Follow by Email

dimanche 31 janvier 2016

JANVIER ENCORE / Fleury d'Aude en Languedoc


    Je suis l’enfant des marges et des armasses, celui qui court les talus et garrouilles, celui dont le tic-tac interne s’emballe, dès que Nadal confirme les jours plus longs d’un « pè de gal », d’un pied de coq.
    Attaché à la terre comme à une mamelle, j’arpente les ceps comme on vendange, heureux d’en tirer ces porrès sauvages, ces petits poireaux de vignes. Quel plaisir ensuite, de rassembler les petites bottes au bout de chaque rang et de se régaler à l’avance du cadeau fait par mère Nature. Mais les poireaux montent vite en graine et plus vite encore quand apparaissent l’erbo blanco (1) et les menus soucis jaunes et orangés (2).
    Dans les têtes, ça déborde d’impatience, pour cause de renouveau qui s’ébroue. Chacun veut le voir et l’espère, l’amandier en fleur ! Et quand les arbres surlignent le paysage de leurs pastels blancs ou roses, les cœurs à l’unisson disent à l’hiver : « Va-t-en ! ».   
    Ne pensez pas que c’est du passé, de l’histoire ancienne, que le progrès a tout balayé... Le progrès, s’il permet instantanément de prendre un billet pour le bout du monde, n’interdit pas de cueillir du bonheur à nos portes, non ? N’objectez pas que les poisons sont là avec nos paysans complices, ceux qui ne voulurent pas voir la chimie criminelle bétonnant les terres, au prétexte que c’était chouette de ne plus avoir à labourer ! Ne me dites pas que les "fleurs d’ail" et les soucis délicats refleurissent nos vignes derrière des barbelés. Écoutez plutôt le gentil froufrou des abeilles, sous l’amandier.
    Certes, les temps sont difficiles et s’il faut se garder de broyer du noir, il arrive, néanmoins, à tout un chacun de douter, de ruminer sa morosité, sans s’en douter, même. Hier, je devais en être là quand un petit envoi express, expressément adressé (3), me le fit réaliser. Oh peu de chose, une photo envoyée, un arbre, peu gaillard qui plus est... Sauf que, n’illustrerait-il pas, tel ceux, conduits en gobelet, le mode de vie sinon de survie qui tenait nos aïeux, à l’image de ses frères civilisés, lui aussi, l’arbre chenu ensauvagé, nous porte le message.
    « Voilà, tonton, ton amandier ! » laissait entendre l’envoi. Un instant, j’ai pensé malingre, un instant seulement, parce que d‘un coup il a ébloui mon âme, le messager porteur de lumière. Entre un neveu et son oncle, avec notre sang, « la raço » de nos « papetos », déclamait Jean Camp (4), c’est tout un village qui s’est levé, comme une force vitale du fond des âges, pour que frémisse l’espérance encore froissée, douce et amère, rose ou blanche, des fleurs aimées de l’amandier.
    Je t’embrasse, mon Pierrot.  
   
(1) Diplotaxis fausse rouquette... Diplotaxis tenuifolia ou moralis (?) ; les jeunes pousses se mangent. Enfants, nous disions «fleurs d’ail». 
(2) Calendula arvensis. Le souci des champs ou sauvage est, entre autres bienfaits, réputé antibactérien, anti-inflammatoire (fleurs), antitumoral. Les feuilles sont diaphorétiques (stimulent la transpiration), On la consomme depuis longtemps en salade. Ses fleurs, très mellifères, résistent au gel ; séchées elles servaient à colorer le beurre ou le fromage.
(3) non comme ces remerciements d’anniversaire trop souvent envoyés à la cantonade, à la mode de facebook !
(4) lire son magnifique poème, une référence de tous les instants pour les Languedociens que nous sommes, LOU DOUBLIDAÏRE : « ... E la raço de sous papetos / Qu’aro soun bressats per la mort / Lous brassiès qui fouchaboun l’ort / E que grefaboun las pouretos... » 

Note : suite à des sécheresses répétées en Californie, le cours des amandes est passé 2,30 à 12 € ! Dans ce secteur, la France est largement déficitaire. S’il est charitable de ne pas en rajouter, qu’est-ce qu’on attend quand même pour dézinguer cette mafia qui décide des prix, comme en atteste une énième crise du lait d’actualité ? Qu’est-ce qu’on attend pour replanter l’amandier autrement que pour détourner des subventions ?   


Photo : l'amandier de Pierrot, hier samedi 30 janvier 2016. 

vendredi 29 janvier 2016

« MAYOTTE AU BORD DE LA GUERRE CIVILE... » / Mayotte, France en danger

« MAYOTTE AU BORD DE LA GUERRE CIVILE... »
C’est l’ancien député Mansour Kamardine qui met en garde.

http://www.la1ere.fr/2016/01/19/interroge-par-le-figaro-mansour-kamardine-ex-depute-affirme-que-mayotte-est-au-bord-de-la-guerre-civile-323371.html

La ministre des Outre-Mer, G. Pau-Langevin a aussitôt dénoncé l’irresponsabilité des propos et le sénateur Thani, se cantonnant à défendre son gouvernement, a embrayé dans la posture ridicule consistant à vanter ce qui a été fait quitte à jeter un voile pudique sur tout ce qui traîne et n’est pas fait.

http://www.linfokwezi.fr/wp-content/uploads/2016/01/reponse-Kamardine.pdf

Comme pour le contredire, de graves violences touchant le milieu scolaire font malheureusement la une ordinaire des médias locaux. Ces violences souvent sanglantes ne sont qu’une résultante de ce qui ne va plus du tout. Quand le manque général d’autorité (parents, éducateurs, enseignants, policiers, juges) se retrouve aggravé par une aliénation culturelle imposant l’enfant-roi (avec le corollaire d’une législation laxiste), les promesses non tenues des institutions, l’incapacité à gérer le lourd problème de l’immigration, en réponse, le déchaînement de fureurs chez les ados ne peut que préfigurer une implosion de tout le territoire. Il en faut peu, en effet, pour que sous le vernis craquelé d’un destin partagé n’éclatent des tensions culturelles, religieuses, raciales, apparemment digérées par tout ce qui relève des leçons de l’Histoire, de l’évolution et de ce que nous voudrions nommer "le progrès". Ici, les manifestation ordinaires virent vite à l’émeute avec caillassages dont les pierres visent des profiteurs du système ou supposés tels. Ici, les émeutes imputables aux « affaires comoriennes » révèlent l’importance d’une présence étrangère prête à faire payer aux Blancs ordinaires les machinations d’une Françafrique. Ainsi, l’exfiltration du colonel déchu d’Anjouan, Mohamed Bacar donna-t-elle lieu, en 2008, à des violences contre la « présence française », couvertes par la télé, c’est à dire sans trop montrer et approfondir en amont, comme elle a coutume de le faire, pour la Côte-d’Ivoire ou la Centrafrique, par exemple.

http://mayotte.la1ere.fr/emissions/kalaoidala

Dans ce contexte, s’il est habituellement inutile de se référer à une émission télé de débat, cette fois, il faut le faire car les interventions ont illustré une hauteur de vue, une analyse et surtout des éléments de réponse pour une amélioration sinon un début de remédiation au délitement sociétal. Pour une fois, parents d’élèves, syndicat et administration ne se sont pas jeté des invectives à la figure, personne n’est resté dans sa posture, chacun a voulu rester positif en endossant ses responsabilités. L’attitude la plus remarquée fut celle de l’administration. Comment ne pas apprécier le retour sur terre, le côté solidaire, la proximité enfin marquée avec des administrés inquiets et en carafe ? Toutes les prises de parole du directeur de cabinet du vice-rectorat dénotent, en effet, une prise en compte réaliste des risques qui menacent, à l’opposé d’un point de vue pas si lointain d’apparatchik dominateur plus dans l’arrogance du pouvoir feignant de contrôler des évènements plutôt niés ou minimisés, au contraire, en raison du dogmatisme et de cette raideur jacobine qui voudrait que la loi ne soit que la loi, et que ce qui est mauvais pour Paris et la France entière, soit bon sous les cocotiers...
Lors de ce débat, il a été dit que la sanctuarisation des établissements scolaires s’imposait et que l’érection d’un mur n’empêchait pas l’ouverture vers l’extérieur. Rappelons, sur ce point précis, l’intervention minable et honteuse du secrétaire général du vice-rectorat (en présence du directeur de cabinet), en avril dernier avec, outre la maladresse « L’école ne peut pas tout mais elle fait beaucoup », les 120.000 euros de ce qui n’était alors qu’un grillage, défalqués du budget pédagogique. Personne n’a oublié l’exagération sur l’école ne pouvant pas devenir la prison de Majicavo et que si c’était pour faire des murs, il se serait fait maçon !

