Follow by Email

jeudi 31 décembre 2015

DE L’ÂTRE À LA CHEMINÉE, IL N’Y A GUÈRE ! / le temps de Noël en Languedoc

DE L’ÂTRE À LA CHEMINÉE, IL N’Y A GUÈRE !
Je voulais écrire DE LA HOTTE  À LA SOUCHE, IL Y A PEU mais cela devenait aussi incompréhensible que "DE LA SOUCHE À LA SOUCHE IL Y A PEU...". Comment dire quand le vocabulaire si riche sur la réalité et la symbolique du feu au point qu’il a signifié la famille autour du foyer (la population se comptait, avant, en "feux"), vient nous embrouiller avec une homonymie insupportable entre le bois qui brûle en bas, pis ces ceps que nous appelons souches, et la cheminée, sinon son bout dépassant du toit ?
    Je pense à du Bellay, qui lui, a su tout exprimer avec trois moitiés de vers : «Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village / Fumer la cheminée... » (Les Regrets, XXXIème sonnet). 
    Si quelqu’un peut m’aider car j’ai beau chercher, retrouver le contrecoeur, aborder des secrets sous son manteau, m’interroger aussi sur la languette ou le tablier tout en me demandant si le rideau était ce tissu jaune à l’origine, courant sur les trois côtés de la tablette avec, chez mamé Ernestine, ces femmes brodées dans les habits des provinces de France, jamais je n’ai été ainsi coincé par une souche ! 
                                        Mamé Ernestine et la cheminée / 1968, diapositive François Dedieu.

    Mistral peut-être pourra m’aider ! Dans le Trésor du Félibrige, nous trouvons qu’en Languedoc elle s’appelle cha-, ou che-, ou chi-, ou encore chuminièiro ! Sur ses différentes parties : « lou canoun de la cheminèio... /... lou dessus.../... lou founs.../... lou cantoun.../... la cheminèio marsiheso avec le potager construit à l’intérieur. Suivent des expressions comme « Se laissa mouri souto sa chaminèio », se laisser mourir dans l’abandon, « A pas manja soun pan souto la chaminèio», il a vaillamment gagné sa vie, « A fa soun cop souto la chaminèio », il a fait son coup en tapinois. Moins attendu venant de Mistral plutôt traditionaliste, une critique de la religion qui voit l’auteur préciser qu’il s’agit d’un dicton irrévérencieux désignant l’église, le curé, le vicaire et le marguillier :
    « Meisou sèns fournèl ni chaminado / Nouiris tres feiniants touto l’annado (Limousin).
Le travail de linguiste primait-il sur ses convictions ?
    L’article qui nous console de la frustration initiale, évoque ensuite François Ier avec « la cheminèio de Francès Premié « à Aigues-Mortes ainsi que la jolie cheminée « dóu rèi Reinié », du roi René, désignant, à Aix, une promenade au midi des remparts où le roi venait prendre le soleil et discuter sans façon avec tout le monde. Frédéric Mistral ajoute que Digne et Marseille ont aussi « leur cheminée du roi René ». Nous comprenons désormais ce que signifie « Se caufa à la chaminèio dóu rèi Reiniè ».
En attendant, moi qui voulais vous raconter une histoire de cheminée pour Noël, j’en suis resté au titre ! Lou prouchin cop, promis, surtout que ça s’est passé aux Cabanes de Fleury et il n'y a pas si longtemps...  

SALES HISTOIRES DE NOËL... POUR BIEN DÉMARRER L’ANNÉE !


« Noël, amour, paix et sérénité »... Hola... « Méfiso-té d’aquèl moundé qué se vestis per anar travaillar ! ». Pour reprendre ce que disait notre brave oncle Noé, j'ajoute, à propos des incantations toutes faites « Méfiso-té d’aquèl moundé qué parlo coumo un livré ! (1) ». Parce que hier, par esprit d’ouverture, comme ces gens qui, à un moment donné, leur entrebâillent la porte, je me suis forcé à suivre un reportage sur les Mormons. Résultat, je m’en porte et plus mal et mieux à la fois... 

                                                          "Méfiso-té d'aquèl moundé..."

Plus mal et mieux, puisque, parti vers autrui pour plus de tolérance et de fraternité, j’en suis à assumer, au contraire, une intolérance plus marquée car aux limites de l’indifférence et de l’agressivité. Vraiment mal quand l’intégrisme de certains se veut prosélyte ! Rabaisser la femme et pas seulement par la polygamie, nier la nature sexuelle des êtres au point de leur faire porter jusqu’à la mort des sous-vêtements de chasteté. Et puis, une église autoritaire, dictatoriale basée sur la surveillance permanente des membres ! Je me demande encore ce qui leur a pris d’autoriser une caméra à suivre un de leurs jeunes missionnaires toujours chaperonné par un plus convaincu et en prime écouté et surveillé par un membre plus mûr, sentinelle omniprésente derrière une porte toujours ouverte... Nier l’individualité, contraindre la personnalité, refuser le droit à l’intimité, le racketter (ils savent tout des finances et des membres et se renseignent si besoin est, auprès des allocations familiales par exemple ). C’est effarant ! S’ils ont pensé se faire de la pub en jouant l’ouverture plutôt que de laisser planer le mystère autour de leurs pratiques, c’est plutôt la détestation qu’ils promeuvent. On peut m’opposer le fait qu’à partir du moment où ils n’obligent personne... Certes mais non seulement cette secte s’approprie nos morts au prétexte de les sauver mais ils alpaguent les passants et vont taper chez les gens. Si une fin de recevoir leur est souvent signifiée, quelques uns tombent dans leurs mailles puisque chacune de ces missions de deux ans doit convertir au moins huit personnes (quatre par an). Loin de moi l’idée de les empêcher de se reproduire (contraception interdite) mais comme pour les pubs dans les boîtes à lettres et les marchands d’aspirateurs, pourquoi ne pas leur interdire la vente à domicile ?
Pardon si je vous refile dégoût et amertume avec ces religions contraignantes qui voudraient se substituer à l’État avec leurs églises monumentales comparables aux monuments soviétiques...  Réconfortez-vous peut-être, je vous le souhaite, dans les lumières et valeurs démocratiques, seraient-elles, comme en France, plus marquées par une laïcité certes mais liante, à laquelle le plus grand nombre peut adhérer sans se soumettre, et garante du libre arbitre de chacun.  
MEILLEURS VOEUX POUR 2016 ET AVANT TOUT LA SANTÉ !
(1) « Méfie-toi de ces gens qui mettent un habit de travail ! » « Méfie-toi de ces gens qui parlent comme les livres ! »   

Photo : missionnaires mormons / commons wikipedia auteur MTPICHON / "Méfiso-té d'aquèl moundé..."

vendredi 25 décembre 2015

EN LAURAGAIS, DES SOUVENIRS AUSSI PRÉCIS QUE PRÉCIEUX... / Noël en famille.


EN LAURAGAIS, DES SOUVENIRS AUSSI PRÉCIS QUE PRÉCIEUX...
Né au Mas Saintes Puelles le 22 juillet 1923, Alfred Cazeneuve a passé son enfance dans ce village du Lauragais audois, entre Castelnaudary et le Seuil de Naurouze. Dans "Le Goût de la Vie dans le Lauragais d’Autrefois" (La Gouttière, mars 2005), il raconte la fête de Noël vers 1930 avec un père Noël s’émancipant de la religion omnipotente, une autre idée de la bûche, une vision arrêtée du réveillon. Extraits :
    « .../... Des santons, beaucoup de papier multicolore plantant le décor, des anges, statuettes dont l’une avait la tête articulée et qui semblait dire merci quand une pièce de monnaie était glissée dedans. Je me souviens avoir mis, tout gosse, des pièces dans cet "ange". L’abbé Rieux nous avait distribué, une fois, une pièce de deux sous au cours du catéchisme et nous avait accompagné à la crèche pour la remettre à l’ange. Il était sûr de récupérer l’argent à la sortie !... /...
    Les gens avaient veillé, même les enfants ; ils avaient passé la veillée de Noël au coin de l’âtre. On avait mis dans la cheminée la bûche de Noël, une grosse bûche qui devait durer jusqu’à minuit. Avant le départ à la messe, on éteignait le foyer, une étincelle pouvant provoquer un incendie, mais on gardait un bout de tison consumé. Pourquoi ? Certaines croyances voulaient qu’on glisse le tison sous le lit de la parturiente afin que l’accouchement se passe bien.../...
    Le Père Noël allait passer dans la nuit. Les sabots astiqués et cirés étaient alignés devant la cheminée. En rentrant dans la nuit du Loto, le père les garnissait d’un paquet de bonbons, et d’un petit sabot en chocolat dans lequel un petit Jésus tout rosé trônait. Peu de jouets chez les gens modestes : quelquefois un vêtement, des sabots, mais toujours le paquet de bonbons contenant des dragées, des fondants, des pralines. Je n’ai jamais entendu parler de réveillon ! La crèche restait encore quelques jours dans la chapelle, puis, on rangeait les santons pour l’année prochaine.../... »

    Alfred Cazeneuve mentionne aussi un LOTO presque rituel dans les années trente et tel que nous l’avons connu il y a peu encore. Or le nom même de LOTO semble avoir disparu du vocabulaire sans qu’on s’en aperçoive, comme, entre parenthèses, les 40 % des passereaux de nos campagnes... Et parce qu’on se sent bête de n’en rien savoir depuis des mois et des mois, ça fout un coup sur le coupet (occiput, nuque en languedocien) ! J’ai cru un instant que nous en étions plus coupables, à Fleury, où les publications mensuelles font seulement état de « loteries familiales » peut-être réservées aux seuls adhérents d’associations. En fait, la nouvelle appellation, loin de répondre à un effet de mode, semble seulement découler de la législation. Nous la devons à des parlementaires certainement plus vertueux s’agissant du contrôle des bénéfices générés par les lotos que pour l’utilisation très opaque des 500 millions que l’Assemblée s’alloue elle-même avec la loi de finances ! Et comme, sans parler du Médiator et du sang contaminé, nos chers élus se soucient tant de notre santé, les grains de maïs pour marquer sont aussi interdits, des fois qu’ils nous inoculeraient la grippe aviaire !

