si on fait ce que certains parents disent... mais ils sont quand même pas nombreux mais je veux pas minimiser le problème hein, là ce serait une génération sacrifiée parce qu’on sait très bien, c’était de notoriété publique que quand les enfants étaient sur 5 heures, 5 h et demi d’affilée, il n’y avait pas 5,5 h de travail ; c’était dit par mes prédécesseurs et c’était prouvé maintenant on ne peut pas dire que il n’y a pas une prise en compte une prise en charge de la problématique. Le maire de Mamoudzou a déjà fait énormément...

PM : ça dépend des quartiers

CC : peut-être faut il interroger le maire. Moi je sais qu’on a fait un énorme travail...
 
PM : faut trouver une solution, il y a quand même des écoles fermées, Kavani...

CC : tout à fait. Nous sommes en train de trouver une solution puisque la solution... on ne peut pas trouver la solution sur Kavani, on ne peut pas trouver, les millions ne se trouvent pas sous le pas d’un cheval. Il va falloir aussi qu’on comprenne cette chose là. Dix millions ont été rajoutés aux 10 millions qui étaient posés déjà sur le 1er degré, il y a une réelle prise en charge de la situation. Actuellement sur Kavani, il y a une proposition qui est faite avec une association pour pouvoir aider le fonctionnement. Je crois qu’il faut juste que nous puissions tous nous mettre autour de la table et c’est ce qui est en train d’être fait puisque mon adjoint a rendez-vous. Oui bien sûr si vous regardez l’événement du jour au lendemain, on peut dire que les choses n’avancent pas assez vite. Moi je peux vous dire que les choses avancent et que il faut surtout pas essayer de donner l’impression que les choses vont mal. Non, il y a des endroits où les choses vont moins bien qu’à d’autres. Il faut effectivement qu’on en tienne compte et moi je ne veux pas que les enfants de Kavani soient des enfants sacrifiés...

La suite si vous montez avec moi en PREMIÈRE LIGNE !

L’ÉTAT EST UN CANCER, L’ÉDUCATION NATIONALE, UNE DE SES NOMBREUSES MÉTASTASES !

Acculée, la nomenklaturiste en chef de l’Organe Éducatif d’État à Mayotte a voulu attaquer pour défendre son calamiteux bilan. Elle était reçue, fin octobre, par Kwezi, la radio « brosse à reluire », sauf qu’en la circonstance, les blaireaux ne disposaient plus que du chiendent... 

"... UN MAIRE, C'EST UN VRAI INVESTISSEMENT.../... IL FAUT DONNER DU TEMPS..."
 
Patrick Millan : Rien n’avance, tous les six mois c’est la même problématique : vous n’arrivez pas à régler les problèmes une fois pour toutes...

Constance Cynique : pouvoir voir l’impact...
 
PM : des parents d’élèves qui s’inquiètent, pas une année scolaire normale à Mayotte... les résultats, on n’est pas les premiers... Est-ce que toutes ces grèves... il en manque chaque fois 20 %, 25 %...
 
CC : je ne peux que partager... je comprends la révolte des parents mais ne pénalisons pas les enfants, laissons nos écoles ouvertes. Vous savez... un maire n’est pas obligé d’avoir une école... Un maire c’est un vrai investissement, quand il ouvre une école, c’est un vrai investissement. Un maire a un nombre d’écoles très important. On sait les problèmes, retards à la construction, retards à l’engagement. J’entends les parents qui disent les rythmes scolaires. Je ne crois pas que ce soit le problème. Que le programme de construction puisse se faire. Il faut donner du temps, ça fait trois ans que je suis ici, je trouve que les choses ont énormément évolué...

la suite si vous m'accompagnez au CASSE-PIPE !!!

vendredi 6 janvier 2017

TITIN DE TOUS LES REFRAINS ! / De l'importance des surnoms !

André, c’est ce petit garçon assis en tailleur sur une table du casino disparu de Saint-Pierre-la-Mer (1). En short, il porte un marcel tricolore. Juste à côté, sur des chaises bistrot pliantes dans une version tube, plus solides apparemment que celles, plus classiques, en fer plat, ses parents, des couples proches, des amis, une bonne quinzaine de personnes, une joyeuse assemblée qui boit de la limonade et de la bière. Peut-être panachent-ils ? On distingue le col blanc dans les verres à pied ; on reconnaît les bouchons à levier en céramique avec le joint de caoutchouc. Sur la photo ne manquent que la couleur, les rires, les éclats de voix, et pourquoi pas quelques airs à la mode avec, de temps à autre, le pschitt d’une bouteille se mêlant à la conversation, accompagné de ce tintement caractéristique de la céramique sur le verre, en préambule au plaisir.
 

Des chaussures en toile, des bretelles, des pantalons larges, un béret,
Une cravate, un chapeau de paille, des robes tabliers, un ceinturon
Des manches courtes, des moustaches, des serre-têtes, des chignons...
Un inventaire moins inspiré que celui de Boris Vian dans sa Complainte du Progrès même si j’ai essayé d’en respecter la mélodie. Pardon, pardon de changer d’époque sans raison : la scène à la terrasse du casino est de 1938 et non de 1954. Il flotte une atmosphère de congés payés, de cette douce insouciance refusant de voir les signes annonciateurs d’une Europe au bord du suicide.
C’est la vogue des opérettes marseillaises synonymes de douceur de vivre au soleil du Midi. Ça chante le cabanon, le pastis, la pétanque, les pescadous, la bouillabaisse, la Canebière et le pays qui manque quand on monte à Paris. Ainsi Vincent Scotto qui a mis le Midi en musique, évoque-t-il la nostalgie des pins, des cigales dans sa Venise Provençale, Martigues, la ville entre l’étang de Berre et le golfe de Fos (sans les pétroliers en rade ?). Dans ses personnages figure aussi Titin des Martigues, joué par Henri Alibert...       