http://dedieujeanfrancois.blogspot.com/2015/04/les-mots-qui-tuent-2eme-partie-mayotte.html

Reste à savoir si les nomenklaturistes et autres séides zélés de l’État (ministre, préfet, hauts fonctionnaires, sénateur...) voudront enfin servir et non dominer une démocratie que pour le moment, et pour bien des risques inutiles, ils régentent surtout, en dépit du bon sens et du bien public.  

mardi 26 janvier 2016

LA POLITIQUE EST UN DON DE SOI ! / Mayotte, France en Danger !


    Faire de la politique, ce n’est plus se mettre au service de tous, se sacrifier et faire passer sa famille, ses enfants, après. Faire de la politique c’est choisir un créneau bien payé et faire carrière. Et si faire en être, c’est ne rien faire et toujours pointer la coresponsabilité de l’État, ici, à Mayotte, cette clique affairiste fait bien partie de ces criminels, ainsi que l’affirme Philippe de Villiers (1), qui depuis quarante ans mènent le pays à la catastrophe.
    A l’échelle de Mayotte, en tempérant le propos, nos élus sont néanmoins coupables de non-assistance à population en danger. Quant à leur cupidité, leur manière de s’en mettre plein les poches, elles l’emportent ici sur l’addiction au pouvoir suscitant tant de destins providentiels en métropole.
    Le 22 janvier 2016, la station Kwezi recevait un obscur premier adjoint pourtant bien connu à l’échelle locale, Bacar Ali Boto. Ce cher élu de Mamoudzou a gentiment répliqué combien les élus s’enrichiraient s’ils restaient dans le privé. Ainsi titillé sur les indemnités supplémentaires qu’une intercommunalité rapporte, il défendait le maire et peut-être aussi, à y être, sa modeste personne (il faudrait vérifier l’organigramme de la Cadema, la C. d’agglomérations Dembéni Mamoudzou en question).    
    Sachant qu’un maire d’une ville de plus de 50000 habitants touche 4181 EUROS et pratiquement autant en tant que président d’une communauté d’agglomérations soit 4115 EUROS, rétorquons à Ali Boto que tous les patrons du privé ne touchent pas 8300 EUROS, à plus forte raison concernant ceux, qui, avant de s’engager en politique, par conviction, n’en doutons pas, AURAIENT COULÉ LEUR BOÎTE (2), il n’est pas sans le savoir...  
    Monsieur le premier adjoint ne peut qu’en sourire comme il l’a fait lorsque la journaliste a demandé s’il connaissait le nom du maire ! A malice, malice et demie... Bien sûr qu’il connaît son maire MOHAMED MAJANI, qui est aussi son beau-frère pardi ! Mais non, ce n’est pas qu’une histoire de famille puisque le BACAR rigolo s’est esclaffé qu’il avait mené une liste contre lui au premier tour... quitte à se rallier au second ! Incroyable, en effet ! Mais il a bien raison, Ali Boto, de ne pas s’en offusquer et de ricaner, au contraire, car, sans préjuger des opportunités s’ouvrant pour l’avenir, ils vont ramasser au moins le temps d’un mandat, MOHAMED et BACAR... Ah, ah, ah !
    Si le Net laisse dans l’ombre le passé professionnel du maire de Mamoudzou, il nous instruit quand même du grand cas qui est fait des deniers publics... la municipalité « divers gauche » a en effet rechigné 13 jours avant d’inhumer deux clandestins noyés... Où irait-on si la solidarité religieuse prenait le pas sur une saine gestion républicaine ?


http://www.ipreunion.com/actualites/reportage/2015/01/22/mayotte-imbroglio-autour-de-l-inhumation-de-deux-naufrages-a-mamoudzou,29031.html

(1) son livre s’est déjà vendu à 250.000 exemplaires... la barre est haute pour Sarkozy qui vient de sortir le sien (tirage initial de 120000 exemplaires) ...

(2) la communauté d’agglomérations avec Dembeni n’apportant que 11000 habitants supplémentaires, Mohamed Majani fait du + 100 % avec moins de 20 % d’administrés supplémentaires ! Dans le privé, il se ferait des couilles en or, sûr ! Rigole BACAR !  

lundi 25 janvier 2016

LES DERNIÈRES DU PRÉFET ! / Mayotte, France en Danger.

De grâce, monsieur le préfet, un peu de mesure et de décence plutôt que de claironner « On n’a pas chômé » !
Attendons de voir si l’intercommunalité donnera des économies et moins de nuisances (pollution par exemple) pour l’île. En attendant, nous aimerions que, comme les indemnités supplémentaires pour les élus, les déchets sur la voie publique se ramassassent aussi à la pelle... N’est-ce pas pour cause d’échecs récurrents  que les ci-devant Sitcom, Sivom, Sidevam et ci-après Sidevam 976 ont défilé ? Comme on oublie vite...

Arrêtez aussi avec un « MAYOTTE 2025 » reprenant seulement tout ce que le « MAYOTTE 2015 » n’a pas fait des vœux pieux de « MAYOTTE 2005 »...
.
Ne vous targuez pas, non plus, de tout ce qui est entrepris, dans l’urgence, pour remédier aux retards qu’on a laissés courir depuis trop longtemps. Soulager la pression sur l’hôpital de Mamoudzou en construisant celui de Petite-Terre relève non d’un exploit mais d’une logique, d’un moindre mal.

Pour la suite, concernant les 500 salles de classe en plus, « la première de vos priorités » dites-vous, alors qu’elles font défaut depuis des années et que les naissances correspondent à la construction d’une grande école tous les 10 jours, ça nous étouffe que vous ne manquiez pas d’air ! L’article précisant même que vous le clamâtes « ambitieusement », on ne saurait vous conseiller plutôt la modestie que le volontarisme affecté ! (1)

Et s’il est vrai que la sempiternelle annonce des 10 millions annuels pour la construction d’écoles impressionne toujours, quelqu’un qui insiste sur la mise en perspective, votre « marque de fabrique », dites-vous https://www.youtube.com/watch?v=, devrait relativiser cette somme en regard des 20 millions que coûte un collège (base admise : 2500€/m2sur 8000 m2).

Que vous ne puissiez n’être qu’au diapason de l’autorité étatique, cela s’entend.
Que vous deviez faire comme si alors que le pouvoir central méprise une démocratie réduite, pour le citoyen manchot, à la dépose intermittente d’un bulletin dénaturé, c’est plus qu’évident.
Que vous affectiez un faux volontarisme avec le leitmotiv « MAYOTTE 2025 » pour faire sauter des gugusses au parfum (responsables au même titre que l’État) et des gogos godiches tels des cabris disant « Mayotte ! Mayotte ! Mayotte ! », cela ne peut que nous rappeler un grand homme qui lui, à l’opposé, dénonçait ladite posture !
Qu’il n’y ait eu qu’un seul préfet résistant dans l’Histoire, cela ne peut vous être reproché... Ce n’est pas pour autant que vous devez vous laisser emporter par un lyrisme excessif qui vous fit et vous fera encore trébucher, cela va de soi.





