Follow by Email

samedi 28 juin 2014




"Il y a tout au long du marché de Saint-Pierre, Qui sent bon le matin la mer et le Midi..." Inoubliable Gilbert Bécaud qui me pardonnera ces quelques paroles détournées.





dimanche 22 juin 2014

DOUCE RIVIERE AUX COLERES TERRIBLES, L'AUDE QU'ON DIT BELLE...

Retour sur Achille Mir, le félibre d'Escales.
Toujours dans sa "Cansou de la lauseto", après une réponse à deux amis "qui l’avaient menacé d’une satire s’il ne rimait pas en français", et entre autres un sonnet sur l’hiver « ... Al cagnard lou bièl s’assoulelho... », puis le bouton de rose et la dame-jeanne, suivent les animaux des fables rappelant forcément La Fontaine «... un Cagarau...Amé soun oustal sus l’esquino...» ou « La Tatiragno e la baboto » (1). Après un « Esprit du vin » qui traduit littéralement Baudelaire (2), nous retrouvons notre cher curé conseillé par Batisto, le bedeau « Fasèts baneja Lucifer... E beirets lous cors pus tanats... magnaguets coumo d’agnèls... » (... Faites pointer les cornes de Lucifer pour voir les cœurs les plus endurcis doux comme des agneaux...)





Vers la deux-centième page, presque à la fin, une ode au Païcherou (3) pour louer sans réserve aucune, et c’est moins moderne, l’énergie des hommes à dompter les rivières. Les mots sont durs pour fustiger la "rivière" Aude, belle et pourtant capable, en quelques heures de tout détruire après avoir aidé les meuniers, les drapiers. 

    « Anfin t’aben bridado, Ribièro d’Audo redoutado...
    Moustre afamat.../... Bai, podes escoupi ta fangouso chalibo...   
    ... Sul pauré Paichérou delarguères ta billo,
    I briseres lous rens e delaissères l’Illo
    Per fugi de l’autre coustat... »

    (Nous t’avons enfin bridée, Rivière d’Aude redoutée...
    Monstre affamé... /... Va, tu peux cracher ta salive boueuse...
    ... Sur le pauvre Paichérou déverser ta bile,
    Lui briser les reins et abandonner l’Ille
    Pour t’enfuir de l’autre côté.. »)

    Achille Mir, finalement, se réconcilie avec la « bèlo ribièro » quand il évoque le battoir des lavandières rythmant les chansons, les nageurs qui croisent les pêcheurs, l’eau bienfaitrice pour les maraîchers de l’île :

    «T’aiman quand, dins l’estiu, de troupos de nadaires,
    Se crousan amé lous pescaires...»

    (On t’aime [quatre strophes au moins commencent ainsi], quand dans l’été, des bandes de nageurs,
    Se croisent avec les pêcheurs...)

    ... Au Paychérou, on danse toujours à l’ombre des guinguettes et si, l’été, la joie reste à la baignade, pardonnez-moi d'alourdir d'un bémol l’optimisme de notre auteur audois.
    Les gens se sont toujours gardés de l’eau perfide, des remous qui aspirent, des fosses même qualifiées à tort d’insondables ; une méfiance pour l’eau qui dort qui, si elle a nourri de vieilles superstitions, se fonde, hélas, sur des noyades trop présentes à l’esprit de chacun pour moquer, à la légère, les vouivres, ondines et autres génies des eaux qui attireraient les malheureux dans les profondeurs.
    Le doux Paychérou, c’est aussi l’image floue de Pierre, l’ami de papa, qui écrivait souvent en languedocien (ils disaient "patois", comme Mir d’ailleurs, avant eux, rabaissés au même titre que leur langue régionale). Il signait parfois « Toun amic, Buto-Garo‭ (‬Es yeu,‭ ‬aco‭) ». C”est au Paychérou qu'il s'est noyé, le 22 juin 1941.
   