Sûr que « Le Tango Merveilleux » et « Ma Chiquita » devaient passer souvent à la T.S.F. car, à cause de cette opérette (filmée aussi en 1938), le petit garçon qui joue ou gesticule avec un objet allongé, une boîte ou un éventail emprunté aux femmes qui le couvent, sur une table du casino fut surnommé Titin.
Pas plus tard qu’hier, André, maintenant octogénaire, m’a repris quand j’ai dit «Tintin » (2) tout en avouant ne rien savoir sur l’origine de son surnom. C’est son aîné et complice d’alors, mon père, maintenant nonagénaire, au premier plan avec le béret et les chaussures de toile, qui a levé le voile en trois mots seulement : « Titin des Martigues » !

(1) Outre l’édification des blockhaus, l’immersion de chevaux de frise, le creusement de canaux antichars,  les champs de mines, la destruction du casino et des villas d’avant-guerre caractérisait le dispositif de défense allemand contre un éventuel débarquement allié (guerre 39 - 45).
Encore une chanson où seul le mouvement de la mer est en contradiction :
«... Tu cherches des morceaux d'hier pépère
Dans des gravats d'avant guerre
L'Casino c'est qu'un tas d'pierres.../
... La mer est déjà repartie
Le vieux casino démoli, c'est fini
Pépère t'aurais pas comme une vieille nostalgie...» A. Souchon.
 Y'a de la rumba dans l'air, Titin... ça change du lac des cygnes... je sais et puis, ton smoking à toi n’est pas de travers, comme chez Souchon...
(2) en grand ordonnateur mais non sans logique, s’agissant du prénom Augustin (sauf erreur de ma part), le hasard a attribué ce même surnom "Titin" au boulanger dont la maison se trouve dans ce même quartier (la rue Neuve, juste au-dessus de la rue des Barris d’André). D’où ma méprise...  

En complément :
1. à écouter https://wn.com/titin_des_martigues_1937
2 & 3. à consulter http://www.imdb.com/title/tt0194452/combined
https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9rette_marseillaise

A papa qui se bat contre un avc avec toute sa tête, à André l’ami lointain toujours présent.
 
Photo de famille : la terrasse du premier étage (accès par un escalier monumental)... merci à qui voudra bien envoyer une photo du casino, assez monumental pour une station balnéaire plus fournie en campement disparates sur la plage qu'en hôtels et villas en dur...

mardi 3 janvier 2017

BONS VŒUX POUR 2017 / Vœux en Occitanie


Si on entrait dans la nouvelle année le 25 décembre (c'était le cas sous Charlemagne et les vœux sont encore souvent exprimés à Noël en Provence) (1), la date a pu varier pratiquement jusqu'au 1er avril.

Quelques souhaits exprimés pour le nouvel an :

" Bona annada
Plan granada
De plan maitas acompanhada "  

« Vous soueti la bouno anado Dé pla acoumpanhado »
Lou souc de Nadal

" Bonjorn e bon an nou !"

" Bona e urosa annada "

" Bona annado, pla granado !"

" Bona annada de forças autras acompanhada !"

"Bonjorn e bona annado melhora que la passada !"

" L’an que ven es un brave ome que promet tot ço qu’om vol. cadun pren e cadun dona, bona annada e bon an nou. "

" Per tant pichonet que siogesse, ie ei passat pel pont malgrat le fret e la torrada per vos souetar la bona annada."

   Celle ou celui qui recevait les souhaits répondait parfois d'une formule facétieuse, en
manière de plaisanterie ou de familiarité :
" Ieu, soi de Carcassona,
Qual me la soèta
Me la dona !"
Moi, je suis de Carcassonne,
Qui me la souhaite
Me la donne !
   Puis il donnait une friandise ou une petite pièce de monnaie et les enfants prenaient congé
en souhaitant les meilleures choses du monde :  

"Que l'an novèl
Vos siaga encara pus bèl !
Que l'an nouveau
Vous soit encore plus beau !

Qu'ajètz de blat
Duscas al teulat !
Que vous ayez du blé
Jusqu'au toit !

Qu'ajètz tant de drollons,
Coma de plècs als cotilhons !"
Que vous ayez autant d'enfants
Que de plis aux jupons !

Il arrivait parfois que la personne visitée et honorée soit des plus pingres. Si elle ne
donnait rien en échange de leurs voeux, les enfants marmonnaient entre leurs dents :
"Que la foira t'escane
Tota l'annada !"

Que la diarrhée t'étouffe
Toute l'année !

"Que lu chiol te pruse
Coma un sac de piuzes !" (2)

Que le cul te démange
Comme un sac de puces !

De nos jours, au moment de trinquer au nouvel An, les anciens disent souvent :
A l'An que ven
Se sèm pas mai,
Que siaguèm pas mens !

(1) Marcel Pagnol fait dire à Lili, son copain des collines : " A l'an que vèn, si sèn pas pus que siogessen pas mens !" À l'année qui arrive, Si on n'est pas plus, Que l'on ne soit pas moins
https://www.facebook.com/Marcel.Pagnol.groups/?fref=ts
(2) les Chevaliers du fiel rajoutent (dans l'esprit)"... et que ton bras trop court t'empêche de te gratter !" 



photo autorisée 1 fragon ou petit houx (wikipedia) aut Fritz Geller Grimm
2 diplotaxis fausse rouquette derrière le moulin de Fleury.