(1) une fuite en avant qui ne veut surtout pas dire que la France ne peut suivre le rythme d'arrivée des étrangers. Churchill n'avait-il pas promis du sang, du labeur, des larmes, de la sueur ? Dans une situation autrement tragique, un langage de vérité s'impose en toutes circonstances... Or, c'est tout le contraire concernant la parole de l’État et des politiques locaux...





photos autorisées wikipedia ou commons wikimedia.
1. Emblème de Mayotte. 2. Du temps du gouverneur, ses mensonges et ceux de l’État étaient d'un autre ordre.

dimanche 24 janvier 2016

GARDEZ LE RYTHME, PAS LES RYTHMES ! / Rythmes scolaires / Mayotte en Danger.

Sont-ce Constance Cynique, "M" le maudit et leur clique qui, après avoir asséné (mentez, mentez, il en restera quelque chose...) qu'il faut rendre les heures volées aux enfants de Mayotte, ont instillé "Quand un élève métropolitain reçoit 8500 heures de cours de la maternelle au CM2, le jeune mahorais quant à lui en suit 4500" ??? 

Parce que le chiffre qui a légitimement interpelé les maires de Mayotte contre la réforme ne les dispense pas de se servir de leurs cerveaux !

Pourquoi ces assertions aussi honteuses, mensongères et répétées bêtement ?
 

Ces 8500 heures de bonimenteurs correspondent à 29,5 heures par semaine quand la durée légale est de 24 heures !!!
Et les 4500 heures des charlatans patentés correspondraient à
15,62 heures pour les enfants de Mayotte ?


LA SEMAINE DE MON FILS EST ICI DE 24 HEURES. MALHEUREUSEMENT, UNE REFORME AUSSI INUTILE QUE DÉBILE LE GARDE ENFERME 2,375 HEURES CAR POUR LES SINISTRES CRÉTINS CAPORALISTES, UNE RECRÉATION DE 0.5 HEURE RESSEMBLE DAVANTAGE A UNE "PAUSE MÉRIDIENNE" QUE 2 RECRÉS DE 0,25 HEURE !

On ne comprend pas comment Constance Cynique, avec des mesures aussi folles qu'antidémocratiques, ose pleurnicher à la radio en nous assurant qu'elle ne mérite pas la défiance dont elle fait l'objet !
Qu'elle sache qu'elle et sa claque de nuisibles sont devenus des ennemis du peuple qu'ils étaient censés servir ! Et dire que la République la paie plus de 10000 euros/mois !

IL FAUT LES FOUTRE DEHORS ! / Mayotte, France en Danger

LA POLITIQUE aujourd’hui : beaucoup de bavardages, des comités, des observatoires. Mayot’ News, qui, peut-être, ne devrait pas traiter ce genre de com et d’esbrouffe en info nous en dit tant sur les branleurs de Bandraboua, bien secondés par la préfecture.
https://www.facebook.com/Mayot-News-738912602843015/?fref=ts
Suggérons-leur de marcher avec des petits drapeaux et des tambours ça ressemblera à ce qui se faisait jadis en Union Soviétique !
Une chose a changé néanmoins : à côté des moutons et des veaux (dont beaucoup cliquent "J’aime"), menés par ceux qui auront des miettes en retombées, des commentaires, et pas seulement ceux de Mayotte en Danger, fustigent et dénoncent ces gesticulations qui ne déboucheront sur rien !
La municipalité élue ou reconduite n’a-t-elle pas inclus ce diagnostic, hormis le dernier nid-de-poule en date, dans son programme ?

Commentaires : 1 Que du blabla de mbaboufou ! vraiment du foutage de gueule !!! PS ou UMP, la connerie n'a pas de frontières !
2. Nous sommes sur l'île la plus dignostiquée au monde. Tous les jours, audit, diagnostic, réunions, mission d'information, expertise, observation, rapports sur rapports et les problèmes s'accumulent.
3. Et cet ancien diagnostic du camion-benne pour la collation des enfants, c'était pas là-bas ? C'était pas cette municipalité hollandophile et à fond pour la pitoyable réforme des rythmes ?
PS : le maire touche 4070.95 euros mensuels... pour diagnostiquer...
VRAIMENT, IL FAUT LES FOUTRE DEHORS ! 
Média/actualités/édition · 10 453 J’aime
Photo de Mayot' News.
  • Ibou Salam Antoine
  • Rédaction Mabawa Enchaîné

samedi 23 janvier 2016

LE PORT DE LONGONI / Mayotte, France en Danger !

Les tensions restent vives au port de Longoni où les dockers de la SMART, entreprise historique et les nouveaux gestionnaires de la MCG, Mayotte Channel Gateway, enterrant les derniers accords en date, s’affrontent pour décharger les navires qui veulent bien encore venir... Avec un premier bateau préférant cingler vers Dar-Es-Salam, c’est la population prise en otage qui non seulement risque de devoir se serrer la ceinture, mais plus grave, de devoir bouillir l’eau de la rivière pour survivre. En effet, hier encore, le stock de sels disponibles pour traiter l’eau du robinet permettait de tenir seulement quinze jours. 

C’est cette urgence qui a poussé le préfet à agir. Et là, plus question de rivaliser avec le « Que d’eau, que d’eau !» de Mac-Mahon en déclarant qu' «... IL EST PROMIS À UN BEL AVENIR ! », le port, car le représentant de l’État, qui, par principe, ne tenait pas à se mêler d’affaires apparemment privées, a dû se résoudre à empêcher le blocage du quai par les employés de la SMART alors qu’un deuxième navire attendait en rade.
Avec ces incidents récurrents, les perspectives s’annoncent plus que difficiles concernant ce lien vital pour l’île. Mayotte qui n’a pas su faire de son port un vecteur de prospérité avec la desserte du Canal de Mozambique fait pire encore en s’étranglant dans son cordon ombilical. Mayotte, pauvre embryon de département trop souvent bleu de cyanose ! Mayotte la prématurée dépend dangereusement des réseaux induits par la gouvernance étatique. Les autorités ont beau regretter un manque d’autonomie, de responsabilisation locale, d’esprit d’initiative, la faute en incombe d’abord aux procédures et à la centralisation jacobino-absolutiste de l’État français.
Pardon pour ce jargon mais il est à rapprocher de la lourdeur incompétente de notre appareil administratif qui n’est pas sans rappeler les organes et les apparatchiks d’un système, lui, passé de mode... Chez nous, tout se régente depuis la pointe d’une pyramide avec un président-monarque et des politiques et hauts fonctionnaires associés, rappelant furieusement la noblesse d’Ancien Régime.
Le port de Longoni à Mayotte s’inscrit dans les faits glorieux dont cette oligarchie peut s’enorgueillir : 


 * Le port n’a été creusé et aménagé qu’en 1992. Jusque là, en rade de Mamoudzou, on transbordait les marchandises sur des barges avant de décharger à terre (à cette époque accostaient encore quelques boutres à voile, le commerce avec le voisinage étant plus libre qu’avec la réglementation tatillonne et restrictive d’aujourd’hui). 

** Un seul quai au départ, pas de grues pour décharger, des aires de stockage insuffisantes... Si les ingénieurs ont été efficaces concernant l’accès à une côte défendue par la barrière de corail et un lagon encombré de patates, ils l’ont moins été pour l’aménagement. 

*** Prévu pour 2008, le second quai ne sera livré qu’en 2010.
 
**** L’engorgement de Longoni pénalisant la rentabilité, des compagnies maritimes ont supprimé la desserte directe de Mayotte. Il nous faut désormais payer plus cher pour un transbordement venant de Maurice ou de Majunga ! Ils ont bonne mine, nos organes (IEDOM 2007) lorsqu’ils font la tête au prétexte que Mayotte, pourtant, en période de ramadan... C’est littéralement à se regarder le nombril ! D’une bêtise (au moins on sait pourquoi tout va mal !) Et dire que les Anglais nous ont aussi battus (après Crécy, Azincourt) parce qu’ils étaient autrement audacieux pour initier, multiplier et défendre leur commerce maritime !
Comme dans la fable du renard ne pouvant attraper les raisins, ils ont bonne mine, les institutionnels de montrer du doigt Maurice, pour les retards subis, le port y serait mal exposé, trop encombré... sauf que le volume traité y est cinq fois supérieur à celui de la Réunion, dépassant de plus de 15 fois celui de Mayotte où les frais sont à multiplier par trois !