    « ...J’aimerai toujours le temps des cerises
    Et le souvenir  que je garde au cœur. »


    Pourquoi, Le Temps des Cerises (4), de Jean-Baptiste Clément, mêlant le chagrin d’amour au désespoir politique ? Parce qu’Achille Mir a écrit à l’époque de la Commune et si son opinion personnelle  reste aussi discrète que celle de Pergaud disant « SON dieu » à propos du curé de Melotte, il n’en pense pas moins, toujours dans l’ode au Paichérou :

    « ... O Franço ! lum de las nacius !
    As pagat de miliards e lou trabal s’atudo !... »

    (Ô France, lumière des nations ! tu as payé des milliards et le travail s’éteint !... [les points de suspension sont de l’auteur]).

    Achille Mir ? un auteur régional et modeste mais à connaître et à relire, sans modération !

(1) Un escargot avec sa maison sur l’échine. Rappelons aux ramasseurs du Sud qu’il est interdit de ramasser le petit gris closco mol : sa coquille non bordée indique qu’il n’a pas atteint l’âge adulte (1 an). Quant à l'araignée se moquant de la babote, elle m'apprend que cet être qu'enfant je voyais synonyme de sorcière, n'est que le ver à soie...
(2) Alors que le « portillon d'entrée » au Curé de Cucugnan indique bien Birat, Roumanille et Daudet comme sources.
(3) Viendrait de l’occitan : la « paichèra » serait une retenue pour un usage domestique des riverains. L’Aude, fleuve côtier, est connu pour ses colères aussi soudaines que puissantes. Mir parle d’une crue soudaine un premier août, ce qui semble étonnant, hormis en cas d’orage ou de trombe comme ce fut souvent le cas dans le Sud, notamment à Nîmes. Or, le 1er août 1872, il y a bien eu un phénomène météorologique qui a provoqué une crue exceptionnelle de l’Aude avec des hauteurs de 5.50 mètres d’après Rousseau et 6.50 m d’après Pardé. (http://la.climatologie.free.fr/intemperies/tableau4.htm)
(4) 3,90 € l'autre jour, les bigarreaux, au marché de Saint-Pierre-la-Mer.

NOTE : j’accepte toute correction et remarque sur la traduction proposée.

Photo autorisée Wikipedia / l'Aude à Carcassonne. 

samedi 21 juin 2014

Fleury en Languedoc / GÉNÉROSITÉ BIEN ORDONNÉE...

Si la générosité des contribuables locaux à l'égard des touristes est avérée (rappelons que Fleury est dans le top 5 languedocien des communes qui dépensent le plus en emplois communaux, des communes qui paient le plus d'impôts, des communes qui sont le plus endettées...), la pose de certains panneaux explicatifs donne à méditer sur la prétention de certains à tout savoir. 





 Concernant l’Étang de Pissevaches, on peut lire que le nom viendrait de l'occitan piss vaga et "signifierait l'endroit où les vagues entrent en pointe (piss) sur la plage".
Pourquoi pas, en effet... même si l'acception de "piss" est plus courante dans le "pissadou", "lo pisso-freg" et les pissotières... Mais à employer le conditionnel, le préposé à l'instruction des touristes pourrait tempérer son propos en indiquant que son hypothèse figure parmi d'autres possibilités dont celle des sources (les vaches... le plateau de Millevaches) qui jaillissent lors des aigats, ces pluies torrentielles "comme vache qui pisse" justement, plutôt d'automne s'infiltrant dans le calcaire de la Clape pour alimenter les exsurgences appelées aussi "caudiers"... pour l'idée de chaleur ou celle du chaudron qui n'est pas sans évoquer un bouillonnement éventuel... 



lundi 9 juin 2014

Mayotte en danger / BRONCA GENERALE CONTRE LA REFORME DES RYTHMES

Ce 9 juin 2014, lors d’une réunion organisée par la mairie, une protestation générale est montée en puissance contre la lamentable réforme des rythmes scolaires initiée par un ministre parti se planquer à Bruxelles, passée en force parce que plombée de gredinerie et finalement amendée par son successeur. Encore un peu et le soufflé providentiel qui ambitionnait de lutter à la fois pour l’emploi, contre la délinquance et accessoirement en faveur des élèves (sans jamais parler des méthodes, des programmes et des enseignants !!!) devrait retomber pour retrouver la dimension qu’il n’aurait jamais dû dépasser, à savoir la semaine de 4,5 jours.  