    Manière de ne pas gâcher la fête avec ces signes de démocratie confisquée, je voulais prendre congé en vous laissant le lien « Couleur Lauragais » pour ce que je n’ai pas repris des écrits d’Alfred Cazeneuve (http://www.couleur-lauragais.fr/pages/journaux/2007/cl98/histoire.html), quand le moteur de recherche m’a mis sous les yeux : http://www.ladepeche.fr/article/2010/09/22/911451-mas-saintes-puelles-un-paysan-poete-nous-a-quittes.html.
    Et moi qui ai raccroché suite à un message de répondeur incompréhensible, pas plus tard qu’hier, alors que je voulais le remercier, demander la permission pour des extraits et souhaiter un bon Noël. Je me suis senti d’autant plus bête qu’un site permet toujours de lui commander ses livres... Et puis je n’avais pu m’empêcher un parallèle avec papa, parce qu’Alfred Cazeneuve suivait, à un an près, parce que les témoignages de cette génération sont des plus précieux et qu’il faudrait être superficiel ou très inconscient pour ne pas trouver leurs capacités admirables et passer à côté de ce que leur expérience liée à une belle mémoire peut nous transmettre.   L’Internet est une belle machine qu’il ne faut pas remettre en question. Il n’empêche, ça fout un còp sur lou coupet !


Photo Commons Wikipedia : village du Lauragais (Saint-Félix) sur fond de Pyrénées / Didier Descouens. Et 2 auteur Asabengurtza.

jeudi 24 décembre 2015

« MAINTENANT NOËL PEUT VENIR.» / Noël en Haute-Provence


« MAINTENANT NOËL PEUT VENIR.»
Avec Paul Arène (1843 - 1896) qui participa sans en recevoir les lauriers, à l’écriture des Lettres de mon Moulin, nous voici à Sisteron, entre Alpes et Provence. Toujours le soleil mais déjà le bon air des montagnes, l’eau fraîche des torrents sur les hauteurs drainées par la Durance et le Buëch. Entre les vergers, les bergers, les abeilles Paul Arène y vécut avant de monter à Paris. Depuis la capitale où se préparent des fêtes citadines, il retourne chez lui par la pensée.  

Paul Arène / nouveaux contes de Noël /http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k826342/f31.item.zoom


«.../... Au village, bien à l’avance, Noël s’annonce par toutes sortes de signes et de pronostics que chacun comprend sans avoir besoin d’être astrologue. Le porc déjà gras sous son toit vit entouré de soins gastronomiquement affectueux ; tel aux Iles de la Société, un parent dont on attendrait le succulent héritage. Dès les premières gelées, sur la route sonore et blanche, ont commencé à défiler, venant on ne sait d’où, d’innombrables troupeaux de dindes. Chaque ménage achète la sienne qu’on nourrira dans un coin de la basse-cour et qui, gavée de son et de noix, avec ses colères stupides, sa roue bruyamment étalée, le bizarre ornement qui se trimbale autour de son bec, apparaît aux yeux des enfants comme un grand oiseau fantastique.
    A la Sainte-Barbe, vingt-un jours avant la Noël, dans trois assiettes choisies parmi les plus belles du dressoir, on a étalé quelques grains de blé, lesquels arrosés soigneusement et tenus au chaud dans un coin de la cheminée, ne tardent pas à germer sans terre ni soleil, ce qui nous semblait un miracle. ces trois assiettes, minuscules champs de blé vert, symbolisant le printemps et les espérances de l’année nouvelle, sont destinées à figurer - avec les trois lumières dont la flamme, selon le côté où elle s’incline, désigne celui qui doit mourir - sur la table du grand repas, entre le nougat familial et le pain de Calende qu’une main prudente va découper, la part des pauvres réservée en autant de morceaux qu’il y a de convives.
    Cependant peu à peu le blé monte, et, d’abord blanc et pâle, peu à peu se colore de vert. Les jours passent, le moment approche, il s’agit de préparer la fête.
    Un matin, le valet s’en est allé au bois ; il a rapporté mystérieusement la maîtresse bûche depuis longtemps choisie, et qui posée sur les landiers par l’aïeul et le plus jeune enfant de la maison, arrosée de vin pur en souvenir des libations antiques, prendra feu soudain et s’enveloppera, ainsi que d’une vibrante broderie d’or, des mille étincelles de toutes ses mousses enflammées, pendant que les assistants chanteront : « Allègre, allègre, Noël nous rende allègres !»
    Maintenant, Noël peut venir ... » 


photos wikipedia et commons wikipedia Paul Arène & horloge de Sisteron Commons wikipedia Véronique plagnier.

mercredi 23 décembre 2015

DANS LA MONTAGNE, DES LUMIÈRES QUI MARCHENT... / Noël occitan


DANS LA MONTAGNE, DES LUMIÈRES QUI MARCHENT...
Parlant de ses parents, Joseph Delteil rappelle toutes ces lanternes qui avancent par les chemins vers la messe de minuit. Aussitôt, un conte de Noël vient cogner au portail, d’Alphonse Daudet, dans « Les Lettres de mon Moulin », un livre qui compte et fédère autour de nos identités occitanes... Comme quoi tous les méridionaux qui "montaient à Paris" n’y perdaient pas tous leurs âmes... Dans ce sens, Daudet a certainement contribué à la défense de l'esprit, de la culture occitane, et ce, dès l'enfance. Pourrait-il en être autrement avec le secret de Maître Cornille, la chèvre de Monsieur Seguin, le curé de Cucugnan... Si j’aime à jamais Les Vieux pour la chaleur de l’été et le thème douloureux de l’absence, la magie de Noël, l’évocation des tables chargées pour les fêtes me ravissent également. Et puis il y a l’hiver, le froid et la neige, les veillées idéalisées qui réunissent la famille autour du feu, du moins pour des gosses, libres encore du réalisme de l'âge adulte. Aussi, dans « Les Trois Messes Basses », les petits se trouvent vite pris dans la magie et les mystères des "Noëls Blancs". Suivons Daudet qui situe ce conte au pied du Mont Ventoux, « en l’an de grâce mil six cent et tant » :

 «... Dehors, le vent de la nuit soufflait en éparpillant la musique des cloches, et, à mesure, des lumières apparaissaient dans l’ombre au flanc du Mont Ventoux, en haut duquel s’élevaient les vieilles tours de Trinquelage. C’étaient des familles de métayers qui venaient entendre la messe de minuit au château. Ils grimpaient la côte en chantant par groupes de cinq ou de six, le père en avant, la lanterne en main, les femmes enveloppées dans leurs grandes mantes brunes où les enfants se serraient et s’abritaient. Malgré l’heure et le froid, tout ce brave peuple marchait allègrement, soutenu par l’idée qu’au sortir de la messe, il y aurait, comme tous les ans, table mise pour eux en bas dans les cuisines. De temps en temps, sur la rude montée, le carrosse d’un seigneur précédé de porteurs de torches, faisait miroiter ses glaces au clair de lune, ou bien une mule trottait en agitant ses sonnailles, et à la lueur des falots enveloppés de brume, les métayers reconnaissaient leur bailli et le saluaient au passage :
~ Bonsoir, bonsoir maître Arnoton !
~ Bonsoir, bonsoir, mes enfants !
La nuit était claire, les étoiles avivées de froid ; la bise piquait, et un fin grésil, glissant sur les vêtements sans les mouiller, gardait fidèlement la tradition des Noëls blancs de neige... » 




Notes : en plus du livre, le film de 1954 est passé à Fleury, au cinéma Balayé. Je pense aussi à Paul Préboist, acteur marseillais dans l’élixir du père Gaucher mais dans un autre film puisque Rellys tenait le rôle dans la production de Pagnol... Toi qui sais, si tu me lis...
Hier sur la 3, une très belle reprise de Marius par Daniel Auteuil, très réussie. mardi prochain ils donnent Fanny !Si ce n’est pas dans l’ambiance de Noël, notre Méditerranée est bien présente : ce serait dommage de s’en passer... 