***** Les grues géantes sont arrivées fin mai 2015 sauf que la MCG gestionnaire du port n’est pas habilitée à la manutention entre les navires et le quai et que la SMART, faute de pouvoir utiliser ce qui ne lui appartient pas voudrait continuer à décharger comme au bon vieux temps... Et pourquoi pas celui des sacs sur le dos des porteurs, sur une planche qui balance ? 


 
Quant à la délégation de service public, sans être devin, je présume que les risques en cas d’échec sont pour le public qui a tout financé et les profits, si tout va bien, pour le privé qui a déjà bénéficié de multiples subventions...
Et à propos de la Réunion, c’est là-bas que la CGA CGM Delmas a choisi de se baser plutôt qu’à Mayotte. C’est toujours la France, dit-on, dans un premier temps mais non sans l’arrière-pensée que là encore, le centralisme autoritaire de la métropole s’accompagne d’un mépris post-colonial consistant à marquer des préférences entre ses territoires, ici les deux départements de l’Océan Indien. Entre Mayotte et la Réunion, pas de solidarité entre la « riche » et la « pauvre », seules la méfiance, la jalousie prévalent et la petite dernière, pour l’Île Bourbon, n’est utile qu’en termes de prospection et d’investissements. Pour les Jeux des Îles pourtant en grande partie financés par la France, par exemple, plutôt que de défendre, Mayotte, on fait mine de ne pas entendre les insultes proférées pour de bien mauvaises raisons... Même pour les relations avec les Comores, en incluant Paris, la marâtre, rien n’est coordonné ! La France se fout des dissensions entre ses « enfants » : telle un géniteur qui a semé aux quatre coins du monde, peu lui importe d’arrêter les bisbilles, de resserrer les liens ! L’essentiel n’est-il pas, en parlant de développement, de nous laisser ronronner avec des « ...IL EST PROMIS À UN BEL AVENIR ! » répétés en écho depuis vingt ans et qu’on nous assénera encore en 2025, quand il s’agira de lister tout ce qui n’a pas été fait pour... 2005 !   

photos autorisées 1. wikipedia 2. bacillerato-virtual.org

mardi 19 janvier 2016

LA RÉACTIVITÉ ÉTATIQUE AUX URGENCES : FEINDRE D'OBSERVER CE QU’ON NE VEUT PAS VOIR ! Mayotte, France en Danger !


Ce matin, le préfet passe chez Kwezi. Il confirme haut et fort qu’on se bouge vraiment le cul en haut lieu : depuis la métropole, ce sont des missions qui vont défiler, en rafales, comme toujours, et ici, c’est un nouvel observatoire mis en place hier, en grande pompe pour voir si l’immigration se voit ! Citoyens de Mayotte, vous allez voir ce que vous allez voir !  Incroyable ce que le talent oratoire, quand bien même il déraillerait, peut agir comme anesthésique sur les veaux et moutons que nous sommes ! Pourquoi se prendraient-ils la tête puisque nous n’aurions pas de cerveau ??? 
     
A l’image d’un Président de la République d’une prétention crasse ("candidat naturel", il va se représenter !) et indécent jusqu’à l’abjection (bellicisme, soumission atlantiste, cafouillage sur la déchéance de nationalité, refus de la primaire, et j’en passe), l’État à Mayotte ose mettre encore en place un énième comité théodule, une énième usine à gaz, cette fois, à propos d'une émigration plus que voyante mais qu’il faudrait apparemment observer ! Mais non, mais non, le digne aréopage sûrement pas en quête de jetons de présence tant ils sont déjà débordés dans leurs administrations respectives, tient à nous rassurer en voulant «... rendre très concret ce nouvel outil pour qu’il ne soit pas une nouvelle machine à pondre des rapports sans lendemain... » Ah bon ? C’est sûr qu’à pondre, pondez donc des œufs... au prix qu’ils coûtent à Mayotte (à 30 centimes l’unité soit le prix métropole multiplié par trois !). Mais je m’égare sur la cherté et un autre observatoire qui ferme les yeux alors que tout augmente sur l’île !!!
Ibrahim Aboubacar, le député hollandien se la joue vraiment : « On vient chercher la réalité des faits et des chiffres ». Inutile d’aller plus loin que Chiconi, un bourg qu’il connaît trop bien pour ne pas savoir que, plusieurs fois par semaine, la navette avec Anjouan arrive, en plein jour. Plus la peine en effet d’aborder la nuit et loin sur une plage isolée. Dans la baie, débarquent en effet des voyageurs, jeunes, vieux, femmes, enceintes, malades, des migrants de plus loin... Rwandais un temps, Syriens aujourd’hui ! Pour la population qui appelle en vain des autorités aux abonnés absents, c’est tout vu ! Ne nous étonnons pas ensuite des « pogroms » spontanés qui mettent les étrangers sur les routes (le dernier d’actualité à Tsimkoura) !
Pour notre cher député, certainement tombé de la dernière pluie (des années antérieures, parce que cette année, on l’attend le kash-kazi, la saison des pluies !), il manque sûrement un consistoire aux vœux pieux et autres moratoires, à l’entendre :  « Ces derniers mois, le phénomène migratoire tend à prendre de l’ampleur sur ce territoire et il est plus qu’urgent que nous puissions ajuster nos politiques publiques et que ces politiques ne prennent pas l’eau face au nombre ». L’adepte de Monsieur de Lapalisse nous prendrait-il encore pour des poires ? Et notre benêt de service de poursuivre dans le dilatoire : « Qui sait dans quelles conditions on les accueille dans le système scolaire ? »  Or, l’éducation, avec la santé sont bien des domaines où les valeurs de solidarité républicaine prennent encore tout leur sens à Mayotte... Fait-on la classe au rabais en présence de 75% d’enfants étrangers même s’il est légitime de craindre un retard cumulé, année après année, pour les nôtres ? Et puisque ce représentant du peuple français veut « les éléments pour améliorer l’efficacité des politiques publiques », alors que c'est la politique publique qui est défaillante face à tous les voyants allumés, qu’il vienne donc lire MAYOTTE EN DANGER pour des idées. Des économies exponentielles sont réalisables en construisant des écoles, mais pas n'importe où ! Surtout pas ici où il naît chaque jour de quoi former une classe et où nos shadoks, feignent de pomper pour les 500 classes déjà manquantes ! Que notre argent serve donc à Anjouan même, terre désormais ratiboisée comptant plus de BMW que d'arbres encore sur pied ! (v. partage précédent).

Passons sur les références de l’Insee, trop orientées pour être sincères, aux ordres des shadoks. Pour le moins, la présentation des chiffres persiste à en escamoter la réalité (toujours la langue bien pendue mais de bois, toujours... condition sine qua non pour administrer ou faire de la politique !). Alors que les fonctionnaires de la statistique comptent 40 % d’étrangers à Mayotte, tout le monde suppute avec juste raison que sur une population estimée par les gens entre 300 et 400.000 habitants (les importations de riz en attestent !), moins de la moitié, désormais, est française... Faut-il attendre que les autorités daignassent reconnaître le fait comme elles ont finalement été obligées de le faire concernant le ressenti sur la délinquance, d'abord moqué parce que populaire et soi-disant discriminatoire !
De quoi en rester baba et sans voix alors que les inconscients gobent et s’illusionnent. La France est bien sur le Titanic de la Hollando Socialo Line... une minute avant l’iceberg !

http://mayotte.orange.fr/news/mayotte/observatoire-de-l-immigration-un-outil-pour-connaitre-la-realite-et-peut-etre-changer-les-politiques,77931.html

vendredi 15 janvier 2016

LA BÊTE IMMONDE LAÏCARDE ! / France en Danger


Une France intégriste assaillirait les musulmans !  
L’attaque vient d’un Jordanien aux States, abrupt, borné comme peuvent l’être les agents masqués du fanatisme. La malignité n’empêchant pas l’anachronisme grossier, il nous croit encore sous l’ère Sarko... Ce n’est pas sans rappeler le trait « vieille France » pas si forcé que ça, d’un éminent mickey, Donald Rumsfeld (pardon, à y être, de régler de vieux comptes...). Pour en revenir à notre scribouillard, l’usage de l’anachronisme plus lointain et historique reste plus grave : il donne dans cette réflexion primaire consistant à accabler, même s’il le mérite, le colonisateur plutôt que le colonialisme, un parti pris au ras des pâquerettes qui n’a pas pour but d’élever les consciences, une analyse de blocage et non de progrès...
    