 
      La mairie, apparemment sous pression en amont, a commencé par annoncer une journée type, de 7h 30 à 15h 30 en arguant qu’il serait bien de proposer aux enfants autre chose que la classe. HUIT heures ? HUIT heures... HUIT heures ! Chacun devait compter dans sa tête avant que la réaction ne prenne forme et enfle pour finir en tsunami ! HUIT heures ! Une HORREUR cette réforme qui prétend rendre la journée de classe moins longue et moins fatigante !
Une première intervention a exprimé que Sada n’était pas prête, qu’il ne fallait pas foncer sans réfléchir, sans définir ce que devaient être le repas et le repos des gosses.
Un autre parent a évoqué l’école religieuse ainsi que le cas des parents qui vont travailler en ville, qui partent tôt le matin et qui ne sauraient lâcher leurs gosses plus d’une heure avant que l’école n’ouvre.
L’adjointe à l’éducation a précisé que l’encadrement des enfants lors de la pause relevait des obligations légales.
Un troisième a laissé entendre qu’il ne fallait pas prétendre aider les élèves sans avancer des moyens financiers et humains, qu’un état des lieux préalable s’imposait et qu’il était regrettable que les parents ne puissent pas décider. (LIBERTÉ comme c’est marqué sur notre devise !)
Un quatrième revient sur la sécurité des enfants qui n’est pas assurée avant les heures d’ouverture et qu’il ne faudra pas envoyer les enfants à l’école tant que les solutions ne seront pas trouvées.
La prise de parole suivante en a déduit qu’il ne pouvait y avoir de loi sans les moyens pour l’appliquer.
Un élu, conseiller pédagogique de profession a alors expliqué que tout serait mieux, pour l’enfant avec la semaine de 4,5 jours au lieu de celle de 4 jours mise en place par le gouvernement précédent...
Est-ce l’évocation d’une politique passée pourtant honnêtement rejetée par un élu UMP de Sada qui a été la goutte faisant déborder le vase ? A partir de ce moment là l’argumentation initiale a laissé place à la contestation en règle et point par point de cette réforme incompréhensible dont personne ne veut, encombrée qu'elle est d'extensions aussi malvenues qu’inutiles.

Sans revenir sur les termes de ce chambardement des rythmes et parce que les propos de Benoît Hamon le confirment, l’horaire scolaire dépend d’un pouvoir central qui ne peut (contrairement à ce qui était asséné antérieurement !) obliger les mairies à investir dans le périscolaire. A Sada, donc, la mairie est tenue d’assurer l’encadrement des enfants lors de la pause méridienne de 1h 30 au moins.
Sans qu’il soit question de la carotte allouée par l’État, une dotation en gros de 100 à 140 euros en métropole, (donc qui devrait être bien inférieure à Mayotte (1)), prévue sur deux ans mais prolongée d’un terme supplémentaire pour s’escamoter ensuite en laissant municipalités et contribuables à leurs ressources et impôts locaux, le 1er adjoint a informé que le repas coûterait 50 cts aux familles, que les éventuelles activités périscolaires seraient payantes (2). Il a aussi confirmé qu’il était pour un début de journée à 7 heures et ajouté que le fait que la réforme ne s’applique pas à un établissement sur les quatre de la commune pouvait être interprété comme discriminatoire.