Photos : 1. le Ventoux wikipedia england.
2. Le Ventoux depuis ST-Trinit le 4 décembre 2010 / commons wikipedia / auteur Véronique Pagnier. 
3. Daudet jeune (Les Lettres de mon Moulin, écrites avec Paul Arène,  datent de 1865 (l’auteur avait 25 ans).
4. Le Moulin de Daudet à Fontvieille.

mardi 22 décembre 2015

LES LUMIÈRES DE NOËL / Sud, Languedoc, Aude.

                             Église St-Paul de Villar-en-Val (Val de Dagne) / auteur Tournasol7.
 
« Les nuits de France-Culture... jusqu’à 6 heures du matin... »
Je pense aux noctambules, aux insomniaques, à ceux qui se sentent abandonnés ou ne sont pas, sinon plus, accompagnés. Moins seuls, retrouvent-ils un peu de cette chaleur humaine avec ces discussions, comme au coin du feu, dans l’intimité qu’une émission de  radio peut offrir ?
Dans ce monde que nous accélérons à l’excès, tout défile et nous fait passer trop vite à autre chose, serait-ce à une autre émotion. Pour ceux qui ménagent des pauses et ont la sagesse de faire halte pour retenir ce que la méditation a de fugace et d’évanescent, l’essentiel de ces sept petites, toutes petites minutes avec Joseph Delteil...  

« Si vous passez par Villar-en-Val, au sud de Carcassonne, prenez donc le chemin de poésie, vous passerez devant la maison où naquit le poète Joseph Delteil. Joseph Delteil mena une vie d’écrivain paysan... /...  Mais enfant il vivait à Pieusse entre Carcassonne et Limoux, en plein milieu des vignes. C’est là qu’il passait Noël avec ses parents comme il le racontait à Frédéric Jacques Temple, en 1970. »  

« Joseph delteil, qu’est-ce que c’est la Noël pour vous ?
~ La Noël, comme toutes ces grandes fêtes, c’est d’abord quelque chose de très banal, il n’y a pas de choses extraordinaires ; il faut pouvoir à travers ce mot de Noël,  retrouver les choses qui sont inscrites dans nos moelles, ancestralement, initialement...
~ ... Noël est par conséquent la fête la plus ancienne et la plus moderne à la fois...
~ Oui, en même temps, l’un dans l’autre. A Pieusse c’était pas considérable. Ce qu’il y avait tout de même c’était la bûche. Papa qui était bûcheron n’oubliait jamais de préparer une assez belle bûche, de chêne. Il fallait que ça dure de la Noël à la nuit du premier janvier. Il faut que ce soit une bûche qui dure huit jours
~  Vous alliez à la messe de minuit...
~  Naturellement j’allais à la messe de minuit. Nous faisions un petit réveillon, mais vous savez,minuscule. D’ailleurs quand je pense à la Noël je ne vois pas tellement la Noël de Pieusse, j’y ajoute inconsciemment tout ce qu’il y a dans mes yeux. Au mois de Noël : mes yeux s’ouvrent et voient un spectacle et dans ce spectacle il y a notamment ce que papa et maman et papa  me racontaient de la Noël dans leur pays d’Ariège : ils habitaient du côté de Montségur. Comme ils habitaient une ferme dans les hauts plateaux, ils me racontaient qu’en allant à la messe de minuit, chacun y allait avec une lanterne, et alors, de colline en colline, de montagne en montagne, tout ça fourmillait de lanternes qui marchaient, portées par les gens qui allaient à la messe. Ce n’est pas le spectacle que j’ai vu mais pour moi j’ai l’impression que je l’ai vu, je pourrais jurer que je l’ai vu à travers papa et maman. Peut-être beaucoup des choses que nous avons, que nous portons, que nous écrivons, quelquefois, sont non pas de nous mais de toute notre famille, de toute notre lignée. 

                                           Paysage autour de Montségur / auteur Panoramio.
 
~ Et si vous le racontez c’est que vous vous en souvenez, que vous l’avez vécu...
~ Je m’en souviens justement parce que je l’ai vécu, ça s’est fixé dans mes moelles comme le cholestérol se fixe dans les artères.
~ A propos de cholestérol quels étaient les plats typiques du réveillon ?
~ Les plats typiques, chez nous, d’abord la prière de papa, ça c’est tout à fait le rite. Il devenait très solennel, ce qui n’était pas tellement son habitude et il nous disait en tâchant de ne pas avoir le sourire, de garder la voix très noble : « Mes enfants vous savez que la nuit de Noël, le chef de famille doit faire la prière avant le repas...»
A part ça il y avait un petit repas qui comprenait... ça commençait toujours avec la salade de betteraves rouges, après ça nous avions la morue aux tomates, il fallait la sauce tomate, qui était assez bonne, après ça il y avait des haricots à l’huile, un toupinat (1) de haricots. Tout ça nous paraissait excellent, c’était plein de saveurs.
Ensuite on ne pliait pas la table : en pliant les quatre coins, on laissait quelques plats en plus en cas que le petit Jésus passerait par là. 



                                                            Morue à la raita / auteur JPS68
 
Comme toujours, j’ai le plus grand respect pour ces rites parce que j’ai toujours l’impression que ces rites ils répondent à des choses très originelles, très originales; les premiers hommes les ont créés parce qu’ils avaient cette mission, cette notion de l’humanité. Et même maintenant, le jour de Noël, chez nous je tiens beaucoup à ce que ce soit une répétition de ces choses-là. Ce jour-là Marie vient chez nous ; elle prépare le même menu ; ma soeur n’y manque pas, elle confectionne les mêmes aliments et nous avons, une fois par an, à la Noël, exactement, le repas qu’il y avait à Pieusse, à Montségur, de père en père et qu’il y a dû avoir, à quelque chose près, de toute antiquité. » 

(1) le toupin, en languedocien, le pot en grès ou en terre mijotant souvent à la limite du cercle de chaleur autour du feu / mot aussi employé en Suisse.

Notes : Frédéric Jacques Temple, écrivain, poète, né à Montpellier le 18 août 1921.
Rappel : Joseph Delteil est un écrivain et poète français né le 20 avril 1894 à Villar-en-Val dans l'Aude et mort le 16 avril 1978 à Grabels dans l'Hérault.

Photos Commons Wikipedia.

lundi 21 décembre 2015

«TRADITIONS, NOËL, SUD, LANGUEDOC, AUDE...» / Aude & Languedoc


J’ai dû taper « Noël », « traditions », « Sud », « Languedoc », « Aude » et en moins de temps qu’il n’en fallut cette fois là à tonton pour prendre un brochet de 70 centimètres, l’ordi en a sorti des mètres. Des pages et des pages, en effet, un peu comme si, pour le poisson que je voulais accrocher, on avait vidé toute l’eau du lac. Force est donc de trier, de fouiller, en évitant la vase, à savoir l’incitation à consommer, toujours sous-jacente sur le Net mais sur-représentée puisque, en la circonstance, en premier, ce sont des invitations destinées à détourner le chaland vers la magie artificielle des marchés dits de Noël.
Patience, constance... Il est surtout question de persévérance quand on pose son bouchon dans l’espoir d’une bonne fortune... Sinon, pas de pêche miraculeuse, pas de petit poisson d’or tel celui du joli conte russe (1)... Demandez si ça vous dit mais ce serait hors de propos de le raconter ici... Le mien, de petit poisson surprise, attendait en deuxième page, et ses écailles brillantes m’ont pareillement ravi !
Le site invite à rencontrer Joseph Delteil (1894 -1978), l’écrivain-poète monté à Paris mais retourné vivre au pays, « al pais », puisque c’était écrit (2). Né d’un père charbonnier et d’une mère « buissonnière », à Villar-en-Val, mystérieux petit pays perdu dans des Corbières à l’écart des trépidations et trafics modernes, puis installé à Pieusse, terre de Blanquette (3), Delteil a gardé un vif souvenir de ses Noëls d’enfant, autour des années 1900. Lors d’un bref entretien radiophonique de 1970, Delteil a su faire partager l'importance qu'avait pour lui la célébration heureuse de Noël en famille. 


Puisque mon petit poisson d’or est aussi réel que mon Père Noël, vous devinez le bonheur que j’ai eu d’écouter, de passer et repasser l'entretien, pour transcrire puis lire et relire et revenir encore sur la parole de Delteil. Au-delà de la spontanéité de la discussion, de la grande exigence du direct qui ne rendent l'invité que plus humain, le message ne peut être plus clair. Et son accent valant mieux que mon inspiration incertaine, ci-joint les sites qui nous le gardent si présent pour passer et partager ce qu’il appelle « ses rites », transmis de père en père depuis l’antiquité.
Sources : merci Wikipedia, merci le Web !
Photo :  maison de Delteil à Pieusse / commons wikipedia / auteur : pinpin.