C’est donc un nommé Joseph Massad qui a titré « Assimilation des français musulmans « Merci très peu pour nous »». Soit mais la nationalité oblige à une implication a minima, indispensable au « vivre ensemble », non ?... Des fourmis d’espèces différentes ne pouvant que se faire la guerre...
En illustration, nous avons droit ensuite à un dessin nauséeux, les crayons de Charlie en lieu et place des tours jumelles et le 7 janvier remplaçant le 11 septembre... avec, en prime, la légende stupéfiante suivante « Les assaillants de Charlie Hebdo ne faisaient-ils que suivre l’exemple de la culture dominante de la France ? (Stephen Lam / Reuters) »

Dès la deuxième ligne, la mention "Américains de race blanche" vient confirmer le malaise : ils seraient les seuls, avec les Européens de l’ouest à apprécier, la mode, la cuisine et un way of live "romance de Paris". (C’est un détail mais, par déduction, les Russes, les Chinois, les Japonais, les riches du Golfe et de partout, n’apprécieraient pas, eux !).
Poursuivons avec la redondante "race blanche" outre Atlantique, qui, ouvrant ses colonnes à Marine, exprimerait à notre égard plus d’amour que de haine (???)
Il n’empêche que pour le reste du monde, nous ne serions que des "assassins et tortionnaires chevronnés" dont la langue raffinée servirait plus à « enrober les douleurs et les souffrances indicibles qu’ils infligent à des millions d’innocents. »... Il parle de nous et ajoute qu'en plus, serions scandalisés que quiconque ne pensât point comme nous...
Fin de l’introduction et ça sent bien le soufre ! 

Suit le paragraphe sur la barbarie coloniale, l’Indochine, Madagascar... Joseph, tant il a de rancœur en bouche, en oublie le massacre de Sétif. Suivent de longues descriptions des atrocités commises mais rien sur le pénis coupé enfoncé entre les dents comme si la sauvagerie ne constituait pas un mal trop bien partagé entre tous.
Intéressant aussi le détail sur les victimes jetées d’un avion qui autorisent l’assertion de l’auteur sur l’orgueil excessif que la France en ressentit ! (???) Il est persuadé par ailleurs de la préméditation de ces cruautés (brûler vivant, violer...). Sinon, cela ne nous exonère pas de sonder nos consciences pour les millions de morts causés... Cela ne justifie pas non plus d'accuser tout un peuple : ce n’est pas parce que l’État turc ne reconnaît pas sa responsabilité dans le génocide arménien que tous les Turcs doivent être montrés du doigt, exemple parmi le trop grand nombre d’exemples malheureusement susceptibles d’être cités ! Et ce monsieur a encore raison de railler une « mission civilisatrice » qui n’a même pas réussi à civiliser les Français, (quand bien même n’y aurait-il pas que des Français sur Terre). Douloureux de remémorer la honte liée à ce rôle soi-disant positif de la colonisation, faisant l’objet d’une loi minable et provocante par la grâce de certains de nos hurluberlus politiques, ces électrons libres mais disjonctés souvent si dangereux pour nos populations et le Monde par ricochet ! 

La paragraphe sur le catholicisme laïque tend ensuite à prouver que le présent ne fait que prolonger les horreurs du passé ! La France de l'Empire colonial aurait voulu assimiler les indigènes ? C’est trop fort pour être vrai, la logique du dominant consistant avant tout à s’imposer pour exploiter. Par contre en France, dixit l’auteur, les basanés des autres continents et qui plus est, non-chrétiens ne seraient pas assimilables. Seuls le seraient les Européens dont les Hongrois... (Cette insistance tendrait-elle à dater cet article "ressuçé" de l’époque Sarkozy ?)
Joseph nous fait passer ensuite pour de faux partisans de la laïcité, celle-ci restant complètement noyautée par le catholicisme. Le terme, en effet, apparaît sept fois pour qualifier le gouvernement, la culture, l’antisémitisme, la monogamie. Et la laïcité serait une arme permettant toutes les "campagnes sectaires et racistes, officielles et officieuses des catholiques français" ! Est-ce à rapprocher du djihad contre les Croisés ? 


Tout ce réquisitoire, cette litanie d’"attendus" comme un tir de préparation contre la République ! D’après Joseph, pourquoi assimiler de force des "Français d’origine musulmane algérienne" « à une sorte de francité fantasmatique prétendument séculaire ou « laïque » et en aucun cas chrétienne » alors que les Bretons, les Corses, les Basques et les Alsaciens ne le seraient pas encore entièrement.
Encore une parenthèse agaçante à cause de tant d’amalgames exponentiellement anachroniques : Joseph qui en veut vraiment à Sarko insinue que notre ancien président, converti car juif par son grand-père, idiot qui plus est au point de situer l’Alsace en Allemagne (sic), devrait être aussi expulsé comme les imams mis en cause pour non respect des valeurs de la République. De même les prêtres et les rabbins ! (il a oublié Jéhovah et les Mormons...).

C'est bien pour défendre nos valeurs que, surmontant le dégoût, il faut absolument aller au bout et désosser ce ramassis de méchanceté idiote et haineuse... D’après ce triste personnage, nous n’aurions pas conscience du manque de raffinement de notre « culture française contemporaine dominante catholique (« laïque »)», notre racisme, à l’instar de celui des Juifs, s’exprimerait plus vulgairement que chez les Anglo-Saxons...
S’ensuit un micmac horripilant entre nos crimes à l’international, la réalité de notre soutien à Daech, de notre hypocrisie face aux décapitations, pratique récente de l’État laïque français dont le dernier exécuté fut un « criminel Français musulman ». (Reprenez votre respiration)  
    
Bouquet final (ouf) : Pourquoi ne pas demander aux Français de s’assimiler aux musulmans, manière d’apprendre la tolérance, puisque seuls les Kouachi et Coulibaly étaient si bien assimilés aux cruautés foncièrement catholiques ! Les musulmans Français (pourquoi une majuscule à l’adjectif) persistent à résister ; ils ne peuvent que répéter un « Non merci » explicite, ou plutôt, dans la langue raffinée des Français : « Merci, très peu pour nous ! »

Si Joseph Massad est professeur en Arabie Saoudite, pardon, à l’université Columbia, je ne comprends plus pourquoi les grandes écoles américaines arrivent à truster les premières places mondiales. Et s'il est capable de nous sortir des trucs aussi intelligents, alors moi, je dois être un grand philosophe qui s'ignore, en moins mortifère j'espère. Triste, en outre, qu’un auteur Avox se compromette avec des scribouillards de cet acabit. Cela ne peut que promouvoir des horreurs passées et certainement pas œuvrer pour le progrès.
« Joseph, tu m'escagasses ! » comme disait Bouzigues au père de Marcel dans le Château de ma Mère !