Finalement, au moins les élus seront-ils informés du rejet d’une réforme qui, rapport au climat et aux conditions matérielles, s’imposait d’autant moins ici que Mayotte répondait déjà à l’essentiel (3).
On ne comprend plus, en effet, pourquoi le peuple (le mot a été employé par une maman) doit toujours subir le pouvoir. On ne comprend plus pourquoi l’autoritarisme monolithique serait légitime pour imposer partout la même chose, sans aucune considération pour un environnement différent (climat, développement, langue régionale, particularisme, etc.). On a du mal à accepter des réformes à la hussarde ne servant que des arrière-pensées insincères.
Il ne reste plus qu’à déballonner une Vème République autoritaire dont la trame repose sur des franges d’éminences grises, de hiérarques inamovibles (4) (ceux qui pondent les réformes venues d’en haut), des bataillons de fonctionnaires devant obéissance avant tout, des parlementaires faisant d’abord allégeance aux partis jadis majoritaires (une conception de la FRATERNITÉ ) et tout en haut de la pyramide sur un singleton, monarque légitimé qui décide ad libitum, en tant que dernier exemple, du découpage du pays en nouvelles méga-régions. 



Et comme si la restauration de la démocratie et du bien public le demandaient, le dernier mot de la réunion a été « RÉSISTER ».  

(1)           (1)   comme pour les allocs limitées ici au 3ème enfant et du niveau de ce qu’on reçoit en métropole pour 2 ! ÉGALITÉ qu’il y a marqué sur la devise !
(2)              (2)  dit en aparté qu’il n’y avait pas d’argent... on le savait déjà mais c’est aussi honnête que lucide de sa part.
(3)             (3)   7h-11h ou 12h sur cinq jours / 175 jours de classe donc 1 de moins seulement que ce qui était préconisé par la réforme au début (mais on n’en parle plus... étrange... )
(4)          (4)Du genre Aquilino Morelle, l’énarque-conseiller qui faisait venir (à l’Élysée je crois) un cireur de pompes ne se déplaçant que pour cinq paires à 25 euros l’unité (2 chaussures quand même)... Fera-t-il frotter aussi, un jour, les casseroles qu’il traîne... ?  
            
              Photos autorisées Wikipedia

dimanche 8 juin 2014

Fleury en Languedoc / TU T'EN VAS DÉJÀ ? (retour sur Achille Mir)

"Tu t'en vas déjà ? Reste plutôt, allons voir Achille, que la dernière fois, nous sommes passés en coup de vent !"


 Emportés par les bisbilles liées aux curés de Ginestas, Cucugnan ou Cucuron, Melotte et Sorgeat avec l’illustration de Fernandel en Don Camillo, nous sommes passés un peu vite sur la rencontre avec Achille Mir (1822 - 1901), félibre d’Escales, de Carcassonne et de l’Aude.
    Les circonstances ont réservé un destin particulièrement remarquable à l'enfant audois, né à Escales le 30 novembre 1822 dans une famille de petits propriétaires. Si sa mère ne s’en était mêlée, tout semblait écrit, en effet, pour que, ancré à la terre des aïeux, son horizon se limitât aux abords immédiats du village natal. Sans préjuger, en bien ou en mal, de l’épanouissement personnel dans un cadre familier, reconnaissons aussi, en parlant de sociabilité, que de se risquer à l’extérieur, de se frotter aux autres, n’est pas sans effet.
    Boursier à l’École Normale de Carcassonne, Achille en sort pour enseigner à Aigues-Vives puis Capendu. Remarqué par sa hiérarchie, l’instituteur est vite nommé directeur de l’école annexe où il va mettre au point une méthode d’écriture à la main qui remontera jusqu’au ministère. Après un passage par le petit séminaire (jusqu’à la fin du XIXème siècle, l’Instruction Publique et la religion restent imbriquées), Mir qui écrit des fables en français puis en languedocien, déjà lauréat de prix littéraires divers (à Béziers, à Montpellier), démissionne de l’enseignement pour devenir directeur de la manufacture de la Trivalle (1).
    Conciliant son activité professionnelle et l'écriture, il nous a laissé , Lo lutrin de Ladern « boffonada en tres estapetas » (bouffonnade en trois petites étapes), La Cansou de la Lauseto (avec l’avant-propos de Frédéric Mistral), Lou sermou dal curat de Cucugna (vers 1875). 
    Dans un recueil réédité de ces œuvres (1907/ imprimerie G. Servière & F. Patau à Carcassonne) (disponible sur http://www.occitanica.eu/omeka/items/show/559), et pour revenir au village d’Escales d’où tout est parti, les premiers vers de l’homme d’esprit souvent gai et espiègle qui prétendait « S'ai pas de bi me fau trapisto, sans bi podi pas pus tchiarra » (2).