(1) Сказка о рыбаке и рыбке, Skazka o rybake i rybke) Le Conte du pêcheur et du petit poisson d’Alexandre Pouchkine, écrit le 14 octobre 1833, publié en 1835 dans la revue Biblioteka dlia tchteniia (Bibliothèque pour la lecture).
(2) est retourné vivre en Languedoc, à la Massane, un domaine proche de Montpellier. Dans ses oeuvres, des titres qui me parlent : Sur le Fleuve Amour 1922, Les Poilus 1925, Ode à Limoux 1926, Perpignan 1927, de J.-J. Rousseau à Mistral 1928, La Belle Aude 1930, La Cuisine Paléolithique 1964, La Delteilherie 1968... Joseph Delteil de même que son épouse Caroline Dudley, créatrice de la Revue Nègre, reposent au cimetière de Pieusse.
(3) La Blanquette de Limoux de la moyenne vallée de l’Aude, disputant au Champagne l’antériorité de ses bulles et d’un excellent rapport qualité-prix !

dimanche 20 décembre 2015

JOYEUX NOËL ET BONNE ANNÉE 2016 ! / France en Danger

Un pays en crise, des racines arrachées, des traditions contestées ! Puisque la peur pourrait amener à les cacher, les trahir, les abandonner, le moment est venu, au contraire, de les revendiquer, pour dire, sans hésiter, sans ambiguïté aucune, sans obliger qui que ce soit à les partager, qu’il est hors de question de nous en laisser dépouiller !
Les fêtes de fin et de début d’année en sont l’occasion parce qu’elles plongent dans des siècles d’une histoire qui est la nôtre, parce que sans elles nous ne serions pas nous, parce que le 13 novembre a confirmé que notre identité menacée est en grand danger !
Rien de facho, de réactionnaire à le dire ainsi ! Qu’aurait de répréhensible, en effet, ce désir de partage, de communion sur des valeurs partagées, à partir du moment où cela se traduit seulement par une exploration ouverte du passé ancestral, une rétrospective n’autorisant pas les coupes, les dissimulations liées au sectarisme ? Pas du n’importe quoi non plus : comme pour l’éducation des enfants, il faut des règles, des limites consenties sans lesquelles le vivre ensemble ne serait pas possible. Disons, pour l’essentiel qu’il est question de l’acceptation des différences, du respect mutuel avec l’interdiction d’interférer, d’imposer à autrui... chacun gardant la liberté d’aller voir ailleurs ce qui lui conviendrait davantage...

Sur ce, parce que ces "fondations" me sont essentielles et que j’ai tant besoin de vous pour m’en assurer, grâce à une informatique offrant plus de possibilités que mes quelques rayonnages et plus accessible que les fonds des bibliothèques publiques, je veux dire à quoi correspondent les fêtes de fin d’année. Excusez-moi, par avance, de la subjectivité que la démarche implique...
Entre la Noël et la nouvelle année, laissez-moi penser que c’est Noël qui prime. Pour le cycle annuel, en effet, basé sur la nature qui redémarre, les dates ont varié entre le 25 décembre (Noël démarrait l’année pour Charlemagne par exemple) et le 25 mars (avec prolongation des fêtes jusqu’au 1er avril). 
 
 
Noël, par contre, répond à une problématique en amont, une angoisse qui voit l’homme se demander si c’est la fin de son monde avant que ne se ressente le soulagement puis la joie de voir renaître le soleil source de vie. Avec ou sans religion, si le questionnement des humains peut amener à considérer comme vrai ce qui n’est pas plus visible que palpable, ce qui importe est que plus personne ne risque la torture et le bûcher en parlant ainsi. Sur ce plan il est de notre responsabilité de ne pas régresser. Je parlais de Charlemagne qui avait par ailleurs prévu la peine de mort pour celui qui ne respecterait pas le carême. 1200 ans plus tard, l’Islam promet toujours la mort à celui qui parle mal ou qui va croire ailleurs. Aussi, il nous appartient de rejeter sans tergiverser les tenants d’une secte qui se sublime dans la violence obscurantiste. La plus ferme intolérance s’impose contre le barbu qui affirme devant caméra qu’il n’a « pas un gramme de respect pour ce que nous sommes » ! 
 
 

Pour finir de vider mon sac, j’ajoute, sans oublier de citer Rushdie, que je préfère le courage de Finkelkraut, Zemmour et Polony à la trahison d’Onfray et aux aveuglements trop en phase avec la bien-pensance de tristes irresponsables tels Joffrin, Caron, Plenel, Naulleau, porte-paroles d’une classe dirigeante enfermée dans une tolérance aussi hypocrite qu’obséquieuse, bien dans la ligne de ceux qui sont dans le déshonneur et qui auront la guerre quand même, pour reprendre les propos de Churchill stigmatisant la lâcheté de l’Angleterre et de la France en 1938 (Accords de Munich)...

Sans aucun doute possible, nous viendrons à bout de la menace. Et contre l’atmosphère nauséabonde qui nous affecte, je reprends le fil d’un Noël se perdant dans la nuit des temps, tel qu’il m’a été transmis par les aïeux et dans ce que l’ignorance veut bien me laisser saisir... l’essentiel étant de résister !

photos autorisées wikipedia

dimanche 6 décembre 2015

Yves, pêcheur du Golfe XIV « C’EST LE MEXIQUE ! » / Fleury d'Aude en Languedoc

Avec une pensée particulière pour mon ami Philippe qui se damnerait pour des coquillages ou autres fruits de mer !

Yves, le pêcheur, raconte :
« Une année, avec Tiaido, le fils, on avait trouvé un banc de sable appelé « Le Mexique », entre la Yole et le casino de Valras. Jusque là, les tenilles, on en faisait 7-8 kilos à peu près en 3-4 heures... Et là qu’on y était avec le barcot (la barque), à chercher un banc de sable, on se retrouve à une maille, environ une centaine de mètres de la côte. Et sitôt sauté à l’eau, on aurait dit qu’on était sur une route tant on avait des cailloux sous le pied. On a fait 25 kilos chacun en une heure et demi, guère plus. 

                                                  Tenilles avant cuisson (tellines en français)

L’embêtant, c’est qu’à la rame, depuis Les Cabanes, c’était long et fatigant, surtout que la tenille baraille (1) avec le nord et le courant de « grebi » (vers le sud, en gros, par rapport à la côte). Alors on laissait le vélo de l’autre côté de l’Aude, oh, un vélo sans frein sans rien, seulement de quoi nous transporter, le tenillier sur le dos. Pour aller au banc, raï, mais pour revenir, avec l’engin et 25 kilos de tenilles ! Moi j’y arrivais mais le collègue, il avait du mal ! Je suis allé le chercher ! Une fois ça va, sinon c’est un coup pour y rester tous les deux. On aurait pu trouver une combine, avec une corde mais attends, on était jeunes ! 

Alors autant y aller seul... Qu’est-ce que tu veux, la vie était pas facile ; il était pas fait pour, ça l’a pas empêché de réussir dans le commerce de gros, à Sète ou à Frontignan... T’en faguès pas (te fais pas de souci), il s’en est mieux tiré que moi, il est pas à plaindre...
J’ai dû y aller un mois en tout, sinon un peu plus, et puis, les courants peut- être : le gisement a disparu... Fini le Mexique ! »

(1) barailler = vadrouiller en parlant des escargots ou des tenilles 

                                                                         En persillade

photo 2 Commons wikimedia.

dimanche 22 novembre 2015

LES PLUS BÊTES NE SONT PAS CEUX QU’ON CROIT ! / Mayotte, France en Danger.

 « Nos amis les bêtes ! » : ne leur dites surtout pas, cela les ferait ricaner car les plus bêtes sont ceux qui se laissent engluer dans leurs propos mielleux. Politiques ou administratifs (les tenants du pouvoir, comme cul et chemise), ils sont experts, en effet, pour manier la xylolalie dite encore xyloglossie. L’art de la langue de bois, compétence de base de bien des incapables, consiste donc à parler beaucoup pour ne rien dire, à ne pas répondre aux questions dérangeantes tout en endormant béatement l’administré de base. Pis, il permet à ces gens-là de tromper, de mentir sans le moindre pic de vergogne ! Pour un père qui agirait de même envers son enfant, on dirait « dégueulasse » et pour eux, il faudrait s’abstenir ?

Bien à la hauteur de ce qu’attendent les sinistres crétins de l’Éducation nationale, la vice-recteur continue d’ajouter au "dégueu", avec une finesse qui fit particulièrement défaut à un de ses prédécesseurs, François-Marie Perrin, pour ne pas le nommer, célèbre pour ses considérations sur le vagin des Mahoraises et l’accent local  ! 