Source:http://sayed7asan.blogspot.fr/2016/01/assimilation-des-musulmans-francais.html#sthash.tkDA7dOO.dpuf

dimanche 10 janvier 2016

QUAND L’ÉTAT JACOBIN ATTISE LE SÉPARATISME ! (fin) / Fleury d'Aude en Languedoc

    Les jointures grippent, les cardans rouillent depuis longtemps et la cohésion sociale, sociétale, continue de s’effriter inexorablement ! La déliquescence générale (économie, éducation, iniquités, politique extérieure, amoralité, etc.), largement imputable à ce bipartisme consanguin auquel se mesure, désormais, le troisième larron ne valant pas mieux, en est la première cause ! Que l’on évoque ou non le slogan de Chirac sur la fracture sociale en 1995 (moins oublié que son pommier), le constat demeure consternant : en vingt ans, non seulement si peu, sinon rien de significatif ne semble avoir été mis en œuvre mais tout s’est dégradé sous couvert de mondialisation. Le vivre ensemble mis à mal agonise en convulsions explosives et les castes dirigeantes persistent à faire comme si. Les derniers en date avec « MOI PRÉSIDENT... MOI JE...», en fossoyeur du socialisme, finissent de confisquer la démocratie (1). Pour le citoyen déjà rétrogradé au rang d’électeur pour un exercice vidé de sa substance, le spectre de l’État policier ne relève malheureusement plus de l’hologramme ! 

La croix occitane pour le Languedoc et Midi-Pyrénées, le rouge et or pour le Roussillon.
    Dans ce triste contexte, nous, Anonymous del Sud é Miéjour, Languedociens et Catalans, français obligés bien que non fédérés, européens forcés bien que de cœur, et nullement choqués par le discours en corse du président de l’Ile de Beauté, restons abasourdis et sidérés. C’est dans ces circonstances que le recentrage sur nos langues historiques nous a fait l’effet d’un bol d’oxygène. Voir les programmes à travers ce filtre a rendu supportable la lecture de litanies éculées ne rompant pas avec la grande hypocrisie politicienne, le racolage prometteur n’engageant que le troupeau assez bête pour y croire... Concernant notre demande pour une autonomie bénéficiant déjà et depuis longtemps à nos voisins, plutôt que de la considérer comme une surenchère, il faut la voir comme une exigence légitime et basique de démocratie à partir du moment où les engrenages de la Vème République font trôner sans vergogne un roi-président d’Ancien Régime à la tête d’un Etat Français.
    Quitte à passer pour des godiches, des naïfs face à des associations de politicards parasites qui plombent la France depuis un demi-siècle, nous avons voulu constater dans quelle mesure, les programmes, les professions ne manquant pas de foie des candidats aux régionales, prenaient en compte nos langues régionales en Languedoc-Midi-Pyrénées-Roussillon ? En réponse au mépris sous-jacent de la caste, notre argumentaire n’en paraît que plus candide. Pour reprendre tout le bien que pensait Napoléon de Talleyrand, ils ne sont que de la merde dans dans des bas de soie...
    
Suite de notre décryptage :   

L’UPR déclinaison Hirimiris « LE PARTI QUI MONTE MALGRÉ LE SILENCE DES MÉDIAS »... Si de Gaulle tenait à démarquer la France des deux blocs, Assselineau et son lieutenant horripilateur tiennent à désigner leurs deux ennemis : « la promo constante de l’américain d’un côté, des langues régionales de l’autre ». Cet extrémisme nuancé de fascisme ne pouvait que les DISQUALIFIER ! 

« CITOYENS DU MIDI PHILIPPE SAUREL » L’ex PS exclu puis vainqueur sur Montpellier avec le concours de l’ex-maire, elle aussi PS, contre le candidat officiel PS (quel foutoir chez les socialos !). De son mentor et aîné Frêche, il a une arrogance d’homme providentiel rejoignant la morgue des capitales de région envers le reste du territoire (comme Paris snobant la France résiduelle).
D’une indifférence ingrate à l’encontre des langues régionales...................................................................note MOINS 3.
 
Au FN, unique écurie politique osant se présenter en tant que telle, Louis Aliot Bleu Marine, qui de toute façon ne siègera pas (Qui mal embrasse, trop étreint !) consort de la SARL ou SCI familiale Le Pen (la fille, la nièce, le concubin, le patriarche en réserve) défend les valeurs traditionnelles : la famille (ah bon ?), les patrimoines, historique, artistique, culinaire, religieux.... RIEN sur les langues régionales alors que sa base étant Perpignan, Louis semblait doublement impliqué....................................................................note MOINS 4. 
(initialement 5 en négatif mais son bel accent du Sud lui valut 1/25ème d’indulgence)

« NOUVEAU MONDE EN COMMUN / Occitanie Catalogne, notre région ! / le rassemblement citoyen écologiste et solidaire » G. Onesta veut rassembler large sur une base « grenouille se gonflant face au bovidé », sur un fond de conscience "citoécolosolidaire" soutenu par EELV et Partit Occitan, parti pourtant soutenir ailleurs en PACA. Le programme est néanmoins riche dont, plus ou moins directement, pour nos langues non-expressément nommées : « vraie offre TV régionale.../... démocratiser les langues (?).../... réunir les États Généraux des cultures occitane et catalane... ce qui insinuerait que la proximité entre Occitanie et Catalogne n’est pas une vue de l’esprit..................................................................................note 7. 
(initialement 6 pour le flou aussi ambiant qu’opportun).

« DEBOUT LA FRANCE » Dupont-Aignan compte ses troupes. Toujours pour servir l’hydrocéphalie jacobine. Candidat régional, un nommé Lempereur, ce qui nous rappelle que les redressements nationaux amenèrent malheureusement bien des échecs (Crécy, Azincourt... Waterloo, Sedan... Sedan2... Sedan3, Dunkerque...) de tristes pages d’histoire. Bref, quelle note ? Avec à peine une mention sur la promotion de la culture... française........ ....................................................................................note MOINS 3.

«TRAVAILLEUSES, TRAVAILLEURS » s’est encore trompé d’élection avec des arguments de présidentielle ! D’ailleurs, Arlette, la pasionaria de la Banque de France, n’est pas morte : sa statue de commanderesse parle encore ! Le même papelard pour toutes les régions... Trop international, national et vain.............................................................................note MOINS 3.

Conclusion : les identités sudistes se retrouvent encore plus marginalisées par ceux qui s’accaparent un pouvoir nordiste. Et si l’époque (2003) qui voyait le député Jean Lasalle chanter « Se Canto » à l’assemblée en guise de protestation, était loin de traduire une volonté sécessionniste, force est de constater qu’aujourd’hui, le mépris, sinon l’indifférence affectée, ont réussi à cristalliser une exigence d’autonomie au sein d’un État de type fédéral... L’inconnue étant le degré de violence avec lequel le souverainisme autoritaire jacobin répondra à l’exacerbation causée par sa gouvernance dévoyée... Un pouvoir si mou, par ailleurs et si conciliant envers une cinquième colonne salafiste (il est si facile de taper sur ses sujets... quant à les défendre des dangers extérieurs...). 

Conclusion de la conclusion : Sous la croix rouge et or, une langue multiséculaire, dans un vaste territoire de culture sereine que tout oppose à cet embryon providentiel de la France que fut le duché du petit roi de Bourges, ils sont de plus en plus nombreux à entonner « Se canto », ce chant de plus en plus accepté en tant qu’hymne occitan. Cela ne peut pas mieux tomber lorsque, non sans inquiétudes, on attend la fleur de l’amandier, porteuse d’espérance.
« .../... Dessus ma finestro / I a un amètlièr / Que fa de flours blancos / Couma de papièr.
Se canto, qué canto / canto pas per iou / canto per ma mio / Qu’es al luènh de iou.
Aquelos flours blancos / Faran d’ametlouns / n’empliren las pochos / Per vous et per iou.
Se canto... » 

              L'amandier d'Aurore. 

    Conclusions annexes : il est à noter que si l’essaimage des écolos et l’implosion des grandes "incuries" politiques, noyées dans les étiquettes à rallonges des associations de circonstance, ont tout d’un bing-bang, la nature même de ces étiquettes atteste des fusions et fissions exponentielles qui ne sauraient finir qu’en une nucléosynthèse stellaire. Ne demandez pas si notre secrétaire de séance a voulu mettre le doigt sur le trou noir parce que par là, comme le clamait Pierre Dac Sa Sérénité, je n’entends pas grand-chose ! Et puis, comme le concluait Toumassou, un fakir de Fleury d’Aude, lui, demandant, aux vendanges, à Poulette la differenço entro uno tartugo é un cagarot :  « CERCO BOT e coupo de rasìns (2) ! ».  