    « Escalos, moun païs, amé sa bièlho tourre
    Que menaço lou cèl de soun grisastre mourre...
    (Escales, mon pays, avec sa vieille tour
    qui menace le ciel de sa hure grisâtre...)

    ... Escalos, dount la fount as embirouns fa’mbejo :
    L’aigo fumo l’iber e l’estiu sang-glacejo
    Escalos e soun pech ount lou foc de Sant-Jan
    Brando al lèng que diriots la gulo d’un boulcan !
    Escalos, mièch quilhat sus rocs, mièch sèit en plano,
    Floucat d’un castèlas que gat et gous proufano !...»
    (Escales, dont la fontaine fait envie aux voisins :
    L’eau fume l’hiver et glace le sang, l’été
    Escales et son mont où le feu de la saint-Jean
    Rougeoie si loin qu’on dirait la gueule d’un volcan !
    Escales, mi-quillée sur les rocs et à moitié en plaine,
    Floquée d’un grand château que chiens et chats profanent !) 

    Le second poème, d’une grande actualité, pleure le vieux mûrier de la place, mis à bas par une hache implacable.


  
  « Pouriò biure cent ans e mai,
    Que debrembarèi pas jamai
    Lou bièl amouriè dal bilatge :
    Soun paro-soulel sans parèl
    Es espandit dabant moun èl
    Coumo dal tems qu’éri mainatge... »

    (Je pourrais vivre cent ans et plus
    Que je me souviendrais toujours
    Du vieux mûrier du village :
    Son pare-soleil sans pareil
    Est étalé devant mon oeil
    Comme du temps que j’étais enfant...) 



(1) ancienne manufacture royale de drap dans le quartier de la Trivalle, du nom de la rue qui le traverse (ancienne voie romaine) et aboutit au Pont Vieux. (Ne pas confondre avec Mons-la-Trivalle au confluent des trois vallées de l’Orb, du Jaur et de l’Héric).   
(2) Si je n’ai pas de vin, je me fais trappiste, sans vin je ne peux plus causer. 

photos autorisées Wikipédia et Wikimédia 1. Vieille tour d'Escales 2. mûrier. 3. morus nigra

(A SUIVRE...)

mercredi 4 juin 2014

Mayotte en Danger / LE « COUX » EXCESSIF DE LA REFORME DES RYTHMES A MAYOTTE

Un vice-recteur s’en va en laissant l’île dans l’indifférence et le découragement. Si les deux années passées sont finalement marquées par des intentions volontaristes, en particulier dans le domaine de la construction scolaire, on doit néanmoins regretter l’autoritarisme qui perdure de la part d’un État trop centralisé pour autoriser des adaptations locales de bon sens : le monolithisme d’une réforme des rythmes scolaires imposée à la hussarde en atteste.
Rien de nouveau sous le soleil de Mayotte qui , si elle ne croit pas plus que la métropole au Père Noël, en a assez de la prétention et du mépris affiché par ces pères fouettards que Paris nous envoie.  