Au "dégueu" des écoles aux wc sales ou bouchés (Chiconi, Sada), aux fosses septiques débordantes (Chiconi, M’Gombani), quand les bâtiments ne se retrouvent pas carrément interdits pour dangerosité (Sada1 : voir précédents billets), se superpose le manque d’hygiène pour des enfants obligés de manger dans une cage d’escalier (Chiconi)(1)... 

Triste constat et pour cause ! En vrac et parce que ce cercle vicieux est un vrai maelstrom :
- une réforme des rythmes, pas  "dégueu"  du tout, au contraire, belle, enthousiasmante, si bonne pour les petits en dépit des vilains parents, des écoles à 80 % hors normes  !
- quelques euros pour appâter les élus, manière d’entretenir leur « opportunisme », c’est d’autant plus "dégueu" qu’on ne sait plus trop dans quel puits sans fond ils tombent (les € !), surtout quand le contrat des intermittents de l’extra-scolaire n’est pas renouvelé !
Et par dessus tout ça, Constance Cynique, la vice-rectrice, en remet plusieurs couches ! Si, dans un premier temps, elle déplore, la rengaine habituelle se fait vite entendre : « .../... Que les élus (de Chiconi) prennent contact pour les aider à planifier l’organisation de leur personnel pour s’assurer du bon fonctionnement des écoles...»... On croirait entendre une xylocope (2) sauf que les dits élus, affranchis depuis longtemps, ça les fait bien rigoler !
Encore sollicitée par la journaliste, la supplétive des sinistres crétins (enfin, elle en est aussi), d’abord condescendante, fait feu de tout bois à propos de Sada : «... Je comprends les parents qui ne veulent pas de ces rotations contre lesquelles nous luttons (tu parles ! NDLR). La commune de Sada a une bibliothèque, des terrains, des lieux d’accueil. La circonscription pourrait tout à fait organiser des choses et il y a des projets qui sont mis en place dans les écoles. Moi je suis persuadée qu’avec un travail que l’IEN a essayé de conduire, on arriverait à trouver des solutions avec des enfants qui auraient école et qui continueraient à apprendre sur une échéance courte puisqu’il me semble que la maire de Sada s’est engagée à faire en sorte que les travaux soient faits le plus rapidement possible...» 
C’est dit, à force, à la fin de la logorrhée, sinon, à l’entendre, c’est le rêve ! Salement "dégueu" de parler ainsi... Le déni complet de la situation ! A vomir ! Il y a des jours où on se satisferait de la mention « la vice-rectrice n’a pas souhaité répondre » ! 
«Une jolie fleur dans une peau de vache, une jolie vache déguisée en fleur...»... "puis qui vous mène avec des mots menteurs"... mais ça ce n'est pas Brassens qui l'a chanté ! 

(ne manquez pas le prochain épisode, avec le préfet !)

mercredi 18 novembre 2015

Sinistres crétins de l'Education Nationale dévoyée ! / France en Danger

#‎Mayotte‬ ‪#‎école‬ Parents d'élèves bloquent la mairie, d'autres l'école "à flux tendus" pourtant déserte; Pas grave dirait Robine (ministère)
" Florence ROBINE, Directrice Générale de l’Enseignement Scolaire (DEGESCO) donne le ton de ce que peut être ce manque de respect, chez certaines et certains, tout au sommet de l’institution scolaire. La vidéo de la cession du 30 septembre 2015, filmée à Caen est à ce sujet édifiante : https://www.youtube.com/watch?v=jr3mLbRHQ0o.
Alain MORVAN, ancien Recteur d’académie, ne mâche pas ses mots – et il aurait tort de le faire !
« J’ai rarement entendu un dignitaire de l’Éducation nationale
parler du corps enseignant avec si peu de considération.../...
Des élèves avec si peu de discernement.../...De l’institution scolaire elle-même avec un tel orgueil de propriétaire.../... De tout et de rien avec aussi peu de recul, d’humanité, d’humilité, de capacité à douter.../... Non, Mme Robine ne doute de rien.
En imposant le retrait de son affligeante réforme,
apprenons-lui les vertus de l’esprit critique. »
Note : crétine très représentative de la "Haute" qui nous dirige, Florence Robine ne s'est pourtant pas mis autant en évidence lors de sa venue, dernièrement à Mayotte
Un vrai cours magistral à l'ancienne comme plus…
youtube.com

mardi 17 novembre 2015

ÉCHOS CÔTIERS / Mayotte





#‎Mayotte‬ ‪#‎EN‬ Sommés de subir la rotation (classe l'après-midi) les parents de Sada2 n'envoient pas les enfants : 2ème jour de grève ce mardi

#Mayotte ‪#‎impôts‬ La maire de Sada a porté plainte pour "abus de pouvoir" contre la préfecture qui a surévalué l'assiette des impôts !

#Mayotte Intégrisme ? salafisme ? Après la verte de Mtsangamouji en mars, la 6ème mosquée de Dzoumogné a été détruite par les habitants...

#Mayotte intégrisme ? salafisme ? Femme voilée blâmée sur la barge. Des gens s'en mêlent : entre la charia et la république faut choisir !

jeudi 12 novembre 2015

MAYOTTE Touits touits récents

#‎Mayotte‬ Candeur de Pau-Langevin :" Mais Mayotte n'est là que depuis le XIXème !" Moralité, normal que le petit dernier DOM n'ait rien !

#Mayotte Alibi de la ministre "la construction des écoles ne peut suivre la hausse des effectifs" Mais rien sur l'afflux dû aux clandestins!

#Mayotte Pau-Langevin "les transferts de l’État pr l'île st les + forts" Chante ministre, nov 2014 c'était 0,2 % pour 0.33 % de la populatN!

#Mayotte Blocages, grève générale Hier la ministre envolée sans tambour, fâchée, vexée... ça s'est même mal passé avec les journalistes.

#Mayotte barrages, opérations escargot, hélicos de CRS ! Qu'est-ce que tu es venue foutre George Pau-Langevin ? Mentir ? Encore promettre ?

 #‎Mayotte‬ Mot sinistre de la ministre "Ns avons déjà fait beaucoup !" Sauf que ce n'est jamais trop pour le peuple qui vous paye trop, lui !

#‎Mayotte‬ Circonstances atténuantes pour la ministre "Nous savons que ce qui se fait n’est pas suffisant..."
#Mayotte Circonstances aggravantes quant à la tergiversation de l’État qui envoie des missions alors qu'il sait déjà et depuis longtemps !

COTE OUEST ! DU RIFIFI A MANGAJOU ! / Mayotte en danger


Si les gendarmes ont ouvert le barrage de l'école maternelle de Mangajou, celui du village a aussitôt été dressé par les habitants.
La maire, médiatrice (petit soldat plutôt) des autorités n'est arrivée qu'à 9 heures.
Fermes, les irréductibles de la baie ont seulement chargé la messagère de convaincre en haut lieu qu'il n'est pas question d'envoyer les enfants l'après-midi et que cette exigence n'est pas négociable !
Que Constance Cynique, "M" le maudit et leur clique servile, zélés promoteurs de réformes d'autant plus lamentables que le territoire est sinistré, se le tiennent pour dit !
Quant à la solidarité, une banderole explique qu'elle n'est possible qu'avec un invité respectueux des locaux et du travail de son hôte (vols, locaux négligés).
Les jeunes du village en ont profité pour exiger de retrouver leur parc fermé par des tôles. A ceux qui trouvaient qu'ils étaient hors sujet, ils ont répondu qu'il était intelligent et positif, au contraire, de profiter d'un blocage pour faire passer un lot de revendications !

PS : ce 9 novembre est aussi un jour de grève générale à Mayotte !
Photos : merci DUNGULULU !

mercredi 11 novembre 2015

LES CARNETS DE GUERRE DE LOUIS BARTHAS, TONNELIER, 1914-1918 / L'Aude c'est la France aussi macarel !


En ce jour de commémoration, les moins oublieux peuvent se permettre de rappeler combien le passé conditionne le futur. La guerre de 14-18 qui vit l’Europe se tirer une balle dans le pied sans raison tangible, insiste sur la lutte entre le mal et le bien (Marcel Papillon, simple soldat “Ce n’est pas une guerre qui se passe actuellement, c’est une extermination d’hommes.” / janvier 1915.