(1) Et droit dans les yeux nous avons eu droit au tour de passe-passe, à l’entourloupe des 500 000 chômeurs en formation pour  1 milliard de nos impôts... Il ne reste plus à l’emberlificoteur qu’à traficoter la courbe du chômage pour, toute honte bue, annoncer fin 2016 sa joyeuse candidature pour 2017. Pourquoi se priverait-il, face à des veaux et des moutons ?
(2) François Dedieu « Caboujolette » / Pages de vie à Fleury tome 2 / Dedieu éditeur 2008.

PS : la Corse ! On vous embrasse... c'est quand qu'on officialise nos relations diplomatiques ? 

                                   Occitanie

photos autorisées wikimédia commons.
 


samedi 9 janvier 2016

QUAND L’ÉTAT JACOBIN ATTISE LES SÉPARATISMES ! / Fleury d'Aude en Languedoc

 
Nous, Anonymous del Sud é Miéjour, Languedociens et Catalans, Français obligés bien que non fédérés, Européens forcés bien que de cœur, ne sommes nullement choqués par le discours en corse du président de l’Ile de Beauté ! Au contraire, nous nous félicitons de cette expression régionale culturelle, la seule qui, a contrario, démontre l’étouffement de toutes les autres par le pouvoir parisien !
    Semblount de couillouns, ces jacobins intégristes bornés, car si la langue de la république est le français, celles de nos exigences démocratiques à respecter sont l’occitan et le catalan dans leurs déclinaisons micro-géographiques !
    Et puis, nos tenants des "captations" centralisées (1) semblent oublier que l’alinéa à l’article 2 de la constitution de 1946 n’a été ajouté qu’en 1992, soi-disant pour protéger notre langue contre l’anglais, le Garde des Sceaux de l’époque (Toubon) précisant bien aux parlementaires que la précision ne nuirait aucunement aux langues régionales...
    Paroles, paroles, paroles... et pour nous tout mauvais jusqu’à ce jour !
    Nous, Languedociens et Catalans dans toutes nos variantes, nous étions réunis pour aller voir, espépisser, exprès, après la bataille, si nos langues historiques comptaient dans les programmes, les professions ne manquant pas de foie, des candidats aux régionales.
     La grille initiale de notation allant du 20 de l’excellence au 0 de la grande insuffisance ne permettant pas de départager des ex aequos plus que nuls, un premier amendement autorisa l’utilisation des notes négatives pour traduire les cagades plus ou moins cagagnouses ou constipatives, l’extra et l’introspection étant possibles.  
Les têtes de listes apparaissent dans l’ordre adopté par le ministère de l’Intérieur (NDLR : ce sont bien des affaires intestines).

« JE M’ENGAGE POUR MA RÉGION » si nous restons perplexes et sans voix face à cette originalité certainement inspirée par Jean-Marie, Bigard (pas l'autre...) et son "C'est pour manger ?" mais qui a le fieffé avantage de ne pas prêter ouvertement hommage aux suzerains en bisbrouille d’une bannière LR s’effilochant chaque jour davantage, relevons cependant une circonstance atténuante à l’éruption de Dominique Reynié, natif de Rodez, dans le who’swho court-circuité des notables provinciaux de droite. S’engageant plutôt jusque là pour des jetons de présence sur le plateau d’Yves Calvi (encore un Corse ?), Reynié a eu la sagesse de ne pas ajouter aux noms de baptême du patatoïde voulu par "Moi Président". Déjà qu’il ne sera pas facile de trouver autre chose que l’alphabet pour la tumeur « Languedoc-Midi-Pyrénées-Roussillon », considérons que le Ruthène a eu l’élégance de ne pas métastaser le mal en revendiquant pour les ventres noirs des Ségalas ou du Causse Comtal... Un cran de gagné donc pour celui dont le nom rappelle le roi René.............................note MOINS 1.   

« NOTRE SUD, UNE RÉGION FORTE, CRÉATIVE ET SOLIDAIRE » liste conduite par Carole DELGA. Le slogan est presque aussi cucu que précédemment... pour des raisons très comparables d’ailleurs... Le parrainage PS plus que discret dénote-t-il, pour le moins, l’embarras des intronisés récents, entre des frondeurs qui crachent dans la soupe pourtant avalée, ceux qui cinglent à gauche toute, ceux qui cravachent gaiement tout à droite ou encore ce ventre mou d’opportunistes, fumistes, ô combien responsables de la dégringolade du pays mais surtout accrochés à leurs privilèges de robins ?
Pour les langues régionales, notons néanmoins « le soutien à l’enseignement de l’occitan et du catalan ». C’est sobre mais c’est dit .. ....................................................................note 7.

« FORCE FRANCE SUD LA RÉGION LA FRANCE LA VIE » Ça martèle, ça fait robot mais c’est la vie chez Martinez Jean-Claude,  un phénix renaissant toujours de ses cendres ! En politique depuis 35 ans, comme Bartolone, mais d’une commensalité plus digne et honorable, moins "ors de la république", certainement pas offerte par acclamation. Rat des champs se limitant aux miettes tombées de la table, Martinez partage cependant ce travers des pros de la représentativité constitutionnelle, consistant à faire oublier qu’ils sont dans le paysage depuis trop longtemps. Ainsi notre fidèle lieutenant de Le Pen, forcément passé par la case "félon", se garde-t-il bien de revendiquer son passé au FN. Notre ami Jean-Claude dit bien qu’il est du Sud, sa salutation initiale en atteste :  « amics d’aqui, estimats amics ». Ensuite nous entendons bien que les 13800 platanes abattus, les abeilles en perdition, les 146000 AVC démontrent qu’il faut défendre et aimer la vie... mais quand il embraye avec le « tsunami de 800 000 Alzheimer » (chiffre MENSONGER à l’échelle de notre patatoïde régional !) et qu'il culmine avec une « Audace des cultures et du sport
» « Gardarèm nostre oustal » (de berger sur le Larzac, non ?) , son blabla racoleur peut lui valoir...................................................................note 3.

« LA RÉGION EST NOTRE BIEN COMMUN » la liste écologique et citoyenne de Christian Cavard fait bien état de la lutte contre les discriminations mais celles pour tant tout aussi visibles qui mettent à mal nos langues régionales ne concernent visiblement pas ses lapalissades! .................................................note MOINS 3.

« INDIGNEZ-VOUS AVEC NOUVELLE DONNE » Gilles Fabre est plus expert pour la langue à clics consistant à suivre sur l'ordi une arborescence ne menant à rien sur le Net : impossible de trouver la profession de foi. En plus de leur engagement à l’échelle supra-régionale, cet enquiquinement congénital leur a valu un cran supplémentaire d'indignation de notre part ! ............note MOINS 4. 

(1) Bien qu’elles aient l’apparence de la légalité... aussi légales que ces votes à quelques uns, en catimini, la nuit, au palais Bourbon... 


photo 1. régions au 1er janvier 2016. 
2. Résultats en Languedoc-Midi-Pyrénées-Roussillon / Commons Wikipedia. En bleu "la droite", en gris "le FN", en rose "les socialos".

lundi 4 janvier 2016

PAGNOL AUSSI ÉTAIT INVITÉ POUR NOËL ! / Fleury d'Aude en Languedoc


Ces jours-ci, la télé a contribué à nous garder dans l’atmosphère de Noël, avec notre Midi en place d’honneur, grâce, notamment aux films d’Yves Robert, tirés des souvenirs d’enfance de Pagnol : « La Gloire de mon Père », « Le Château de ma Mère ».