Que François Coux, vice-recteur de Mayotte, a été moins lyrique que son prédécesseur Perrin, à propos de l’utérus des Mahoraises et de l’accent des îliens, c'est sûr... la barre était trop haute. Mais pas au point que la presse et les médias locaux en soient à lui tresser des colliers d’adieu ! Voilà que nos journalistes retombent dans l’absence de sens critique et leur fâcheuse manie de passer la brosse aux autorités, ce qui est d’autant plus gênant que les wazungus (métropolitains) sont surreprésentés dans la profession. L’un de ces médias, toutefois, KwéziFM et télé, s’est particulièrement distingué, dans un passé proche, et dans des affaires plus que délicates puisque mettant directement en cause la gendarmerie impliquée dans un trafic de stupéfiants et la mort d’une jeune fille de 18 ans. Il était pourtant plus courageux d’attaquer les gendarmes que de critiquer le dogmatisme de l’Éducation Nationale, qui plus est, s’agissant de la lamentable réforme des rythmes scolaires.     




            Si la critique foncière de la gestion jacobine sinon « colonialiste » (et c’est à peine caricatural de le dire ainsi) suivie de l’obéissance servile démontrée par les hauts fonctionnaires relève d’une opinion, ce n’est pas pour autant que les médias doivent se limiter à un rôle de courroie de transmission. La population, ultramarine ou non, n’a plus à gober une propagande d’État insincère dont la finalité consiste seulement à faire admettre ou oublier les boniments initiaux, la traîtrise et les parjures de gouvernance ordinaire qui en découlent... Mettra-t-on un jour au rebut ces pratiques politiques dépassées ?  



            Dans cette logique, comme tous les « grands commis » et autres « serviteurs » zélés de l’État, le vice-recteur, pourtant issu du corps des chefs d’établissements de Mayotte, ne sert qu’à faire redescendre autoritairement les décisions de Paris. Comme tous, il ne fera pas remonter les attentes propres au territoire et ses interventions sont banalement émaillées de mensonges éhontés.

            Son dernier bobard concerne son départ de Mayotte nié pourtant catégoriquement quelques jours à peine avant que la mutation ne soit confirmée. L’avant-dernière dissimulation concernait le nombre de communes qui embrayent sur la réforme des rythmes (mauvaise sur bien des points / voir les articles antérieurs)... Se gardant bien d’en donner les noms au prétexte qu’il n’avait pas à distribuer des mauvais ou bons points, monsieur Coux a en effet prétendu que huit communes se lançaient en 2014 et qu'il suffisait d'ouvrir le site du vice-rectorat pour savoir... Un mensonge supplémentaire puisque rien n’est dit sur le chiffre allégué. Or le grand succès à Mayotte de ce chambardement au sujet duquel on se garde bien de faire connaître les aménagements apportés par le nouveau ministre Hamon (2) tient au chiffre 2 parce que les municipalités ne seraient que 2 (dont Chirongui) à adopter la réforme alors que les 2 communes du Nord déjà engagées font plutôt grise mine.

            Le mois de juin verra peut-être le dernier coup de Coux pour tordre le cou à ces enseignants qui partent avant la date des vacances et reviennent après la rentrée... si ce n’est pas le vice-rectorat qui délivre des billets (à coût exorbitant) en dehors de la période de congé. Dans tous les cas, l’éleccicon (3) qui y gagnerait beaucoup ne jalousera pas la promotion que courent les courtisans sans courage de notre démocratie dévoyée !

            Bon vent, monsieur Coux.   



(1)    Rappelons que la remise en question des décisions arbitraires et impératives de la hiérarchie relève, chez les fonctionnaires, d’une faute professionnelle. Remarquons aussi comment la pyramide centralisatrice phagocyte ses aspirants provinciaux qui, à l’image des janissaires du pacha, en deviennent les plus virulents défenseurs... Ne dit-on pas que les enfants battus deviennent des parents qui battent ?

(2)    La possibilité notamment d’une semaine scolaire de huit demi-journées avec regroupement du périscolaire sur une seule après-midi... les parents pourront donc partir en week-end le vendredi dès 11 h 30... Alors que Peillon voulait "que les enfants aient des journées moins longues et moins fatigantes", ce qui est sûr est que le temps d’enseignement peut encore diminuer d’une heure pour passer à 23 ! Ne nous étonnons pas, dans ces conditions, d’une baisse du niveau toujours plus marquée !  

(3)    Eleccicon = électeur + citoyen + contribuable.