De nombreux écrivains, des historiens tiennent depuis toujours à témoigner : Barbusse, Dorgelès, Genevoix, Remarque, Giono, Duhamel... Pardon pour tous ceux que j’oublie mais la liste serait longue et il faudrait ajouter des BD, des tableaux, des dessins (de Dantoine notamment), et une filmographie des plus étoffées.
Serait-ce subjectif, à propos de l’oppression traumatique incompréhensible infligée aux pauvres bougres réduits en chair à canon par une classe dirigeante, si ”Les sentiers de la gloire” (avec K. Douglas) durent attendre 18 ans avant de passer en France, si “ Un long dimanche de fiançailles” reprend ce que le nationalisme a d’ambigü et le militarisme de funeste, c’est à “Joyeux Noël” que je pense.
Louis Barthas, tonnelier de Peyriac-Minervois, en est arrivé, en effet, armé d’un “simple" certificat d’études primaires, (à faire honte à la Valaud-Belkacem des réformes lamentables, soit dit en passant), à transcrire son dégoût de la guerre sur des cahiers d’écolier. Et ce n’est qu’en 1978 que ces cahiers sortirent du grenier grâce à Rémy Cazals, professeur, et à l’éditeur Maspéro qui n”hésita pas à sortir un pavé apparemment invendable de plus de 500 pages ! 


Extraits du site http://www.collectif-smolny.org/article.php3?id_article=674  

“ Une nuit cependant qu’il pleuvait à torrents l’eau envahit l’abri et descendit en cascade les marches des deux escaliers. Il fallut que sous l’averse quelques hommes se dévouassent pour aller établir un barrage que l’eau creva à trois ou quatre reprises et le restant de la nuit se passa à lutter contre l’inondation.
Le lendemain 10 décembre en maints endroits de la première ligne les soldats durent sortir des tranchées pour ne pas s’y noyer ; les Allemands furent contraints d’en faire de même et l’on eut alors ce singulier spectacle : deux armées ennemies face à face sans se tirer un coup de fusil.
La même communauté de souffrances rapproche les coeurs, fait fondre les haines, naître la sympathie entre gens indifférents et même adversaires. Ceux qui nient cela n’entendent rien à la psychologie humaine.
Français et Allemands se regardèrent, virent qu’ils étaient des hommes tous pareils. Ils se sourirent, des propos s’échangèrent. des mains se tendirent et s’étreignirent, on se partagea le tabac, un quart de jus ou de pinard.
Ah ! si l’on avait parlé la même langue
Un jour un grand diable d’Allemand monta sur un monticule et fit un discours dont les Allemands seuls saisirent les paroles mais dont tout le monde comprit le sens, car il brisa sur un tronc d’arbre son fusil en deux tronçons dans un geste de colère. Des applaudissements éclatèrent de part et d’autre et L’Internationale retentit.
Ah ! que n’étiez-vous là, rois déments, généraux sanguinaires, ministres jusqu’au-boutistes, journalistes hurleurs de mort, patriotards de l’arrière, pour contempler ce sublime spectacle !
Mais il ne suffisait pas que les soldats refusassent de se battre, il fallait qu’ils se retournent vers les monstres qui les poussaient les uns contre les autres et les abattre comme des bêtes fauves. Pour ne pas l’avoir fait, combien de temps la tuerie allait-elle durer encore ?
Cependant nos grands chefs étaient en fureur. Qu’allait-il arriver grands Dieux si les soldats refusaient de s’entretuer ? Est-ce que la guerre allait donc si tôt finir ? Et nos artilleurs reçurent l’ordre de tirer sur tous les rassemblements qui leur seraient signalés et de faucher indifféremment Allemands et Français comme aux cirques antiques on abattait les bêtes féroces assez intelligentes pour refuser de s’égorger et se dévorer entre elles.
De plus, dès qu’on put établir tant bien que mal la tranchée de première ligne on interdit sous peine d’exécution immédiate de quitter la tranchée et on ordonna de cesser toute familiarité avec les Allemands.
C’était fini, il aurait fallu un second déluge universel pour arrêter la guerre, apaiser la rage et la folie sanguinaire des gouvernants.
Qui sait ! peut-être un jour sur ce coin de l’Artois on élèvera un monument pour commémorer cet élan de fraternité entre des hommes qui avaient l’horreur de la guerre et qu’on obligeait à s’entretuer malgré leur volonté.
Cependant, en dépit d’ordres féroces, on continua surtout aux petits-postes à familiariser entre Français et Allemands ; à la 24, compagnie le soldat Gontran, de Caunes-Mnervois, rendait même visite à la tranchée boche.
Il avait fait la connaissance du capitaine allemand, bon père de famille qui lui demandait des nouvelles des siens et lui donnait toujours quelques cigarettes.
Quand Gontran prolongeait trop sa visite le capitaine le poussait hors de la tranchée en lui disant : « Allons, va-t’en maintenant ! »
Malheureusement pour Gontran, un jour qu’il revenait de la tranchée allemande il fut aperçu par un officier de sa compagnie et quel officier ! le lieutenant Grubois, « Gueule de Bois », qui lui dit : « Je vous y prends, vous serez fusillé demain. Qu’on arrête cet homme. »
Personne ne bougea, les hommes regardaient stupides cette scène. Gontran affolé par cette menace de l’officier escalada le talus de la tranchée en lui criant : « Béni mé querré » [1], et en quelques enjambées il fut à la tranchée ennemie d’où il ne revint plus.
Le soir même un conseil de guerre composé des officiers supérieurs du régiment et présidé par le colonel se réunit à l’abri de notre commandant.
En cinq sec le soldat Gontran fut condamné par contumace à la peine de mort. [...] (pages 215-217)



Deuxième extrait :
Cette haine je chercherai à l’inculquer à mes enfants, à mes amis, à mes proches. Je leur dirai que la Patrie, la Gloire, l’honneur militaire, les lauriers ne sont que de vains mots destinés à masquer ce que la guerre a d’effroyablement horrible, laid et cruel.
Pour maintenir le moral au cours de cette guerre, pour la justifier, on a menti cyniquement en disant qu’on luttait uniquement pour le triomphe du Droit et de la Justice, qu’on n’était guidés par aucune ambition, aucune convoitise coloniale ou intérêts financiers et commerciaux.
On a menti en nous disant qu’il fallait aller jusqu’au bout pour que ce soit la dernière des guerres. On a menti en disant que nous, les poilus, nous voulions la continuation de la guerre pour venger les morts, pour que nos sacrifices ne soient pas inutiles.
On a menti ... mais je renonce à écrire tous les mensonges sortis de la bouche ou sous la plume de nos gouvernants ou journalistes.
La victoire a fait tout oublier, tout absoudre ; il la fallait coûte que coûte à nos maîtres pour les sauver, et pour l’avoir ils auraient sacrifié toute la race, comme disait le général de Castelnau.
Et dans les villages on parle déjà d’élever des monuments de gloire, d’apothéose aux victimes de la grande tuerie, à ceux, disent les patriotards, qui « ont fait volontairement le sacrifice de leur vie », comme si les malheureux avaient pu choisir, faire différemment.
Je ne donnerai mon obole que si ces monuments symbolisaient une véhémente protestation contre la guerre, l’esprit de la guerre et non pour exalter, glorifier une telle mort afin d’inciter les générations futures à suivre l’exemple de ces martyrs malgré eux.
Ah ! si les morts de cette guerre pouvaient sortir de leur tombe, comme ils briseraient ces monuments d’hypocrite pitié, car ceux qui les y élèvent les ont sacrifiés sans pitié. Car qui a osé crier : « Assez de sang versé ! assez de morts ! assez de souffrances ! » ?
Qui a osé refuser son or, son argent, ses papiers, publiquement, aux emprunts de guerre, pour faire durer la guerre ?
Revenu au sein de ma famille après des années de cauchemar, je goûte la joie de vivre, de revivre plutôt. J’éprouve un bonheur attendri à des choses auxquelles, avant, je ne faisais nul cas : m’asseoir à mon foyer, à ma table, coucher dans mon lit, chassant le sommeil pour entendre le vent heurter les volets, lutter avec les grands platanes voisins, entendre la pluie frapper inoffensive aux carreaux, contempler une nuit étoilée, sereine, silencieuse ou, par une nuit sans lune, sombre, évoquer les nuits pareilles passées là﷓haut ...
Souvent je pense à mes très nombreux camarades tombés à mes côtés. J’ai entendu leurs imprécations contre la guerre et ses auteurs, la révolte de tout leur être contre leur funeste sort, contre leur assassinat. Et moi, survivant, je crois être inspiré par leur volonté en luttant sans trêve ni merci jusqu’à mon dernier souffle pour l’idée de paix et de fraternité humaine. » (pages 551-552, qui terminent le livre)

Source : Barthas Louis et CAZALS Rémy, Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918, La Découverte 2003 ; ce livre a connu quatre rééditions depuis 1978 : 1992, 1998, 2007.

Note : Note : Après enquête, le lieutenant Grubois trop zélé fut puni des arrêts pour avoir effrayé le coupable et être cause de sa désertion ; on faillit traduire en conseil de guerre le caporal Escande de Citou et les soldats de son escouade pour ne pas avoir tiré sur leur camarade déserteur.






Dessins DANTOINE / La Guerre / La mémoire de 14-18 en Languedoc n° 11/ fédération Audoise des Oeuvres Laïques CARCASSONNE.





dimanche 8 novembre 2015

COTE OUEST ! DU RIFIFI A SADA ! Mayotte, France en Danger

Retour sur les twits à propos de l’école sinistrée, de celles qui ne vont pas tarder à l'être et des bombes retardées qui finissent par péter !