    Dans l’extrait joint, l’air de rien, l’auteur nous donne à voir un large aperçu des traditions avec, dans la cheminée, un cérémonial de la bûche accompagnée des voeux "A l’an que vèn, si sièn pas maï, que sioguèn pas mèns" version Lili, le copain des collines qui passe le réveillon chez Marcel. Sur la table de fête, les treize desserts de Noël qui tiendront lieu de réveillon.
    On sent l’omniprésence de la religion, mais apaisée, le goupillon sans le glaive et le fanatisme de l’inquisiteur (1). Certes, la perception qu’en a Pagnol est anachronique, les souvenirs d’enfance datant de 1957-58. Et puis n’a-t-il pas eu, deux ans avant, l’imprudence (l’impudence aussi) d’écrire « Judas » pour le théâtre, une pièce reçue par les catholiques en tant qu’apologie du traître, ressentie par les juifs en tant qu’expression antisémite ? Si le sujet reste toujours aussi difficile et délicat à aborder, il est plus que nécessaire de réfléchir, plus d’un siècle après ce Noël dans la garrigue marseillaise, alors que des monothéismes agressent, s’autorisent le prosélytisme, étouffent et confisquent le libre consentement, imposent même sous peine de mort.

    Dans ces souvenirs, les traditions chrétiennes ont au contraire, tout perdu de leur tyrannie.
    Lili, le petit paysan qui réveillonne chez Marcel, témoigne que son père n’a pas peur de regimber contre Dieu  : « Mon père il dit que c’est un jour (Noël) comme les autres jours.../... il n’y va pas (à la messe) jusqu’à ce qu’il pleuve, parce qu’il dit que le bon dieu, il faut qu’on lui fasse comprendre ! ».
    Chez Pagnol, l’aspect pratiquant, le minuit très chrétien, entrent en scène avec l’arrivée tonitruante de l’oncle Jules, père Noël en pelisse de motocycliste (2) et qui en revient, lui, de la messe qu’il ne manque jamais : «... cette messe a été très belle ; il y avait une crèche immense, l’église était tapissée de romarins en fleur et les enfants ont chanté d’admirables noëls du XIVème siècle. C’est pitié que vous ne soyez pas venu ! »  
    On se doute que Joseph va réagir. Mais si la main d’Augustine, l’épouse, sur son épaule puis dans son dos, est censée prévenir tout écart, on suppute déjà que le père de Marcel sait, suivant les circonstances, mettre de l’eau dans son vin... L’heure n’est pas aux polémiques sur la papesse Jeanne et les turpitudes des Borgia ! (3)
Joseph : «... Je ne serais venu qu’en curieux et j’estime que les gens qui vont dans les églises pour le spectacle et la musique ne respectent pas la foi des autres... 
~ Voilà un joli sentiment ! » répond l’oncle Jules, plus conciliant et qui dit avoir prié pour eux.
Joseph poursuit après avoir évoqué le « Tout Puissant » pour ne pas nommer « Dieu » :
~ Je ne crois pas, vous le savez, que le créateur de l’Univers daigne s’occuper des microbes que nous sommes mais votre prière, mon cher Jules, est une belle preuve de l’amitié que vous nous portez... Et je vous en remercie.
¾ Joyeux Noël, mon cher Joseph ! » s’exclame chaleureusement l’oncle Jules.
Les deux hommes se serrent alors la main puis s’embrassent de toute leur amitié.

    Magnifique de communion, de fraternité ! Le voilà l’esprit de Noël à l’origine et quelles que soient ses déclinaisons ! C’est vrai qu’à côté, la nouvelle année puis le gâteau des rois ne sont plus que des jours, de fête certes, mais des dates, seulement, sur le calendrier...   

(1) le Midi et en particulier le Languedoc ont eu à souffrir de la tyrannie des inquisiteurs, avec ses tortures, ses condamnations lapidaires, ses bûchers plus particulièrement liés à l’éradication du catharisme (Croisade des Albigeois).
(2) Mais qui vient d’appuyer son vélo dehors.
(3) dans le premier tome « La Gloire de mon Père » 1957.
 
https://www.facebook.com/Marcel.Pagnol.groups/videos/788495841262841/



Photos autorisées wikipedia commons 
1. anonyme / Marcel Pagnol portrait 1931. 
2. La Bastide Neuve aux Bellons (état actuel) by Fr.Latreille

samedi 2 janvier 2016

UN NOËL AUX CABANES-DE-FLEURY / Fleury d'Aude en Languedoc

Les Cabanes en 1975 avant le creusement des ports de plaisance, avec les baraques du camping sauvage avant et sur la plage. Au hameau, le château est bien visible ainsi que les parcelles géométriques de vignes. Les jetées de l'Aude sont orientées vers le nord. Aujourd'hui c'est le contraire et on se demande si cela ne cause pas l'érosion de la plage sur plusieurs kilomètres vers le sud et Saint-Pierre-la-Mer. (photo Hélène Marpaux autorisation Google images).   

    Est-ce parce que le Cers le prend à l’aise et forcit sans obstacle, en bas de la garrigue, sur un delta gagné par le fleuve, que les demeures des hommes se regroupent, ramassées sur elles-mêmes ? Est-ce parce que les pêcheurs étaient traditionnellement démunis ? On pourrait spéculer ainsi, en effet, à propos des maisons des Cabanes-de-Fleury, formant le hameau susdit. Et bien non, la raison en est historique.
    Ici, les habitations devaient être de plain-pied afin que cela ne gâchât point la vue du comte Pons Roger de Villeneuve, propriétaire du domaine de Saint-Louis. Notons que sans la complicité sinon le manque de rigueur de l’État, le comte n’aurait pu faire main basse sur de vastes lais et relais de la mer vendus par l’administration en 1820, au détriment des pêcheurs dont le métier se pratiquait, sûrement à cet endroit, depuis, au moins, l790 si l’on s’en tient à la prescription trentenaire qu’ils opposèrent alors au comte de Villeneuve.
    Pardon pour cette parenthèse mais les annales doivent reconnaître qu’il n’existe pas qu’un seul village de résistants en Armorique : le hameau des Cabanes a connu aussi sa révolte de gueux contre le nobliau tout puissant !

    Nous sommes donc un 24 décembre entre la reconstruction suite à la guerre et peut-être les années 60. Dominé par le domaine et aussi le Château (1), le hameau sur la rivière est entouré de vignobles : au damier des rues correspond celui des vignes séparées et protégées par des haies de carabènes.
    La nuit est tombée et il souffle un vent du diable. Dehors, pas une canadienne. On se réchauffe au coin du feu. Dans une de ces maisons rappelant encore, par la taille, les cahutes en roseaux du passé, une famille prépare Noël, justement. Ils n’ont qu’un fils. Ne sachant plus que faire pour lui être agréable, les parents ont combiné une rencontre du petit au pied de la cheminée avec le père Noël, en haut sur le toit. A un moment de la veillée, le père se débrouille donc pour s’éclipser puis grimper sur les tuiles.
    Avec ce vent, la nuit est des plus claires, le ciel, étincelle d’étoiles. Appuyé sur la souche, le père contrefait sa voix : « Tu as été bien sage ? » En bas, complice, la mère confirme que cela vient bien de la cheminée et que ce doit être le père Noël. Émerveillé, l’enfant lui prend la main et tous deux penchent la tête sous la hotte tandis que là-haut, le porteur de cadeaux répète : « Tu es sûr que tu as été bien sage ? ». C’est alors qu’en un éclair à peine, les traits du petit se relâchent... S’adressant à la mère et montrant la cheminée dans un sourire plein d’indulgence, il laisse échapper « C’est papa... ».
    Si l’anecdote ne raconte pas comment le père a réagi quand le charme fut rompu, elle retient néanmoins qu’il fut le premier a en faire rire les autres : « Et dire que je me suis gelé là-haut ! Et pour quel résultat ! ». 
    Moralité : le risque est grand de trop en faire pour entretenir la magie du père Noël ! Et si vous voulez en savoir davantage, partez donc enquêter aux Cabanes. Que vous trouviez ou non, vous rapporterez des souvenirs inoubliables de ce si joli bout du monde. Et entre nous, la vie serait si fade, pauvre et tellement triste sans ses parts de mystères... 

(1) un mystère supplémentaire dont un Roger contemporain aurait peut-être les clés... 


                                         Les Cabanes au fond / photo iha / autorisation Google Images;