    Quelques éclaircissements suite à la piteuse réunion du vendredi 6 novembre à la mairie de Sada ! Un spectacle navrant a malheureusement conforté le caporalisme des autorités ainsi que la méthode hypocrite consistant à donner un tour républicain et démocratique à une assignation exécutoire initiale d’autant moins recevable que les responsables en imputent les conséquences à moins coupables qu’eux. La mise en scène ne tendait qu’à  faire dire au citoyen malmené l’acceptation de son plein gré de la pilule administrée de force, à savoir un planning de rotations pour plus d’équité entre les gosses interdits d’école (Sada1) et les privilégiés de la maternelle de Mangajou et des hauteurs de Bandrani (Sada2 et Sada4) !
    “Avaler la pilule", l’expression maintes fois répétée par les parents d’élèves correspond bien à la perception toujours plus claire que nous avons de la démocratie, de la “res publica”, la chose publique hélas confisquée par l’appareil (1) !



    En effet, l‘appareil, le système, puisque, désormais, ces synonymes dégradants qualifient ce que nos dirigeants ont réussi à faire de l’État, est représenté, en la circonstance par madame la maire. L’élue de base, petit soldat de première ligne, chargé d’attaquer pour contrer la contestation pourtant plus que fondée des parents d’élèves. Il faut dire que la politique nationale (sûrement trop nationale...) de l’Éducation suscite tant de suspicion et de méfiance (la faute à ces réformes ineptes qui se succèdent) que plus personne n’attend du constructif de leur part. Aussi, ses représentants font-ils bien de rester en réserve pour éviter un rejet de principe aussi catégorique qu’immédiat. (Ils ont dû mettre cette stratégie au point cinq minutes avant l’ouverture des débats). Et puis, soyons sûrs que ces supérieurs sont habiles, ensuite, pour faire fructifier à leur profit la vaillance du petit soldat... Laissons là ces considérations qui anticipent le 11 novembre à venir parce que c’est vraiment une drôle de guerre !
  
D’un côté la maire et l’État, qui ont si bien laissé pourrir la situation depuis des lustres, imposent encore des contraintes pour sauvegarder le peu qui reste et garder la face surtout ! Tout le monde est remonté contre eux sauf que, parce que les complications l’emportent sur les améliorations (c’est presque indécent de le dire ainsi), Pierre n’acceptant pas qu’on le déshabille, serait-ce pour Paul, compagnon de misère, le front unique de ceux qui paient et trinquent en retour s’est rompu. La cohésion, l’entente ne prévalent qu’avec l’abondance sinon la "désolidarisation" puis la discorde sont les corollaires des temps difficiles... imputables à qui de droit, la crise touchant toujours les mêmes !
    Pis, les épreuves qui auraient dû lier un front uni, confirment, au contraire un délitement du lien social (la prévalence du bonheur individuel sur celui du groupe sans doute) et de vieilles rancœurs se réveillent pour l’occasion. Après la guerre des mosquées entre Nyambo Titi et Nyambo Bole (le petit et le grand quartier), après la lutte larvée entre PS et UMP (ils nous gavent et nous “PSUMPent" ceux-là à toujours rouler pour leurs intérêts !) qui se dédouble avec le rejet de Mangajou, celle des écoles va-t-elle rallumer les rivalités ?
    Déjà que les interdits d’école en veulent à l’association familiale qui a mis son grain de sel pour une fermeture immédiate ! Toujours dans ce chapitre “ordre, beauté, luxe, calme et volupté” (parenthèse destinée aux lycéens), entre les citoyens de deuxième zone de la ville historique et ceux moins considérés encore de Mangajou, les vengeances vont-elles se rallumer et jusqu’à quel point ? La cohabitation est difficile : les invités voleraient des affaires, laisseraient les locaux sales, n'éteindraient pas la lumière... Il arrive qu’un pneu soit crevé et même qu’un véhicule soit carrément saccagé, bisbilles ne datant pas d'aujourd'hui...  
    Ajoutant à la confusion, madame la maire, au nom des pompiers pyromanes, demande à plusieurs reprises l’indulgence, agite le drapeau blanc du “il faut se parler”, prend sur elle pour la fermeture sans qu’on ne sache trop si la protection des enfants passe avant l’engagement de sa responsabilité...  Et puis la hiérarchie lui avait confié le bâton du “nous avons les moyens de...” et pour asseoir son pouvoir elle a même affirmé maladroitement que les écoles étaient d’abord à la mairie !
  
Ah ! ils avaient bonne mine, les représentants de la légalité vertueuse, dans leur culot pour pousser des représentants pour les prunes (2) et trop portés au compromis, à dire qu’ils acceptaient de s’autoflageller ! 
     Parents, acceptez-donc sans rechigner votre rôle de victime expiatoire pour les 80 % d’écoles hors normes ! Actez que l’État a failli à sa mission en ne contrôlant pas l’usage de l’argent public ! Intégrez que l’utilisation douteuse des fonds relève d’une norme incontournable ! Avalez que le SMIAM (3) ait complètement laissé tomber Sada ! Gobez sans vous étouffer que tout soit resté en plan depuis 2011, date de l’interdiction de l’école pourtant en fonction jusqu’en juillet 2015 ! Soyez bons princes car, en regard du million et demi nécessaire à la remise en état des locaux existants, l’État a mis deux mois pour une avance royale de 221 000 € ! Ne soyez pas pingres au point de rejeter une si généreuse réforme des rythmes pour laquelle on vous appâte avec quelque menue monnaie (zut, je me répète...) qui verra, aux dires du député Mabawa, vos enfants manger sans problème, par terre, sous le préau (alors que la cantine ruinée, offerte par Chirac et que personne, l'IDEN en premier, qui pourtant travaille à côté, ne veut voir persiste à asséner qu'on ne met pas la charrue devant le zébu) ! Ah ! mais c’est qu’il est présent, le gradé inspecteur représentant le vice-rectorat qui était là pour fourguer le lot péri et extrascolaire ! Écoutez-le donc se gargariser avec les mots “équité”, “démocratie” ! Écoutez-le donc endormir son monde en évoquant “des gros chantiers à Mayotte”, “des sommes assez importantes”, alors que le citoyen mahorais touche un tiers de moins que le métropolitain ! Et l’IDEN de secteur (celui qui ne voit pas la ruine sous sa fenêtre), déguisé en drapeau à damier des 24 heures du Mans, si fier d’avoir sous le coude le papier magique pourtant à la portée du premier couillon venu... Un monsieur qui depuis la rentrée, fin août, n’a pas encore commencé à répondre aux parents de Sada1 qui ont sollicité une possible rotation ! Les chiffres, les statistiques à faire remonter pour escamoter l’état des lieux et conforter les primes de la nomenklatura du vice-rectorat, prévalaient sans doute ! Si Mayotte se souvient du recteur de l’utérus des Mahoraises et de l’accent local, elle n’oubliera pas de sitôt la Constance Cynique actuelle et “M” le maudit de la réforme des rythmes et du mépris généralisé ! 
    Dommage qu’en face de tant d’hypocrisie, d’indignité, de déshonneur, nous n’ayons eu en réponse, nous les parents, à l'instar de ces locaux qui ont fait leur chemin mais qui sont plus enclins à pavaner leur réussite qu’à défendre les leurs (pour ne pas dire qu'ils les trahissent), que repli sur soi et lâcheté.



Relevons néanmoins quelques détails moins négatifs :
* les parents d’en-bas obligés de payer 50 €/mois par enfant pour les transports... une priorité, non, Madame la maire, alors qu’on entend parler d’une nouvelle mairie ?!?! Usoni Aibu (expression du déshonneur) !
* la permission donnée à un non-invité qui a dit des choses sensées, mettant le doigt aussi sur la surpopulation scolaire autorisée par des signatures mahoraises (pour “légitimer” l’installation de clandestins ?)
  
Sinon, triste spectacle que cette réunion avec Anchia Bamana (maire à qui nous avons oublié de dire que le nettoyage laissait à désirer, dans les locaux partagés... ), complice de cette mascarade, faisant cause commune avec une “haute” administration autiste, en rien accablée par les déficiences de l’État.
    A l’heure du bilan, les “nantis” de Mangajou et Bandrani ne conviennent pas qu’une solidarité déjà contraignante doive en arriver à la pratique des rotations. Pitoyable, cette pantomime de démocratie républicaine !
Donnez du bâton, les décideurs de Mayotte et aussi de la France en faillite ! Et si on peut encore espérer que cela change, la “rue” si méprisée des gouvernants en a plus la capacité qu’une institution consanguine et à bout de souffle, n'ayant plus aucun crédit : ZEMA YA PUNDRA MASUZI ! (Rends leur service : comme l’âne, ils te pèteront dessus !). 

(1) Ce fut flagrant concernant le référendum volé sur l’Europe (54,68 % de “NON”), refusé à la grande porte mais passé par la fenêtre, et cela l’est devenu sur la finalité complètement détournée du vote destiné avant tout à ce que le système ne bloque pas... une seule voix pouvant en théorie donner au plus mauvais des représentants l’irresponsabilité de mener un peuple. Et je ne parle pas du mépris total des républicains de la part du syndic de notre copropriété sur la France : le vote blanc n’est plus compté avec les nuls ! HONTE A VOUS ! Le bilan déplorable est que seule l’ABSTENTION est aujourd’hui apte à porter une voix contestataire... et c’est dur à dire à partir du moment où je comprends la  tromperie dans laquelle j’ai trempé pour avoir répété, des années durant,à des milliers d’élèves, que voter était un devoir et un honneur !
(2) les parents d’élèves sont au mieux consultés quand ils ne sont pas mis devant le fait accompli et souvent, au prétexte qu’on ne peut mettre tous les Français d’accord, on tranche au détriment de tous mais en faveur des technocrates des cabinets, ces sinistres crétins dogmatiques complètement coupés de la réalité et trop bien obéis par des sous-fifres serviles. Ne revenons pas sur ces réformes des rythmes ou la suppression du latin et du grec au profit d’un fourre-tout et surtout du vent, serait-il interdisciplinaire !
(3) SMIAM organisme décentralisé chargé de construire les écoles, en voie de dissolution depuis deux ou trois ans pour trop d’avis défavorables de la part de la commission de sécurité. Personne ne veut trop regarder pour savoir comment l’argent a été utilisé (dans SMIAM, il y a MIAM et peut-être miam-miam...). En cas de dissolution, un pouf de 7 millions d’euros devrait être garanti par les mairies... d’où la colère de Sada, par la voix de sa première magistrate, forcée de payer, elle aussi, bien que n’ayant en rien (?) profité de cette manne...

samedi 7 novembre 2015

TOUITS, TOUITS, TOUITS DU JOUR (léo) ! / Mayotte, France en Danger !


Suite à la piteuse réunion d'hier à la mairie !


#‎Mayotte‬ L’État coupable de jeter l'argent des impôts n'a pas contrôlé le budget alloué aux constructions scolaires !


#Mayotte Les sinistres crétins du vice-rectorat imposent pourtant leurs réformes jacobines lamentables (cantine HS) !



#Mayotte Sada La mairie + supplétive de l’État et de sa nomenklatura qu'avocate des parents est aussi coupable d'association de malfaisants !

#Mayotte 1 école interdite (sinistrée déjà en 2011) ! 1 qui va l’être ! 1 maternelle risquant l’inondation ! Note ruineuse de l'immigration !

#Mayotte Traître, l’exécutif soi-disant démocratique (dictature molle ?) surtout semeur de zizanie, enjoint les parents d’assumer le fiasco!

#Mayotte Les crises exacerbant les tensions, les chefs d’accusation légitimes se cumulent contre la hiérarchie censément garante de l’État !

#Mayotte L’impéritie coupable de l’État mine la cohésion sociale a minima, incite aux égoïsmes, détruit le pays ! Abuseurs du peuple OUSTE !

vendredi 6 novembre 2015

ON F’RAY MIEUX DE DEMANDER A MICHEL ! / France en danger.

« Vous qui, comme moi, êtes Américains, ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. Vous qui, comme moi, êtes citoyens du monde, ne vous demandez pas ce que les États-Unis peuvent faire pour le monde, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour le monde (1) ».



 Facile à dire, répondit Marwane (2) quand tu es milliardaire, et que tu viens d’être élu, à quarante-trois ans, président des États-Unis d’Amérique ! Mais lorsque, dans ton pays, tu ne peux ni travailler, ni te soigner, ni te loger, ni t’instruire, ni voter librement, ni exprimer ton opinion, ni même circuler dans les rues à ta guise, que vaut l’adage de John F. Kennedy ? Pas grand-chose !"
Faute de savoir ce qu’aurait dit Onfray (3) dans notre contexte plus favorable, pardonnez mon grain de sel sans prétention aucune : nous sommes entre nous sur Agoravox, non ? Alors, JFK s’est-il hasardé à demander à son propre père, pro-nazi notoire, mouillé avec la mafia, pour faciliter justement l’élection de son fils, comment il se situait par rapport à la belle formule du discours d’investiture ? Toujours en pensant à JFK mais aussi à Clinton et à nos chers monarques républicains, nous n’aborderons pas la question sous l’aspect du sacrifice de la vie privée obligatoirement consenti pour ceux qui accèdent à un destin national. Que fait-on pour le pays lorsque le sang chaud des ébats personnels est inversement proportionnel au sang-froid des débats publics ? 

Bref, c’est parce que les hommes, les anonymes, rêvent d’un monde idéal qu’ils se laissent facilement embarquer par les exhortations éthérées de semblables qui leur semblent supérieurs. Tous les candidats au vertige présidentiel l’intègrent à divers degrés dans la stratégie de campagne... Le “mon ennemi, c’est la finance”, en plus terre-à-terre, s’inscrit aussi dans ces procédures politiques destinées à exalter collectivement. Et même les plus lucides s’y laissent prendre !
Le problème avec ces sermons foncièrement hypocrites, originaux, seulement, pour la mise en forme de principes convenus, est que les dirigeants qui les tiennent, poussés, encouragés par une cour prétendument républicaine de conseillers, de hauts-fonctionnaires, tous serviles car encourant la disgrâce, font tout pour que le peuple les confonde avec le pays. C’est parce qu’ils sont le pays qu’il peuvent enquiquiner ceux qui ont le malheur de contester leur personne en criant par exemple “Hollande, démission !”. C’est parce qu’ils étaient le pays qu’ils fustigeaient jadis « Avec ce que la France a fait pour toi ! »... Jadis parce que, aujourd’hui, le web et ses faisceaux multiples d’informations dévoile les dessous peu glorieux et pas honorables du tout d’une réalité politique assimilable à de la prédation. Aussi, maintenant que, sur la défensive, ils n’osent plus que riposter « On ne peut pas dire qu’on n’a rien fait ! », ne les lâchons plus jusqu’à ce que les moins coupables parmi eux laissent échapper qu’on n’en fait jamais assez pour ses concitoyens parce que le pays c’est NOUS et non l’hologramme manipulé par les gouvernants ! N’abondons surtout pas dans leur réalisme, ce serait accepter qu’il faut malheureusement prendre en compte les lobbies, les mafias, les manipulations inavouables et autres sales besognes.
Agir pour le pays, c’est le curer d’une gangrène dont les politiques, pour le moins, s’accommodent trop naturellement. Et ne rétorquez pas qu’il faut être naïf pour se bercer de la sorte : la nature de l’homme étant ce qu’elle est, ce n’est pas exiger l’idéal, c’est seulement tendre vers, quitte à exiger une démocratie vraie, serait-elle le pire des régimes à l’exception de tous ceux qui l’ont précédé.

Accessoirement, puisque l’essentiel est que nous nous en portions mieux, revenons sur la brillance éteinte des propos de Kennedy... Nous qui sommes Français, ne nous demandons plus s’il faut changer les organes et les pièces. Nous qui sommes citoyens du monde, plutôt que d’être à sa traîne, ne nous demandons plus si la promotion d’une démocratie retrouvée en vaut la peine. Peu importent les classements Pisa ou AA+, nos antécédents font que le ferment n’est pas mort. C’est sûrement pour cette raison que nous avons à subir la perfidie de ceux qui feignent de moquer une “Grandeur" si décatie et anachronique que ce serait folie que de la revendiquer (souvenez-vous de ce mickey de Donald Rumsfeld raillant la “vieille Europe” !). Ces envieux veulent seulement cacher combien ils profitent d’un système que l’esprit français justement reste toujours capable de contester. Et si ces perfides craignent trop pour leurs rentes de situation, nombreux sont les peuples qui espèrent une voix de la France enfin audible, accessoirement, rappelons-le.



(1) J.F.KENNEDY / discours d’investiture / 20 janvier 1961.
(2) Marwane Ben Ahmed / Jeune Afrique / 5 sept 2012.
(3) évoquant l’accueil chaleureux du couple Kennedy par “le général" http://blogs.mediapart.fr/blog/monkeyman/191111/un-extrait-dun-entretien-entre-m-sarkozy-et-m-onfray-en-avril-2007-2eme-phttp://blogs.mediapart.fr/blog/monkeyman/191111/un-extrait-dun-entretien-entre-m-sarkozy-et-m-onfray-en-avril-2007-2eme-p
MEDIAPART, attaqué fiscalement pour sa liberté d’expression, par un pouvoir judiciaire aux ordres qui devrait plutôt en user plus souvent contre les fraudeurs et les corrompus bien en cour, eux ! 

images autorisées wikimedia